société

La vidéo du jour

TPMP: gros clash autour du voile entre Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de l’échange entre Bernard de La Villardière et Rokhaya Diallo dans l’émission Touche pas à mon poste.
TPMP: gros clash autour du voile entre Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière

Vous avez du mal à laisser parler les femmes […] c’est intéressant de défendre les femmes en les empêchant de parler.” Échanges animés lundi 26 janvier entre la chroniqueuse, auteure et réalisatrice Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière sur le plateau de Touche pas à mon poste. Le présentateur d’Enquête exclusive de M6 s’énerve une première fois alors que la jeune femme et Gilles Verdez l’accusent d’islamophobie, une “maladie imaginaire”, selon lui. Très vite, le débat s’oriente vers les femmes voilées. “Vous avez pointé du doigt le fait que Cyril Hanouna puisse inviter sur le plateau une femme qui porte le foulard”, dénonce Rokhaya Diallo avant de se faire interrompre par l’invité: “Ce n’est pas un foulard comme un autre, c’est un hijab qui recouvre non seulement les cheveux mais aussi le cou et les oreilles.” Finalement, l’échange tourne au cas d’école en matière de manterrupting, malgré les remarques de Rokhaya Diallo sur le manque de place laissée à sa parole et à celles des femmes voilées. “Ici dans le public, il y a des femmes voilées et je trouve que vous leur faites offense en prétendant savoir mieux qu’elles de quelle manière elles doivent s’habiller”, soutient-elle. Ce à quoi Bernard de la Villardière répond par l’argument imparable des opposants au port du voile: évoquer la situation des pays musulmans. “Vous savez que l’administration tunisienne a interdit le hijab?”, interroge-t-il. Rokhaya Diallo lui rappelle qu’on parle de la France et que les personnes évoquées dans le débat sont aussi françaises que lui. L’échange, qui finalement n’en aura pas été un, étant donné l’attitude de Bernard de la Villardière, a notamment provoqué une sortie affligeante de Nadine Morano, qui qualifie Rokhaya Diallo de  “française de papier” sur Twitter.

 

 

Visiblement mal à l’aise, l’invité quitte le plateau quelques minutes plus tard à la suite d’une plaisanterie de Camille Combal… Avant de revenir en grand prince sous les applaudissements. Modestie, quand tu nous tiens!

 

 

Margot Cherrid


3. De l'Arabie Saoudite à la Turquie, la fuite de Dua et Dalal al-Shweiki pour reconquérir leur liberté

En Arabie Saoudite, les jeunes filles disparaissent. C’est devenu ces dernières années un phénomène grandissant. Pour échapper au système de tutorat et à une famille violente, Dua et Dalal al-Shweiki ont elles aussi fui en espérant commencer une nouvelle vie dans un pays libre. Mais faut-il encore le trouver. 
De l'Arabie Saoudite à la Turquie, la fuite de Dua et Dalal al-Shweiki pour reconquérir leur liberté - Cheek Magazine

4. Que pensent les militantes lesbiennes du projet de loi sur la PMA?

Le projet de loi de bioéthique a été adopté ce mercredi 24 juillet en conseil des ministres. Salué pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, il comprend cependant des aspects problématiques, selon les militantes lesbiennes que nous avons interrogées.
Que pensent les militantes lesbiennes du projet de loi sur la PMA? - Cheek Magazine

5. La militante féministe Fatima Benomar dénonce le cyberharcèlement dont elle est victime

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Konbini news dans laquelle la militante féministe Fatima Benomar raconte le cyberharcèlement dont elle a été victime suite à une action pour dénoncer le sexisme dans le cyclisme.
La militante féministe Fatima Benomar dénonce le cyberharcèlement dont elle est victime - Cheek Magazine

7. Féministes au bord du burn out militant

Ras-le-bol, sentiment d’impuissance, angoisse: certaines féministes frisent le burn out. En en parlant ouvertement, elles brisent un tabou du militantisme et réclament une réponse des pouvoirs publics dans la lutte contre les violences faites aux femmes.
Féministes au bord du burn out militant - Cheek Magazine