société

La vidéo du jour

“J'étais pétée de thunes, j'avais des fringues gratos”: Elle raconte son changement de vie et fait le buzz

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’une ancienne styliste qui raconte son burn-out pour le média Les Déviations
“J'étais pétée de thunes, j'avais des fringues gratos”: Elle raconte son changement de vie et fait le buzz

C’est un buzz plutôt inattendu pour une vidéo aussi longue (plus de 12 minutes): avec le témoignage d’Ariane, le tout jeune média Les Déviations, lancé en septembre, revendique 4 millions de vues et des dizaines de milliers de partages. Ici pourtant, pas de challenge absurde ni de chat effrayé par un concombre, mais une femme qui raconte son burn-out et son changement de vie.  

Flashback. A 30 ans, Ariane travaille dans le milieu de la mode, elle est “pétée de thunes et [a] des fringues gratos.” Mais, au fond d’elle, la jeune femme ressent un malaise qu’elle ne parvient pas à exprimer. C’est lors d’une réunion qui porte sur la couleur d’une jupe-culotte qu’elle prend subitement conscience de la vacuité de son quotidien: “Il y a un truc qui t’arrive dans la gueule, c’est comme un Boeing 747 qui t’atterrit en pleine tronche”, se remémore-t-elle face caméra. Ariane quitte la pièce et plaque sa vie parisienne pour aller se réfugier chez sa grand-mère en Poitou-Charentes, où elle reste au lit pendant six mois, en proie à une sévère dépression. 

Si l’histoire d’Ariane circule autant sur les réseaux sociaux, cela tient sans doute un peu à la personnalité de l’interviewée, passionnante pour certain·e·s, horripilante pour d’autres. De punchlines mythiques comme celle du Boeing 747, à la citation décomplexée des philosophes grecs à tout bout de champ –“je les connais très bien, j’ai l’impression que c’est des copains”-, cette ancienne styliste reconvertie dans le journalisme historique donne du grain à moudre aux commentateur·rices Facebook.

Mais le succès de cette vidéo tient surtout au fait qu’elle résonne fortement chez bon nombre de trentenaires, pour qui réinventer sa vie est souvent un fantasme et parfois une nécessité. C’est d’ailleurs l’angle du changement de vie qu’a choisi Laurence Vély, la fondatrice des Déviations, pour raconter l’histoire des femmes et des hommes qu’elle rencontre sur son média 100% social. “On n’a jamais été autant concerné par le devenir de soi”, confiait-elle récemment à La Parisienne pour expliquer sa démarche. Le succès de cette vidéo lui donne raison. Nouvel épisode dans 15 jours. 

 

Faustine Kopiejwski


4. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

5. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine