société

Elle a quitté son job pour créer Thot, une école de français destinée aux réfugiés

Judith Aquien vient de monter Thot, une association financée par le crowdfunding, qui offre la possibilité aux migrants d’apprendre le français et d’obtenir un diplôme.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier


L’éducation est le lieu du lien, de l’intelligence et de toutes les solidarités”, a dit Abd Al Malik  à propos de Thot, dont il est le parrain. Encourager la solidarité, créer du lien social et de la stabilité pour ceux qui ont connu l’horreur, c’est bien ce qui motive Judith Aquien, 32 ans, la créatrice et présidente de cette école, dont le nom est un clin d’œil au dieu du savoir égyptien et signifie Transmettre un Horizon à Tous.

Conceptrice de sites et auteure d’un livre sur notre rapport au smartphone, Judith Aquien met sa carrière entre parenthèses en 2015 pour venir en aide aux réfugiés qui squattent l’ancien lycée Jean Quarré, dans le 19ème arrondissement de Paris. Des centaines d’entre eux vivent et dorment entassés dans ses couloirs insalubres, faute d’un autre hébergement. La Mairie de Paris les laisse y vivre, mais ne leur apporte aucune aide. Choquée par leurs conditions de vie et le manque de solutions pour les sortir de là, Judith Aquien s’investit comme elle peut, avec des dizaines d’autres Parisiens.

“Je me suis dit que c’était ça, la solution, créer une structure similaire à celle d’une école.”

De cette première initiative naît alors un désir d’offrir des perspectives d’avenir à ces réfugiés qui ne parlent souvent pas un mot de français. Elle rencontre Heloïse Nio, avec qui elle élabore le projet Thot. Elles seront rejointes par Jennifer Leblond, puis par une équipe de bénévoles qui se démène aujourd’hui pour construire une école d’apprentissage de la langue. Judith Aquien nous a raconté son engagement, son projet, et ses ambitions. 

Comment t’est venue l’idée de monter Thot?

Le déclic s’est fait un jour où j’accompagnais l’un des réfugiés du lycée à un rendez-vous administratif, et alors qu’on discutait, il m’a dit qu’il adorerait faire du code. J’ai contacté Frédéric Bardeau, le directeur de l’école Simplon, qui l’a accepté dans sa formation, et puis il a monté Refugeek, un projet d’insertion spécial pour les réfugiés avec de l’informatique et des cours de français. Je me suis dit que c’était ça, la solution, créer une structure similaire à celle d’une école. Les formations dispensées par Thot seront en plus diplômantes. À la fin du parcours, les élèves pourront passer le DELF, reconnu par l’État, qui attestera officiellement de leur niveau de français. 

Quels sont vos soutiens pour ce projet?

Nous avons été très bien reçues par RFI Savoirs et TV5 Monde qui nous ont soutenues dès le début. Ils attendaient avec impatience ce genre d’initiative, autour de l’apprentissage de la langue par les migrants. Ils nous offrent un soutien pédagogique, sur la formation de nos professeurs. Financièrement, on a choisi le crowdfunding pour lancer le projet, mais à long terme, on cherche un soutien de fonds privés, et on est plutôt confiantes.

Avez-vous reçu une subvention de la Mairie de Paris?

Euh non… (Rire gêné) Mais on a un rendez-vous bientôt, on verra bien ce qu’il adviendra. On préfère quand même les fonds privés qui collent plus à notre démarche.

Je me fiche de ne pas manger, de dormir dans un lieu dégoûtant, mais je veux apprendre le français”.

Les cours sont-ils ouverts à tous les migrants, réfugiés et demandeurs d’asile?

Oui, leur statut n’a pas d’importance. Ce qui compte est qu’ils aient envie d’apprendre le français, ce qui est toujours le cas. Au lycée, j’en voyais tous les jours qui me disaient: “Je me fiche de ne pas manger, de dormir dans un lieu dégoûtant, mais je veux apprendre le français”. On s’adresse particulièrement à ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures, pour qui l’apprentissage d’une nouvelle langue peut être très compliqué.

Qui va leur enseigner la langue?

Nous avons recruté une équipe de professeurs de Français Langue Étrangère, qui ont une expérience de terrain avec les réfugiés, et qui parlent leurs langues maternelles. Ils sont rémunérés au tarif normal. Il y aura autant de professeurs que nous pourrons ouvrir de classes. Pour l’instant, avec ce que nous avons récolté via le crowdfunding, nous pouvons ouvrir un cours de dix personnes. Notre objectif est d’en ouvrir quatre autres. Nous voulons nous rapprocher le plus possible du fonctionnement d’une école.

L’école, c’est aussi un lieu de partage, de rencontre et de sociabilité, est-ce que Toth va gérer cette dimension éducative?

Oui, ça fait aussi partie du projet. Beaucoup de nos futurs élèves sont des gens qui ont connu la guerre, et d’autres atrocités. On veut développer le lien social au sein de l’école, assurer la plus grande stabilité, car ils n’en ont aucune dans la vie. Il y aura des activités sportives, culturelles et artistiques, que nous mettrons en place avec d’autres associations. Le but est de leur redonner un rythme de vie, ce qui leur évitera de ressasser ce qu’il ont vécu, et leur permettra de se projeter dans l’avenir.

Propos recueillis par Clémentine Spiler


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

4. “Une femme qui commente le foot masculin, je suis contre”: Sonia Devillers répond aux propos sexistes

Si vous ne deviez écouter qu’une chronique aujourd’hui, ce serait L’Edito M de Sonia Devillers sur la sortie sexiste de Denis Balbir concernant les commentatrices de football.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

5. Dans ce podcast, des femmes racontent comment elles ont fait fuir leurs harceleurs

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Yesss, dans lequel des femmes racontent comment elles ont réagi face à leurs harceleurs.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier

7. Brigitte Lahaie parle féminisme, islam et drague dans une interview, et c'est affligeant

Dans une interview donnée au Point, Brigitte Lahaie plaint les hommes de l’ère post-#MeToo, pointe du doigt l’islam et souhaite “responsabiliser” les petites filles.
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier - Cheek Magazine
Judith Aquien, fondatrice de Toth, entourée de la vice-présidente Heloïse Nio (à g.) et de la trésorière Jennifer Leblond (à d.) © Cyril Chapellier