société

Websérie

“Trucs de Meufs”: la série cash et décomplexée sur l'intimité des femmes

Plans cul, règles, poils, etc.: dans cette nouvelle websérie intitulée Trucs de Meufs et réalisée par Maïwenn Guiziou et Marie Cécile Lucas, des jeunes femmes évoquent cash et sans aucun tabou leur intimité. 
DR
DR

DR


L’époque où je me suis le plus masturbée, c’était pendant les examens et qu’il fallait réviser et là, toutes les 30 minutes, je faisais une pause, quoi! Ça m’aidait, j’ai eu tous mes exams avec mention!”, “parfois, j’ai des super longs poils sur les tétons, plus tu vieillis, plus tu as des poils incrongrus qui sortent à des endroits…”, “je pense que s’il n’y avait pas eu le porno, les mecs n’auraient jamais eu la sombre idée de se dire ‘bon ben je pense que ma copine devrait aller se mettre un peu de cire chaude entre les fesses’”: voilà ce que vous aurez le plaisir d’entendre en regardant l’excellente websérie intitulée Trucs de Meufs et réalisée par Maïwenn Guiziou, 28 ans, collaboratrice à France Culture, et Marie Cécile Lucas, réalisatrice de 32 ans.

Au programme? 6 épisodes diffusés tous les jeudis jusqu’au 5 octobre -3 sont déjà disponibles- sur la chaîne de IRL, la plateforme de France Télévisions, dans lesquels une vingtaine de jeunes femmes entre 20 et 35 ans évoquent sans aucun tabou leurs plans cul, leurs pratiques masturbatoires, leurs règles, leurs poils ou encore leur contraception ou la pornographie. Le résultat? Des confessions très décomplexantes, des punchlines cash et hilarantes -“Si les mecs avaient leurs règles, ça serait genre ‘t’as vu, moi j’ai un super flux’” et un bon coup de pied aux injonctions de toutes sortes qui pèsent sur les nanas. On a posé 3 questions à Maïwenn Guiziou. 

 

Quel est l’objectif de cette série? 

Ouvrir une parole décomplexée sur la sexualité et l’intimité des femmes, donner à entendre ce que l’on n’a pas l’habitude d’entendre, à savoir que les nanas se masturbent, qu’elles regardent du porno ou bien ce qu’est la galère de l’épilation, des règles ou de la contraception. En somme, ce que c’est d’être une femme aujourd’hui! On a voulu créer un programme assez court, drôle, qui s’adresse à tout le monde, même si la cible, ce sont plutôt les 20-40 ans. Et puis, quand on écoute ces filles parler par exemple de leurs pratiques masturbatoires, ça permet d’ôter certains complexes. Dans le cinéma ou les séries, la masturbation masculine est régulièrement suggérée, mais quid de la masturbation féminine dont on parle très peu? Après avoir réalisé cette série, j’ai même réussi à parler de règles à un déjeuner de famille! 

 

Trucs de Meufs – La masturbation

Le ton hyper cash de la série était une volonté de votre part? 

Oui, car le postulat de base était que les filles parlent entre elles de sexualité et d’intimité de façon assez directe donc il fallait que ça s’entende. Mais, contrairement aux apparences -des conversations très détendues entre copines-, certaines des femmes interviewées disaient des choses pour la première fois, parfois c’était un effort de leur part mais elles avaient envie que les gens entendent ce qu’elles avaient à dire.  

 

Trucs de Meufs – Le cas porn

Libérer la parole des femmes sur leur intimité fait-il partie d’une démarche féministe? 

Le projet est parti sans aucun doute d’une démarche féministe. D’ailleurs, au départ, le féminisme était un sujet qu’on voulait aborder dans l’un des épisodes, mais on s’est dit par la suite que tout ce qu’elles racontaient était déjà féministe et que, du coup, ce n’était pas nécessaire. Ce mot fait malheureusement encore peur à certaines qui le sont au fond d’elles mais ont du mal à le dire.  

Propos recueillis par Julia Tissier 


2. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
DR - Cheek Magazine
DR