société

Le Cheek Point

“Vous nous voyez trop souvent comme des vagins”: une femme dénonce les violences gynécologiques

On a lu pour vous ce témoignage sur les violences gynécologiques publié sur le Huffington Post, et on vous le conseille fortement.   
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR

Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR


J’écris ce témoignage aujourd’hui pour parler aux femmes, mais aussi aux gynécologues, obstétriciens, sages-femmes qui pensent bien faire en mettant de côté la femme que l’on est. De mon expérience de femme, patiente, amie de victimes, je peux dire aujourd’hui que vous nous voyez trop souvent comme des vagins, des œuvres qui produisent la vie, des incubateurs humains. Sans jamais se rappeler qu’il y a une femme, un être humain, avec ses anxiétés, ses complexes, ses cicatrices, ses bonnes expériences…

On se doit de vous enseigner dans vos écoles de médecine ce que c’est de vivre dans la peau d’une femme. Nous avons un temple entre nos jambes et nous sommes les seules à en avoir les clefs. Un non n’est pas un oui, un doctorat et une spécialité en gynécologie n’est pas un ‘oui’ non plus.

Dans un témoignage publié sur le Huffington Post, et intitulé Aux gynécologues, obstétriciens, sages-femmes qui pensent bien faire en mettant de côté la femme que l’on est, la contributrice Leila L. monte au créneau pour sensibiliser sur les violences gynécologiques. Elle raconte le souvenir traumatisant de sa première visite chez un gynécologue qui ne lui prête aucune attention lors de la consultation, préférant discuter avec sa mère alors “qu’il enfonce deux doigts en [elle] sans crier gare, ou cette fois où un autre praticien lui fait un frottis sans la prévenir ou lui demander son autorisation. Des violences, dont sont victimes de nombreuses patientes, qui s’inscrivent dans une maltraitance médicale généralisée et banalisée. 

À lire le plus vite possible sur le Huffington Post


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR

3. Quand Marina Rollman s'attaque à la grossophobie sur France Inter

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Marina Rollman qui s’attaque à la grossophobie sur France Inter. 
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Chez le Gynéco” de Céline Groussard, DR