société

Le Cheek Point

83 militantes de l'UNEF dénoncent des violences sexistes et sexuelles au sein du syndicat

On a lu pour vous cette tribune publiée dans Le Monde et signée par 83 militantes de l’UNEF dénonçant les violences sexistes et sexuelles au sein de l’organisation et on vous la conseille fortement.
Flickr © Etienne Valois
Flickr © Etienne Valois

Flickr © Etienne Valois


Depuis plusieurs semaines, les voix de milliers de femmes victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles s’élèvent. Générations de militantes et dirigeantes, féministes et progressistes, engagées à l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) au niveau local ou national depuis le début des années 2000 et de différentes tendances, nous osons désormais nous aussi dénoncer ces violences et leur ampleur systémique.

Nombre d’entre nous avons été victimes de violences au sein même de notre organisation. Longtemps, nous nous sommes senties seules et ostracisées, par le nombre et la gravité des faits. Nous prenons désormais conscience de l’ampleur de ces violences sexistes et sexuelles. Comment avons-nous pu militer avec tant d’énergie et d’abnégation dans une organisation en laissant les femmes, nous-mêmes, y endurer de telles violences?

83 femmes, anciennes syndicalistes de l’UNEF, signent une tribune dans Le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles subies au sein de l’organisation. Pour aller plus loin, vous pouvez également lire l’enquête du quotidien sur le “fonctionnement sexiste et dominateur” du syndicat étudiant ici

À lire le plus rapidement possible sur le site du Monde.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Flickr © Etienne Valois - Cheek Magazine
Flickr © Etienne Valois

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Flickr © Etienne Valois - Cheek Magazine
Flickr © Etienne Valois

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Flickr © Etienne Valois - Cheek Magazine
Flickr © Etienne Valois

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Flickr © Etienne Valois - Cheek Magazine
Flickr © Etienne Valois