société

Le Cheek Point

250 signataires appellent à marcher le 24 novembre pour dire stop aux violences contre les femmes

On a lu pour vous cette tribune du mouvement Nous Toutes, publiée sur France Inter, où 250 signataires invitent à marcher le samedi 24 novembre pour une grande déferlante féministe en France. 
250 signataires appellent à marcher le 24 novembre pour dire stop aux violences contre les femmes

Elles s’appellent Fatima, Marie, Rokhaya, Nadia. Elles ont été harcelées dans la rue ou sur les réseaux sociaux. Elles s’appellent Laura, Marine, Leïla. Elles ont été harcelées sexuellement au travail. Elles s’appellent Mié, Caroline, Lauriane. Elles ont été violées par un proche, certaines lorsqu’elles étaient enfants. Elles s’appelaient Amélia, Raouiyah, Magali, Jasmine, Razia. Elles ont été tuées par leurs conjoints ou leurs ex-compagnons.” […] Nous signons ce texte car nous avons été victimes ou parce que nos sœurs, nos mères, nos amoureuses, nos collègues ou nos amies l’ont été. Nous signons ce texte parce que nous sommes solidaires. Nous signons ce texte car nous voulons agir. […] Samedi 24 novembre, à la veille de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, nous appelons à marcher, pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles.” 

Dans cette tribune publiée lundi 19 novembre sur le site de France Inter et Médiapart, intitulée Nous ne voulons plus des violences sexistes et sexuelles, 250 signataires appellent à marcher le samedi 24 novembre dans toute la France, pour une grande déferlante féministe. Les musiciennes Angèle, Brigitte ou Inna Modja, la féministe Marie Laguerre, les journalistes Titiou Lecoq, Lauren Bastide, Rokhaya Diallo ou encore l’humoriste et chroniqueur de France Inter Guillaume Meurice seront présent·e·s. Le rendez-vous est fixé à 14h, Place de la Madeleine, à Paris et partout en France. Toutes les informations concernant la marche sont à retrouver sur le site de Nous Toutes, mouvement à l’origine de cette manifestation. 

A lire le plus vite possible sur le site de France Inter


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme - Cheek Magazine

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel - Cheek Magazine

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant - Cheek Magazine

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier - Cheek Magazine

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes? - Cheek Magazine