société

The Vulva Gallery: le compte Instagram qui célèbre la diversité des vulves

Taille des lèvres, position, couleur: toutes les vulves sont différentes. C’est ce que l’artiste Hilde Atalanta illustre en publiant sur Instagram les témoignages et dessins d’organes génitaux externes de personnes qui la contactent. Nous lui avons posé quelques questions.
©Hilde Atalanta
©Hilde Atalanta

©Hilde Atalanta


J’avais 12 ans lorsque je me suis aperçue que ma vulve était différente. J’étais en train de feuilleter le dictionnaire et j’ai trouvé une illustration du corps féminin. (…) À 16 ans, j’avais l’habitude de pleurer à ce sujet, la tête dans mon oreiller. J’ai pris la décision de tirer une croix sur ma vie sexuelle. Je me traitais de monstre et pensais être la seule au monde à avoir de larges lèvres. Quelques années plus tard, j’ai fait des recherches en ligne. Les résultats m’ont redonné confiance et permis d’être nue en face de quelqu’un pour la première fois.” Voici ce que raconte anonymement une internaute sur la page Instagram The Vulva Gallery, en légende d’une illustration représentant ses propres organes génitaux externes. Comme elle, près de 700 personnes ont contacté Hilde Atalanta, à l’origine du projet, en lui demandant de partager leurs témoignages et de dessiner leurs sexes à partir de photos.

Avec The Vulva Gallery, je veux célébrer la diversité, offrir un large éventail de représentations de vulves facilement accessible, et encourager la discussion autour de nos corps et de notre sexualité, renseigne la peintre et illustratrice Hilde Atalanta. Lèvres plus ou moins longues, plus ou moins larges, pilosité développée ou non, couleurs diverses, présence de piercing parfois, asymétries souvent: le moins que l’on puisse dire, c’est que la Néerlandaise de 29 ans a réussi son pari de mettre en lumière la singularité de chaque vulve. Il faut préciser qu’en créant cette galerie en 2016, elle touche à des thématiques qui ne lui sont pas étrangères: “Mon travail gravite depuis longtemps autour de la recherche de l’identité et des différentes formes de relations amoureuses, de sexualité et d’identités de genre.

Depuis l’été 2017, la jeune femme développe d’ailleurs en parallèle le You’re Welcome Club, une page également axée body positive, sur laquelle elle s’applique à imaginer “toutes formes, tailles, couleurs” de corps -entiers cette fois-ci- nus et très colorés. Avec ses 28 000 followers, ce compte est encore loin d’atteindre le succès du premier projet d’Hilde Atalanta, suivi par plus de 181 000 personnes sur Instagram. 

Hilde Atalanta, © Fabienne Bieri 

Si certain·e·s d’entre vous souhaitent rejoindre The Vulva Gallery, il vous suffit de contacter l’artiste et de lui envoyer une photo de vos parties génitales externes. Pour les autres, il vous est possible de soutenir sa démarche en achetant pin’s, tote bags, calendriers, cartes postales, mugs, et autres goodies décorés de vulves et disponibles sur son site. Nous avons posé quelques questions à celle qui se bat avec sa page au vocabulaire inclusif -elle le rappelle d’ailleurs, “avoir une vulve ne définit pas le genre d’une personne”- pour que le regard porté sur notre intimité évolue.

Comment t’est venue l’idée de créer The Vulva Gallery?

Tout a débuté il y a deux ans à l’université d’Amsterdam dans laquelle je suivais une formation en psychologie clinique. Des professeurs ont évoqué l’augmentation significative du nombre de labioplasties chez les femmes. J’ai commencé à m’intéresser à la représentation des vulves dans les médias et dans les cours d’éducation sexuelle dispensés auprès des enfants et ados. La diversité génitale n’y était presque jamais représentée. L’idée de The Vulva Gallery a commencé à prendre forme et j’ai décidé de peindre une “mini vulva gallery” pour l’anniversaire d’une amie. Lorsque je lui ai offert le tableau, il s’est produit quelque chose de très intéressant. Toutes les personnes présentes dans la pièce ont commencé à échanger à propos de la diversité des corps, d’éducation sexuelle et d’opérations chirurgicales. Tous et toutes avaient l’air soulagé·e·s de pouvoir aborder ces sujets. J’ai alors réalisé que ces dessins pourtant très simples pouvaient certainement venir en aide à une plus large audience et je me suis lancée sur Instagram.

J’ai envie de montrer que les différences entre êtres humains, même au niveau de nos organes génitaux, sont de bonnes choses, naturelles et superbes.

Comment le projet s’est-il développé? 

Ça a commencé doucement. J’ai d’abord dessiné des vulves à partir de mon imagination, d’images dégotées en ligne et de mes connaissances en anatomie. Les réactions ne se sont pas fait attendre et mes illustrations ont été repérées par des utilisateurs des quatre coins du monde. Rapidement, la galerie s’est élargie. Aujourd’hui, plus de 180 000 personnes suivent le compte. Un bon nombre d’entre elles m’ont d’ailleurs envoyé des messages de remerciement.

Justement, quels sont les retours de tes followers?

Ils et elles me racontent comment The Vulva Gallery a changé leur manière de voir leur vulve et celle de leurs partenaires. Pour beaucoup, les dessins ont permis d’intégrer l’idée que leurs organes étaient normaux, qu’importe leurs formes. Certain·e·s ont même annulé leur labioplastie! 

Concrètement, quel message veux-tu faire passer?

J’ai envie de montrer que les différences entre êtres humains, même au niveau de nos organes génitaux, sont de bonnes choses, naturelles et superbes. Je veux inciter au débat sur la diversité, l’acceptation de soi, et toutes sortes de thématiques reliées aux vulves. J’ai pu constater au travers des témoignages que j’ai reçus qu’ouvrir un débat est plus que nécessaire. Avoir honte de cette partie de son corps peut faire perdre confiance en soi et provoquer de l’anxiété. Certain·e·s la cachent pendant leurs rapports sexuels. D’autres choisissent l’abstinence. 

 

 

This is a personal story a lovely person wanted to share with you: « I would be honoured to be a part of your Vulva gallery and share my story. I love how you are putting it out there that every vagina is different and that although some are different it doesn’t mean that they are weird or wrong. I stumbled upon your Instagram a few months back and it helped me to realize that I shouldn’t be ashamed of my vagina just because it may look a little different than other ones. I used to be so self conscious about it, and even was self conscious with my boyfriend of 3 and a half years because it didn’t look like other ones I’ve seen. I thought that having bigger labia was weird and unattractive. But you have made me love myself even more. And for that I am forever grateful! And I always look forward to seeing what new vulvas you draw and post! That is my story and thank you for telling others!! :) ❤❤❤ » • Thank you for sharing your story 💖Would you like to be part of the gallery (and/or share your story)? Write me an e-mail: thevulvagallery@gmail.com ✨Want to read more stories? Go to thevulvagallery.com/stories ✨#thevulvagallery #shareyourstory #letstalkaboutit #bodypositivity #bodypositiveart #youarebeautiful #humananatomy #labia #selflove #selfrespect #personalgrowth #empowerment #empathy #love #loveyourself #loveyourvulva #hildeatalanta

Une publication partagée par The Vulva Gallery (@the.vulva.gallery) le

Comment changer le regard négatif généralement porté sur les vulves?

Il faut que l’éducation sexuelle évolue, qu’on parle d’autre chose que des risques de grossesse ou des méthodes de protection face aux infections sexuellement transmissibles. La sexualité et la manière dont nous envisageons nos corps joue un rôle très important dans nos vies. Mais aujourd’hui, le tabou est tel que beaucoup ignorent que la forme de leurs parties génitales externes est tout à fait normale. Et avoir une conversation avec un proche à ce sujet leur paraît impossible. En tant qu’êtres naturellement curieux, sexualisés, qui ont tendance à se comparer aux autres, on se doit d’en parler.

Quel est le profil des personnes qui te contactent pour partager leurs histoires?

C’est très divers. J’ai eu des témoignages du monde entier, de personnes qui ont entre 18 et 60 ans.

Sais-tu comment ces personnes réagissent une fois le texte et l’illustration en ligne?

Oui, je les recontacte après publication. Jusqu’ici, les réactions ont toutes été positives. Elles ressentent une sensation de pouvoir et sont touchées par le soutien et les commentaires positifs postés sous leurs témoignages. 

Envisages-tu de faire une déclinaison de The Vulva Gallery pour les pénis?

Pourquoi pas! J’ai l’impression qu’il existe beaucoup de pression autour de ce à quoi “devrait” ressembler un pénis. Pour le moment, je n’en ai pas le temps, mais il est évident que beaucoup de personnes tireraient des bénéfices d’une meilleure visibilisation des organes génitaux, quel que soit leur genre. 

Propos recueillis par Margot Cherrid


1. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
©Hilde Atalanta - Cheek Magazine
©Hilde Atalanta

3. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
©Hilde Atalanta - Cheek Magazine
©Hilde Atalanta

5. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
©Hilde Atalanta - Cheek Magazine
©Hilde Atalanta

6. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
©Hilde Atalanta - Cheek Magazine
©Hilde Atalanta