société

Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
Instagram/@suleicinadalet
Instagram/@suleicinadalet

Instagram/@suleicinadalet


En France, peu de chances que son visage vous dise quelque chose. Mais en Turquie, pas une journée sans que l’image de Şule Çet ne vienne s’immiscer dans la vie des Turc·que·s. Depuis une semaine, sur Twitter, Facebook, dans les rues des grandes villes du pays, des ami·e·s, des militant·e·s, des hommes et femmes politiques ou des anonymes se battent pour qu’on ne l’oublie pas, à tel point que son visage est devenu un symbole: celui d’une justice faite par et pour les hommes et de la lutte pour les droits des femmes.

Le 24 mai dernier, le corps de Şule Çet (prononcer Choulé Tchet), étudiante de 23 ans à Ankara, est retrouvé sans vie, au pied d’un immeuble de bureaux de la capitale turque. Rapidement, deux personnes qui étaient avec elle ce soir-là -dont son patron, Şule Çet devant travailler en plus de ses études- crient au suicide. Après une soirée arrosée, prise d’un coup de folie, elle aurait sauté par la fenêtre. Les premiers rapports de police font aussi état de cette version. Mais voilà, quelques semaines plus tard, un rapport d’autopsie montre des déchirures anales, des traces de l’ADN d’un des hommes sous ses ongles et le fait qu’elle ait très probablement été poussée par la fenêtre. Sa colocataire également, témoigne de messages envoyés par son amie quelques minutes avant sa mort – “Je n’arrive pas à sortir d’ici, il est amoureux de moi” ou “Viens me chercher dans 15 minutes”- et les deux hommes, Çağatay Aksu et son ami, Berk Akand, auraient nettoyé la pièce minutieusement le lendemain.

 

Des questions sur sa virginité et sur son comportement

Le premier procès de l’affaire a eu lieu la semaine dernière. Et c’est peu dire qu’il était suivi. Familles, militant·e·s, mais aussi partis politiques se sont déplacés. Un compte Twitter créé par des amis de la jeune femme -suivi par plus de 37.000 abonnés- a relayé non seulement le procès, mais aussi des photos de la jeune fille et de sa famille, ainsi que des actions menées pour rendre public son cas. Rien que sur la journée de mercredi, le mot-clef “#suleadaletiçin” (Ndlr: justice pour Şule) est devenu l’un des sujets les plus commentés du pays sur Twitter. Devant la médiatisation de l’affaire, le gouvernement a également envoyé un avocat. “Je suis presque certain que cela va influencer le jugement d’une manière positive”, se félicite Ismail Amca, le père de la jeune femme.

Les avocats de deux hommes, et parfois les juges, ne se sont pas privés de commenter la vie privée de la jeune femme, arguant qu’elle n’était pas vierge.

Mais, malgré une médiatisation à outrance, les avocats des deux hommes, qui ont continué à nier le meurtre, et parfois les juges, ne se sont pas privés de commenter la vie privée de la jeune femme, arguant qu’elle n’était pas vierge ou demandant à sa colocataire si elle ramenait son petit copain à la maison. Avant le procès, les avocats -qui n’ont pas répondu à nos questions- ont fait fuiter un autre rapport d’autopsie indiquant la présence de traces d’alcool dans le sang de Şule Çet, un élément à charge selon eux, dont ils se sont servis pour indiquer que la victime avait probablement envie de faire l’amour. “Ils ont voulu créer du chaos dans la salle d’audience, malgré le fait que les preuves jouent contre eux”, indique Ismail Amca. À la fin de l’audience, les avocats des deux hommes ont par ailleurs signalé qu’ils comptaient porter plainte contre la médiatisation à outrance de l’affaire. “L’objectif principal est de cacher la réalité au public et de clore l’enquête”, soulève l’avocat de la famille de Şule Çet, Umut Yıldırım.

 

 

43 féminicides en janvier

Pour beaucoup de militant·e·s, le cas de Şule Çet a beau être ultra-suivi, la question du traitement des violences faites aux femmes n’en reste pas moins un problème sous-traité par les autorités turques. “En 2019, rien que sur le mois de janvier, il y a eu 43 meurtres de femmes”, indique Özden Öz, de la plateforme Kadin Mecisleri (Ndlr: “l’assemblée des femmes”), rappelant qu’en 2018, elles ont recensé 440 meurtres. “La justice est du côté des hommes. Les femmes sont toujours en deuxième position dans les yeux des juges, martèle la jeune femme. C’est le gouvernement qui doit normalement réunir ces chiffres. Mais ils ne font rien.

Le compte Twitter créé pour défendre la jeune femme relaie désormais les cas des autres jeunes femmes tuées. Et alors que la date des élections locales se rapproche en Turquie -elle aura lieu fin mars-, la plateforme, présente dans 37 villes, va mener des campagnes d’information, des réunions publiques et interpeller les candidats, sous le slogan “Nous voulons vivre dans des villes dans lesquelles nous ne sommes pas tuées”. Dans le cas de Şule Çet, la prochaine étape du marathon judiciaire aura lieu le 15 mai. Les deux suspects, Çağatay Aksu et Berk Akand, restent en prison. Mais les avocates volontaires de la plateforme ne vont pas chômer d’ici là: rien qu’au mois de février, elles doivent assister à 30 procès de féminicides.

Julie Honoré, à Istanbul (Turquie)


2. Je ne parle plus à ma mère et je vais bien

Faut-il couper les ponts avec une mère toxique? Celles qui ont franchi le pas ne s’en portent pas forcément plus mal. 
Instagram/@suleicinadalet - Cheek Magazine
Instagram/@suleicinadalet

6. Avec “La Voyageuse”, Christina Boixière permet aux femmes seules de parcourir le monde en toute sérénité

Avec sa plateforme en ligne La Voyageuse, Christina Boixière propose de mettre en contact les globe-trotteuses avec des “hébergeuses” de confiance. Comme un J’irais dormir chez vous version sororité. Rencontre avec celle pour qui le voyage est gage d’empowerment. 
Instagram/@suleicinadalet - Cheek Magazine
Instagram/@suleicinadalet

7. Inès Jaurena: la footballeuse qui se bat pour démocratiser le foot féminin

À l’orée de la Coupe du monde féminine de football qui se tiendra du 7 juin au 7 juillet dans l’Hexagone, jamais le ballon rond n’a paru aussi accessible aux femmes. Pourtant, l’égal accès au sport préféré des Français·e·s entre les sexes est encore chimérique. Inès Jaurena, joueuse professionnelle, incarne ce combat pour la démocratisation du foot par les femmes, et pour les femmes.
Instagram/@suleicinadalet - Cheek Magazine
Instagram/@suleicinadalet