société

La vidéo du jour

Victime de violences sexuelles, Marion Seclin se confie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le témoignage de Marion Seclin publié sur Brut à propos des violences sexuelles dont elle a été victime.
DR
DR

DR


Son visage ne vous est sûrement pas inconnu. En 2016, la Youtubeuse Marion Seclin avait fait l’objet d’un cyberharcèlement d’une grande violence après avoir publié des vidéos sur le féminisme et le harcèlement de rue sur sa chaîne YouTube.

Dans une pastille publiée par Brut le 1er juin, c’est à une autre forme de violences que s’intéresse l’actrice, vidéaste, chroniqueuse et auteure. “Ça a été la plus longue reconstruction que j’ai jamais eue à faire sur mon intimité, sur qui j’étais”, confie-t-elle à propos des violences sexuelles et du viol qu’elle a subis enfant et adolescente. “A partir du moment où j’ai été formée, plus comme une petite fille mais comme une jeune femme, j’ai subi des frottements dans le métro, j’ai été suivie à l’âge de 9 ans et un mec s’est masturbé devant moi. […] Quand j’avais 16 ans je me suis fait violer par mon copain de l’époque et des amis à lui.”

Plus qu’un témoignage personnel, la jeune femme de 28 ans insiste sur le caractère universel des violences sexuelles, elle qui “ne connaî[t] pas une femme qui n’a pas vécu ce genre de choses”. De même, elle casse les préjugés et explique que non, les auteurs de ces agressions ne sont pas des cas isolés ou des malades mentaux, mais des “personnes dites ‘normales’, avec une vie pas particulièrement difficile”. Selon elle, seule l’éducation des garçons comme des filles “réussira à faire bouger les choses”.

Alexandra Vépierre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
DR - Cheek Magazine
DR