société

Le Cheek Point

250 signataires appellent à marcher le 24 novembre pour dire stop aux violences contre les femmes

On a lu pour vous cette tribune du mouvement Nous Toutes, publiée sur France Inter, où 250 signataires invitent à marcher le samedi 24 novembre pour une grande déferlante féministe en France. 
250 signataires appellent à marcher le 24 novembre pour dire stop aux violences contre les femmes

Elles s’appellent Fatima, Marie, Rokhaya, Nadia. Elles ont été harcelées dans la rue ou sur les réseaux sociaux. Elles s’appellent Laura, Marine, Leïla. Elles ont été harcelées sexuellement au travail. Elles s’appellent Mié, Caroline, Lauriane. Elles ont été violées par un proche, certaines lorsqu’elles étaient enfants. Elles s’appelaient Amélia, Raouiyah, Magali, Jasmine, Razia. Elles ont été tuées par leurs conjoints ou leurs ex-compagnons.” […] Nous signons ce texte car nous avons été victimes ou parce que nos sœurs, nos mères, nos amoureuses, nos collègues ou nos amies l’ont été. Nous signons ce texte parce que nous sommes solidaires. Nous signons ce texte car nous voulons agir. […] Samedi 24 novembre, à la veille de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, nous appelons à marcher, pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles.” 

Dans cette tribune publiée lundi 19 novembre sur le site de France Inter et Médiapart, intitulée Nous ne voulons plus des violences sexistes et sexuelles, 250 signataires appellent à marcher le samedi 24 novembre dans toute la France, pour une grande déferlante féministe. Les musiciennes Angèle, Brigitte ou Inna Modja, la féministe Marie Laguerre, les journalistes Titiou Lecoq, Lauren Bastide, Rokhaya Diallo ou encore l’humoriste et chroniqueur de France Inter Guillaume Meurice seront présent·e·s. Le rendez-vous est fixé à 14h, Place de la Madeleine, à Paris et partout en France. Toutes les informations concernant la marche sont à retrouver sur le site de Nous Toutes, mouvement à l’origine de cette manifestation. 

A lire le plus vite possible sur le site de France Inter


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops - Cheek Magazine