société

Vidéo

Une vidéo hilarante dénonce l'injonction sexiste au sourire

Vous n’en pouvez plus qu’on vous dise de sourire? Cette vidéo est faite pour vous. 
Une vidéo hilarante dénonce l'injonction sexiste au sourire

“Qu’est-ce qui ne va pas Beth? Tu avais l’air vraiment énervée pendant la présentation.” Au bureau, dans la rue ou en famille, laquelle d’entre vous n’a jamais eu droit à ce genre de remarques, alors qu’elle était concentrée, dans ses pensées ou, simplement, ne ressentait pas le besoin de sourire? 

Comme tant d’autres comportements -ne pas dire de grossièretés, manger élégamment etc…-, il est tacitement demandé aux femmes de sourire en société, sans quoi elles se font aussitôt rappeler à l’ordre. C’est ce que vient dénoncer avec un humour féroce cette vidéo baptisée Smyle For Women sur le mode de la fausse pub. Le produit vanté ici est un médicament, le Smyle, qui permet aux femmes de retrouver instantanément le sourire lorsqu’elles y sont invitées. 

“Beaucoup d’hommes ne comprennent toujours pas pourquoi les femmes s’énervent quand on leur dit de sourire, mais pour moi cela mène à l’idée que les femmes doivent ce comporter d’une certaine façon dans ce monde”, a expliqué Jen McCartney, scénariste et productrice de la vidéo, à Buzzfeed. “Quand les femmes ne se conforment pas à ces coutumes, beaucoup de gens pensent inconsciemment que quelque chose ne va pas ou qu’ils doivent remédier à la situation. Je voulais mettre en scène de trois manières différentes l’injonction au sourire dans le sketch: au travail, dans la rue et dans notre vie sociale”

On vous laisse apprécier et, pour une fois, rire vraiment beaucoup sans qu’on vous le demande. 

 

 


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles” - Cheek Magazine

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire - Cheek Magazine

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout - Cheek Magazine

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille - Cheek Magazine

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause - Cheek Magazine