société

Le Cheek Point

Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
instagram/©jacquelinef143
instagram/©jacquelinef143

instagram/©jacquelinef143


Bien sûr, toutes les utilisatrices de tampons ne sont pas discriminantes, #NotAllTamponUsers. La plupart sont tolérantes ou totalement indifférentes face au choix d’hygiène féminine des autres. Une petite minorité rejette même ce duel au sommet [tampons vs serviettes], alternant entre tampons, serviettes, coupe menstruelle ou sous-vêtements périodiques selon le flux de leurs règles et leur envie de se sentir sexy ou non ce jour-là. Reconnaissons que sur ce coup-là, les tampons ont un petit avantage. 

Mais une petite communauté virulente d’utilisatrices de tampons donne de la voix pour écraser les autres. Elles minimisent, parfois, les dangers du choc toxique et refusent de reconnaître que le protège-slip qu’elles glissent dans leurs dessous pour absorber le ‘flux excessif’, n’est rien d’autre qu’une serviette réhabilitée. Elles accusent les serviettes d’être mauvaises pour l’environnement alors que sur les plages de Brooklyn, les applicateurs de tampons usagés sont plus répandus que les grains de sable. 

Les tampons sont, dans leurs esprits, des produits d’hygiène féminine sophistiqués, pensés pour des femmes modernes à la sexualité épanouie. Au contraire, les serviettes sont faites pour des célibataires grincheuses qui passent leurs journées avec leur mère, détestent l’environnement et portent des sous-vêtements Costco [chaîne de grande distribution américaine] achetés en solde.

Dans cette tribune publiée sur Mashable, titrée Quand est-ce que les utilisatrices de tampons vont cesser de ridiculiser celles qui mettent des serviettes, la journaliste américaine Heather Dockray dénonce les stéréotypes visant les femmes qui utilisent des serviettes hygiéniques durant leurs règles. Tantôt pointées du doigt pour être des “vielles vierges”, tantôt moquées pour aimer porter “des couches pour adultes”, elles sont constamment humiliées par celles –et ceux- pour qui les tampons seraient une solution plus pratique et plus hygiénique.

À lire le plus vite possible sur Mashable


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

6. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143