société

Le Cheek Point

Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
instagram/©jacquelinef143
instagram/©jacquelinef143

instagram/©jacquelinef143


Bien sûr, toutes les utilisatrices de tampons ne sont pas discriminantes, #NotAllTamponUsers. La plupart sont tolérantes ou totalement indifférentes face au choix d’hygiène féminine des autres. Une petite minorité rejette même ce duel au sommet [tampons vs serviettes], alternant entre tampons, serviettes, coupe menstruelle ou sous-vêtements périodiques selon le flux de leurs règles et leur envie de se sentir sexy ou non ce jour-là. Reconnaissons que sur ce coup-là, les tampons ont un petit avantage. 

Mais une petite communauté virulente d’utilisatrices de tampons donne de la voix pour écraser les autres. Elles minimisent, parfois, les dangers du choc toxique et refusent de reconnaître que le protège-slip qu’elles glissent dans leurs dessous pour absorber le ‘flux excessif’, n’est rien d’autre qu’une serviette réhabilitée. Elles accusent les serviettes d’être mauvaises pour l’environnement alors que sur les plages de Brooklyn, les applicateurs de tampons usagés sont plus répandus que les grains de sable. 

Les tampons sont, dans leurs esprits, des produits d’hygiène féminine sophistiqués, pensés pour des femmes modernes à la sexualité épanouie. Au contraire, les serviettes sont faites pour des célibataires grincheuses qui passent leurs journées avec leur mère, détestent l’environnement et portent des sous-vêtements Costco [chaîne de grande distribution américaine] achetés en solde.

Dans cette tribune publiée sur Mashable, titrée Quand est-ce que les utilisatrices de tampons vont cesser de ridiculiser celles qui mettent des serviettes, la journaliste américaine Heather Dockray dénonce les stéréotypes visant les femmes qui utilisent des serviettes hygiéniques durant leurs règles. Tantôt pointées du doigt pour être des “vielles vierges”, tantôt moquées pour aimer porter “des couches pour adultes”, elles sont constamment humiliées par celles –et ceux- pour qui les tampons seraient une solution plus pratique et plus hygiénique.

À lire le plus vite possible sur Mashable


2. Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

3. Alice Coffin: La Ligue du LOL “renvoie à l'élimination de toute une partie des journalistes”

Horrifiée mais “pas étonnée” par les révélations concernant la Ligue du LOL, la journaliste engagée Alice Coffin a accepté de se prêter au jeu des 3 questions et de nous livrer son point de vue sur l’affaire. On a parlé discrimination, journalisme et féminisme.  
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

4. Houda Benyamina, réalisatrice engagée qui veut démocratiser le cinéma

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente la réalisatrice Houda Benyamina, prix de la création.
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143

7. TPMP: Quand Jean-Marie Bigard mime et banalise le viol en direct

Lundi 11 février, dans Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard a mimé une scène de viol. Ce n’est pas la première fois que l’émission de Cyril Hanouna banalise les violences sexistes et sexuelles. 
instagram/©jacquelinef143  - Cheek Magazine
instagram/©jacquelinef143