société

Le Cheek Point

Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
instagram/©jacquelinef143
instagram/©jacquelinef143

instagram/©jacquelinef143


Bien sûr, toutes les utilisatrices de tampons ne sont pas discriminantes, #NotAllTamponUsers. La plupart sont tolérantes ou totalement indifférentes face au choix d’hygiène féminine des autres. Une petite minorité rejette même ce duel au sommet [tampons vs serviettes], alternant entre tampons, serviettes, coupe menstruelle ou sous-vêtements périodiques selon le flux de leurs règles et leur envie de se sentir sexy ou non ce jour-là. Reconnaissons que sur ce coup-là, les tampons ont un petit avantage. 

Mais une petite communauté virulente d’utilisatrices de tampons donne de la voix pour écraser les autres. Elles minimisent, parfois, les dangers du choc toxique et refusent de reconnaître que le protège-slip qu’elles glissent dans leurs dessous pour absorber le ‘flux excessif’, n’est rien d’autre qu’une serviette réhabilitée. Elles accusent les serviettes d’être mauvaises pour l’environnement alors que sur les plages de Brooklyn, les applicateurs de tampons usagés sont plus répandus que les grains de sable. 

Les tampons sont, dans leurs esprits, des produits d’hygiène féminine sophistiqués, pensés pour des femmes modernes à la sexualité épanouie. Au contraire, les serviettes sont faites pour des célibataires grincheuses qui passent leurs journées avec leur mère, détestent l’environnement et portent des sous-vêtements Costco [chaîne de grande distribution américaine] achetés en solde.

Dans cette tribune publiée sur Mashable, titrée Quand est-ce que les utilisatrices de tampons vont cesser de ridiculiser celles qui mettent des serviettes, la journaliste américaine Heather Dockray dénonce les stéréotypes visant les femmes qui utilisent des serviettes hygiéniques durant leurs règles. Tantôt pointées du doigt pour être des “vielles vierges”, tantôt moquées pour aimer porter “des couches pour adultes”, elles sont constamment humiliées par celles –et ceux- pour qui les tampons seraient une solution plus pratique et plus hygiénique.

À lire le plus vite possible sur Mashable


3. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

5. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

7. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143