société

Anaïs Dupuis, en couple avec une femme, raconte sa PMA en Belgique

Dans cette vidéo publiée sur Konbini, Anaïs Dupuis, mariée avec une femme, raconte son expérience de PMA en Belgique. 
DR
DR

DR


Je m’appelle Anaïs, je suis mariée avec une femme, et j’ai eu recours à une PMA en Belgique pour avoir un enfant.” Dans cette vidéo publiée le 24 octobre sur Konbini, Anaïs Dupuis, éditrice à L’Express, témoigne de son expérience de PMA à l’étranger.

La jeune femme dénonce la précarité engendrée par cette dernière “sur tous les pans de la vie”: la précarité médicale d’abord car, avec “un dossier médical à cheval entre deux pays”, le suivi n’est pas “optimal”, mais aussi économique puisque “ce n’est pas remboursé par la Sécurité sociale”. Anaïs Dupuis et sa femme ont dû débourser 8200 euros pour “un parcours assez classique”. Enfin, elle pointe du doigt la précarité juridique: “Entre le moment où l’enfant naît et le moment où la mère d’intention va pouvoir adopter l’enfant, il se passe un certain temps, ça peut durer un an par exemple, et pendant tout ce temps-là en fait, tout le monde se retrouve dans une espèce de vide juridique où personne n’a de droits.” 

Anaïs Dupuis regrette également que les lesbiennes ne soient pas suffisamment entendues: “Si on se prive de la voix des lesbiennes, on se prive du personnage central du débat, ce qui semble difficilement imaginable, mais ça veut dire aussi qu’on se prive de témoignages et d’un vécu de personnes qui vont pouvoir apporter un éclairage qui est vraiment fondamental pour pouvoir répondre à des questions qui sont très importantes.” On vous laisse découvrir la vidéo ci-dessous:

 

 

J.T.


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR