société

Le Cheek Point

Vêtements de grossesse: vous avez le choix entre la maman et la putain

On a lu pour vous cet article sur les vêtements de grossesse et on vous le conseille. 
Instagram/blakelively
Instagram/blakelively

Instagram/blakelively


C’est en voulant acheter ma première tenue de grossesse que j’ai été un peu surprise par le classicisme de certains vêtements de maternité. En rentrant dans une boutique spécialisée, je me suis rendue compte que la mode avait déserté cet endroit. Les femmes enceintes comme moi étaient cantonnées à un look ringard. Dans les rayons, j’avais le choix entre des robes classiques aux couleurs sombres et des tenues flashy aux décolletés vertigineux qui m’auraient fait perdre la vue si je les avais regardées plus de trente secondes. Ces vêtements de maternité disposés sur des portants métalliques reflétaient l’image que la société avait de moi. Une image à mi-chemin entre la maman et la putain.

En des temps obscurs (au Moyen-Age) où l’Église imposait sa loi, les femmes avaient déjà été  confrontées à ce paradoxe. Si la Bible leur disait de concevoir des enfants, leur ventre rebondi représentait un lieu de perdition. Pour ne pas heurter la bienséance, il fallait donc dissimuler son état. […] Ce n’est que dans les années 1960 que les femmes enceintes ont commencé à assumer leurs formes.

Sur le site de Slate, la journaliste Andrée Stephenson s’interroge sur la pauvreté du choix offert aujourd’hui aux femmes en matière de vêtements de maternité et rappelle que la grossesse a longtemps dû être dissimulée par les habits avant d’être sexualisée à la fin des années 80. 

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


2. Najat Vallaud-Belkacem: “Dommage que le féminisme soit absent de cette campagne”

À l’occasion de la sortie de son livre, La Vie a plus d’imagination que toi, on a rencontré Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour parler droits des femmes, attaques sexistes et campagne présidentielle. 
Instagram/blakelively - Cheek Magazine
Instagram/blakelively

7. Nicola Thorp veut bousculer la loi anglaise sur le port de talons au travail

Nicola Thorp a été licenciée pour avoir refusé de porter des talons au boulot. Elle s’est mobilisée, avec succès, pour que le Parlement débatte des codes vestimentaires sexistes dans le monde du travail.
Instagram/blakelively - Cheek Magazine
Instagram/blakelively