société

Témoignage

“J'accompagne des hommes d'affaires à des dîners pour financer mes études”

À 24 ans, Chloé* est une sugar baby inscrite sur Seeking Arrangement. Ce site met en contact des étudiantes qui cherchent à financer leur cursus avec des sugar daddies, des hommes d’affaires qui payent ces jeunes filles pour leur compagnie. Soupçonné d’être de la prostitution déguisée, le système des sugar babies pose question car il banalise les relations tarifées. Chloé nous raconte son expérience.
© Lara Sini pour Cheek Magazine
© Lara Sini pour Cheek Magazine

© Lara Sini pour Cheek Magazine


Il y a trois ans, j’ai fait un stage aux États-Unis. Je n’étais pas rémunérée et il fallait que je paye mon loyer. C’était vraiment difficile mais je n’avais pas le choix, je devais le faire pour avoir ma licence. Là-bas, j’ai rencontré une fille qui m’a parlé du site Seeking Arrangement et je me suis inscrite. Le principe est simple, tu te crées un profil en tant que sugar baby sur le site où tu indiques ton âge, ton niveau d’études et tes besoins financiers mensuels.

Une fois que ton inscription est validée, tu peux entrer en contact avec les sugar daddies. Ce sont des hommes d’affaires quadragénaires qui recherchent des jeunes filles pour les accompagner à des dîners d’affaires. En contrepartie, ils nous paient pour qu’on puisse financer nos études. On peut leur demander jusqu’à 10000 euros. Moi, je négocie toujours le montant au préalable avec les sugar daddies. Je discute avec eux par mail, on apprend à se connaître et si on s’entend bien, ils me proposent encore plus d’argent. Cet argent m’ayant beaucoup aidée pendant mes trois mois aux États-Unis, j’ai continué une fois que je suis rentrée à Paris.

De l’argent facile

Si mes parents avaient pu m’aider, je ne l’aurais pas fait. Mais malheureusement, ils ne vivent pas en France: ils sont divorcés, ma mère est malade et mon père ne nous aide pas financièrement. Quand j’ai commencé mes études, ma mère était toujours à Paris et elle m’aidait un peu. Puis elle est tombée malade et elle a dû partir à l’étranger. Elle ne pouvait plus me soutenir, donc j’ai enchaîné les jobs d’étudiants, mais ce n’était pas suffisant.

Bien sûr, il y a des mois où je n’ai pas la tête à aller à des dîners. Ils ont lieu tard le soir et ce n’est pas toujours compatible avec mes études, donc je fais aussi du baby-sitting et j’aide des enfants à faire leurs devoirs. Un jour, j’ai carrément hésité à arrêter mes études et à travailler à plein temps parce que je n’en pouvais plus de galérer pour avoir de l’argent. 

“Dans ce monde de paillettes, il n’y a jamais de problèmes d’argent.”

C’est vrai que le concept n’est pas commun. Au début, je me suis posé pas mal de questions. J’étais un peu méfiante donc je n’allais pas à autant de rendez-vous que maintenant. Mais c’est de l’argent tellement facile que tu y prends goût. En dehors du fait que ça me permet de gagner ma vie, je suis plongée dans un monde que je n’aurais jamais connu sans ce site.

Quand je vais au restaurant avec des hommes d’affaires, je suis super bien habillée, un chauffeur me dépose devant l’entrée et toute l’attention est rivée sur moi. Quand on y est, on a envie d’y rester parce que dans ce monde de paillettes, il n’y a jamais de problèmes d’argent. C’est quelque chose de nouveau pour moi, tout devient plus simple.

Des hommes mariés

Avant chaque repas d’affaire, ils me briefent. Je dois faire croire que je suis leur compagne. Ces hommes sont connus dans leur milieu, on dîne avec des collègues à eux donc ils ont une réputation à garder. C’est pour cela qu’ils ne veulent pas que les gens sachent qu’ils vont sur des sites pour trouver des jeunes filles. Pendant le dîner, on parle de tout et de rien avec tout le monde, on boit du vin, du champagne, et ensuite lorsque l’on part, certains ont des chauffeurs, d’autres nous commandent des taxis. À ce moment-là, ils te donnent une enveloppe et dedans, il y a du cash.

Au début, tu te sens un peu redevable mais en fait, ils te font comprendre que pour eux ce n’est rien et que ça leur fait plaisir d’être là pour toi. Par exemple, il y a un Américain avec qui je communique par mail, on est devenus très proches et je lui raconte tous mes problèmes. 

“J’ai connu énormément d’hommes mariés et j’avoue que c’est un aspect qui me dégoûte un peu.”

Ce sont des hommes très seuls, ils ont entre 40 et 50 ans. Ils voyagent beaucoup, leur femme et leurs enfants restent à la maison. Ils ne les voient pas très souvent et disent que leur femme ne fait plus beaucoup attention à eux. J’ai connu énormément d’hommes mariés et j’avoue que c’est un aspect qui me dégoûte un peu.

J’espère que dans quelques années, je ne tomberai pas sur un mari comme ça, parce que je me rends compte qu’il y en a vraiment énormément. Par exemple, je suis en contact avec un Brésilien, il poste des photos de sa femme et de ses enfants sur Instagram. C’est bizarre de voir un bout de sa vie et de se dire que quand il vient à Paris, il me voit. Moi, c’est pour l’argent que je le fais, mais lui, je ne comprends pas trop pourquoi il fait ça.

De la prostitution déguisée?

Il y a beaucoup de personnes qui pensent que c’est de la prostitution déguisée. Les gens portent directement un jugement, c’est pour cela que je ne l’ai raconté qu’à deux amies. Même ma famille n’est pas au courant. Avant que je sois inscrite sur ce site, ma mère était très inquiète. Je lui téléphonais tous les mois en pleurant parce que je ne savais pas comment j’allais payer mes études et mon loyer. Mais, depuis, je l’ai rassurée en lui faisant croire que j’avais un petit ami très riche.

Bien sûr, certains hommes vont nous parler d’intimité, ils nous disent directement: “Je veux une fille qui va m’accompagner à des dîners mais je veux aussi de l’intimité.” Je leur réponds “chaque chose en son temps”. C’est moi qui décide, pas eux. Au début, on va à des dîners, on boit des verres, et en fait, au bout d’un moment, ils me font comprendre qu’ils veulent rentrer avec moi à l’hôtel. À ce moment-là, c’est à moi d’accepter ou pas, il n’y a aucune obligation. Ça m’est déjà arrivé d’aller plus loin avec certains, même s’ils ne me plaisaient pas physiquement, car ils étaient vraiment gentils avec moi. 

“Je peux rencontrer un mec demain au cinéma, s’il est riche, il va m’aider, ça ne veut pas dire que je suis une prostituée.”

On n’est pas des escorts. Évidemment, si je vois plusieurs fois un homme, qu’il soit riche ou non, il va me faire comprendre que je lui plais et qu’il aimerait aller plus loin. Ici la différence, c’est qu’il y a de l’argent en jeu, c’est pour ça que les gens disent que c’est de la prostitution. Alors que je peux rencontrer un mec demain au cinéma, s’il est riche, il va m’aider, ça ne veut pas dire que je suis une prostituée. Ces hommes nous disent clairement qu’ils ne veulent pas une relation sérieuse avec nous, ils veulent s’amuser, nous gâter, nous offrir des cadeaux et financer nos études. 

Impossible d’avoir une relation amoureuse

Parfois, je me sens seule. Je ne m’engage jamais avec des garçons de mon âge. Vu ma situation, c’est impossible d’avoir une relation stable avec quelqu’un parce qu’il faudrait que je lui mente tout le temps. Je n’ai jamais pu emménager avec qui que ce soit parce que je me suis toujours dit que le soir, il allait se poser des questions. Au bout d’un moment, il finira par croire que je le trompe. Une fois, j’ai dit la vérité à un mec: il a accepté puis, quand il est vraiment tombé amoureux de moi, il n’a plus supporté cette situation. J’ai fait le choix de finir mes études, l’amour n’est donc pas ma priorité pour l’instant. La majorité des mecs qui ont mon âge font des études et n’ont pas les moyens de m’aider. 

Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve mais je me doute que quand j’aurai mon vrai job, je gagnerai moins bien ma vie. Je n’ai pas encore décidé d’un métier, mais j’ai prévu d’arrêter cette activité quand je serai diplômée.  

Propos recueillis par Lara Sini

* Le prénom a été modifié


1. Le congé paternité est-il la clé de l'égalité dans le couple?

En France, le congé paternité est un droit encore snobé par trois pères sur dix qui ne dure que onze jours. Les semaines qui suivent l’arrivée d’un nouveau-né influencent pourtant de façon cruciale la place attribuée aux femmes et aux hommes dans la société, la famille et le monde professionnel.
© Lara Sini pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Lara Sini pour Cheek Magazine

3. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
© Lara Sini pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Lara Sini pour Cheek Magazine

4. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
© Lara Sini pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Lara Sini pour Cheek Magazine