société

Le Cheek Point

La drague féministe, ça ressemble à quoi?

On a lu pour vous cet article de Usbek & Rica sur la drague féministe et on vous le conseille fortement. 
“Sex Education”, DR
“Sex Education”, DR

“Sex Education”, DR


Le 9 janvier 2018, peu après l’onde de choc provoquée par l’affaire Weinstein, un collectif de 100 femmes françaises publiait dans le quotidien Le Monde une tribune afin de défendre ‘la liberté d’importuner’. Une tribune surtout à charge contre un féminisme dit ‘puritaniste’, qui réduirait les femmes à des victimes plutôt que de les considérer comme égales aux hommes: une forme de féminisme qui serait, selon les signataires, influencée par certains courants sociologiques américains. […]

La tribune pour ‘la liberté d’importuner’ regroupe une ancienne génération de féministes, qui s’oppose aujourd’hui aux mouvements féministes issus de #MeToo. Après l’égalité salariale et le droit à l’ouverture d’un compte en banque, le féminisme s’intéresse aujourd’hui au domaine de l’intime, notamment aux rapports de domination propres à la séduction. Le collectif Les Journalopes organisait une conférence sur le sujet, le samedi 27 avril à Pantin, en banlieue parisienne. Voici cinq pistes pour réfléchir à l’émergence d’une drague féministe, inspirées par ces nouveaux courants féministes et par nos entretiens avec la journaliste Fiona Schmidt et l’anthropologue Mélanie Gourarier.

Dans cet article publié sur le site du magazine Usbek & Rica, la journaliste Lucile Meunier explore cinq pistes pour aller vers une drague féministe, soit un mode de séduction moins normé, dans lequel les rôles de l’homme et de la femme ne seraient plus prédéfinis selon les stéréotypes de genre habituels. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Usbek & Rica


2. “Chez soi”, des retraites de yoga sous le signe de la sororité

Tran Bui, 28 ans, et Melissa Frédéric, 30 ans, ont lancé Chez soi, des retraites dédiées au bien-être des femmes, mêlant yoga et cercles de parole. Leur maître-mot? La sororité. Interview express.
“Sex Education”, DR  - Cheek Magazine
“Sex Education”, DR

7. “J'ai été conçue grâce à un don de sperme”

Née d’un don de sperme il y a 28 ans, Pauline Pachot se bat au sein de l’association PMAnonyme pour le droit d’accès aux origines des enfants nés de dons de gamètes en France. À l’occasion de la diffusion sur Téva du documentaire Né d’une PMA, dans lequel elle apparaît, nous l’avons rencontrée à Paris.
“Sex Education”, DR  - Cheek Magazine
“Sex Education”, DR