société

La vidéo du jour

#MeToo: Quand des femmes agressées témoignent face caméra

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce seraient ces témoignages et réflexions de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles suite au hashtag #MeToo.
#MeToo: Quand des femmes agressées témoignent face caméra

J’avais 16 ans, je sortais d’un cours de danse, il m’a dit ‘il faut montrer aux gouines dans ton genre ce que c’est qu’un homme’ et il m’a violée.” C’est l’un des témoignages recueillis par Léa Bordier, réalisatrice (on lui doit la série Chers Corps ou le documentaire Elles prennent la parole), pour sa vidéo mise en ligne dimanche, intitulée #MeToo et repérée par RTL Girls. 41 femmes apparaissent à l’écran, graves ou souriantes, seules ou en bande, fixant l’objectif sans dire un mot. Alors que leurs visages défilent, on entend leurs voix nous raconter le harcèlement ou les agressions sexuelles dont elles ont été victimes, puis leurs réflexions sur cette parole des femmes qui se libère. “Il ne faut surtout pas que ce soit interprété comme ‘contre les hommes’ parce que ce n’est pas l’idée”, explique l’une d’elles. “Il y a eu un gros effet de buzz avec l’affaire Weinstein et les hashtags, et je pense qu’il est impératif maintenant de diriger le débat vers l’éducation à la tolérance et au respect, parce qu’agresser quelqu’un c’est nier son individualité, c’est nier son droit au respect”, complète une seconde femme, elle aussi victime de violences.

En proposant une vidéo pop, positive, appelant au débat entre hommes et femmes, Léa Bordier tape juste. Et on ne peut que saluer son choix judicieux d’utiliser en fond sonore Nina Simone et son morceau Ain’t got no, I got life, aux paroles porteuses d’espoir: “J’ai ma vie, j’ai ma liberté, et je vais la garder”.

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine