société

Témoignage

Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine

© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine


À l’époque, j’avais 19 ans, une famille normale, très protectrice. Aux Pays-Bas, on imagine que les filles qui tombent là-dedans viennent de familles brisées mais ce n’est pas le cas. Je multipliais les partenaires sexuels, persuadée que je n’étais bonne qu’à ça. Avec le recul, j’étais sûrement une bonne proie pour un loverboy (Ndlr: Les loverboys sont des hommes à peine plus âgés que leurs victimes qui attirent des jeunes filles vulnérables dans leurs filets. Souvent, ils agissent pour le compte de proxénètes plus âgés et se servent de la drogue pour renforcer la dépendance de leurs victimes.). J’ai rencontré Julian* sur les réseaux sociaux et je suis vite tombée amoureuse. Il consommait régulièrement de l’ecstasy. À force d’entendre parler de ses soirées entre amis, j’ai voulu essayer. Il m’a emmenée dans une maison de banlieue où plein de gens consommaient de la drogue. Le dealer était un homme plus âgé. Tout le monde le surnommait “papa”, moi je l’appelais “le vieux”. Nous sommes souvent retournés le voir. Le plan de Julian* s’est déroulé sous mes yeux, sans que je ne m’en rende compte.

 

“J’ai été vendue 200 euros” 

Un soir, “le vieux”, au courant pour mes problèmes financiers, m’a proposé de coucher la prochaine fois avec lui contre une somme d’argent. Mon copain ne semblait pas étonné. J’étais droguée alors j’ai accepté. Julian* m’a demandé plusieurs fois si j’étais sûre, pour me faire croire que j’étais à l’origine de l’idée. Mais, à notre arrivée devant la porte du dealer, j’ai changé d’avis. Il a sonné comme s’il ne m’avait pas entendue. Dans la chambre avec “le vieux”, je me suis évanouie. Il n’était pas content mais il a dit que la prochaine fois, ce serait mieux. C’est là que j’aurais dû tout arrêter. Mais j’étais perdue, alors j’ai accepté de recommencer.

“Le vieux” me torturait régulièrement. Il m’entraînait à ne plus ressentir la douleur en tailladant mes mains et mes pieds. Il me demandait: “Est-ce que tu souffres?” Évidemment, je répondais que oui. Mais il n’arrêtait pas. Un  jour, j’ai compris ce qu’il cherchait. J’ai dit que je n’avais pas mal et il a arrêté. Crack, héroïne et ecstasy m’aidaient à tenir bon. Dans les étages de la maison, j’ai souvent croisé d’autres femmes. Au lieu de nous soutenir, nous étions en concurrence les unes avec les autres.

J’ai fait un tour sur moi-même, ils m’ont observée et j’ai été renvoyée dans ma chambre. Je venais d’être vendue pour 200 euros.

Je ne rentrais quasiment plus chez mes parents. Mes amis ne comprenaient plus ma vie. Je les ai quasiment tous perdus à cette époque. L’école menaçait de sévir si je ne revenais pas en cours. Je me suis confiée à l’administration qui m’a expliqué que mon comportement n’était pas celui d’une étudiante. Le jour même, j’étais exclue. Après ça, j’ai décidé de ne plus jamais parler et j’ai perdu tout contact avec le monde extérieur.

Quelques semaines plus tard, “le vieux” m’a présentée à son petit neveu. J’ai fait un tour sur moi-même, ils m’ont observée et j’ai été renvoyée dans ma chambre. Je venais d’être vendue pour 200 euros. C’est très étrange mais j’étais vexée qu’il m’abandonne comme ça. J’avais noué une relation de dépendance très forte avec mon bourreau.

 

“Ils me violaient par groupe de huit”  

J’ai réclamé un toit à mon nouveau propriétaire, qui opérait pour un réseau de prostitution encore plus important. Chaque nuit, j’étais balancée d’une maison à une autre. Les trafiquants me violaient par groupe de huit et m’attachaient toute la nuit à un radiateur, avec une laisse de chien. Je me répétais que si je ne partais pas, j’allais mourir. J’ai profité d’un moment où mes surveillants étaient moins nombreux pour m’enfuir. Dans le tramway, mon visage était en sang mais tout le monde détournait le regard.

Je me suis retrouvée à la rue pendant deux semaines. Pour survivre, je me suis prostituée sur un trottoir que je partageais avec d’autres femmes. Un soir, ma meilleure amie, que je n’avais pas vue depuis longtemps, m’a appelée pour me parler de sa rupture. Je me suis réfugiée chez elle. Je pensais que j’irais mieux mais, sans drogue et dans ce nouvel environnement, mon état n’a fait qu’empirer. Après plusieurs tentatives de suicide, mon amie a tout raconté à mes parents et leur a donné mon adresse. J’étais furieuse mais ça m’a sauvée. Ils m’ont suppliée de revenir à la maison. J’ai accepté.

M’interner, c’était la seule solution pour mes parents. Les hommes n’étaient plus là mais j’étais toujours ce monstre qu’ils avaient fabriqué.

Les jours passaient et ma dépression s’intensifiait. M’interner, c’était la seule solution pour mes parents. Les hommes n’étaient plus là mais j’étais toujours ce monstre qu’ils avaient fabriqué. À l’hôpital psychiatrique, j’ai vécu un enfer aussi. Pendant mes crises de nerfs, des hommes en blouse blanche m’attrapaient, me jetaient sur le lit, arrachaient mes vêtements et m’injectaient des tranquillisants. Ça me rappelait toutes les fois où j’avais été violée, et ça me plongeait encore plus dans des états d’hystérie. De nombreuses victimes retournent dans les bras de leur loverboy à ce moment-là d’ailleurs.

À ce stade, ma mère se documentait énormément sur le sujet. Elle est tombée sur le livre racontant l’histoire d’Anita de Wit, la mère d’une victime de loverboy. En 2007, cette dernière a créé La Maison des Papillons, un refuge pour ces jeunes femmes, et ma mère lui a demandé de m’accueillir. Chez Anita, j’allais à mon rythme car elle ne m’imposait pas de règles. Les premières nuits, je venais la réveiller pour parler pendant des heures. Au lever du jour, je retournais me coucher. Après deux ans de cohabitation, je me prépare à quitter la Maison des Papillons pour vivre dans mon propre appartement. Je vais y aller par étape. Une nuit, puis deux et ensuite, on verra.”

Propos recueillis par Auriane Guerithault et Laura Taouchanov.

* Les prénoms ont été modifiés. 


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Auriane Guerithault et Laura Taouchanov pour Cheek Magazine