société

Le Cheek Point

Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual


En 2014, dans un comic intitulé Trigger Warning: Breakfast, une autrice anonyme raconte comment l’une de ses connaissances l’a violée. Cette autrice a dit non, mais le violeur ne l’a pas écoutée. Elle a fini par le laisser passer la nuit chez elle et, le lendemain matin, elle lui a préparé un petit déjeuner. Pourquoi a-t-elle fait ça? Cette question la hante. Elle est hantée par le mythe de la victime parfaite.

La victime parfaite est un mirage auquel sont opposées toutes les autres victimes (normales, imparfaites, humaines), et croyez-moi, nous ne sortons jamais gagnantes d’une telle comparaison. La victime parfaite dit ‘non’ distinctement et régulièrement, se bat comme une lionne contre son agresseur et, si elle ne peut pas s’échapper, elle continue de proférer son non-consentement tout au long de l’agression, idéalement en hurlant ‘non’ à tout bout de champ, tout en continuant à se débattre du mieux qu’elle peut. La victime parfaite a le courage d’une équipe de quaterbacks amateurs. La victime parfaite griffe et mord. La victime parfaite crache et pleure. La victime parfaite n’abandonne pas. La victime parfaite ne mouille pas. La victime parfaite ne prépare pas le petit déjeuner à son violeur.

Je connais des femmes qui ont demandé à leur violeur de mettre un préservatif, proposant même de lui en donner un. Je connais des femmes qui, après une nuit d’avances incessantes, ont fini par dire oui, usées. On ne peut pas repousser un homme éternellement. On ne peut pas dire ‘pas maintenant, non merci, je n’ai pas envie’ indéfiniment. Moi aussi j’ai eu des relations sexuelles non consenties car cela me semblait être l’option la moins pire. Le sexe est une variable connue. Voyez ça comme une stratégie de réduction des risques. Se débattre, crier, frapper et hurler face à un homme? Conséquences ignorées, variable inconnue. Me frappera-t-il aussi? Me laissera-t-il partir? Vais-je me battre et perdre? Si je perds, va-t-il redoubler de violence en abusant de moi?

Dans un long article, publié sur le site d’Harper’s Bazaar US, intitulé Sometimes You Make Your Rapist Breakfast, la chroniqueuse américaine Marissa Korbel, déconstruit le mythe de la victime parfaite, cette femme imaginaire qui lors d’un viol ou d’une agression sexuelle réagirait comme il le faut, sous-entendu comme la société l’exige. Avocate bénévole pour le Victim Rights Law Center, une association américaine qui aide les victimes de crimes sexuels à mener une action en justice, Marissa Korbel revient sur le concept de zone grise, les viols conjugaux, ou les agressions à domicile pour passer en revue les multiples raisons, toutes valables, qui peuvent pousser des femmes à ne pas se débattre, à céder face à un violeur, voire à lui préparer le petit déjeuner. Une piqûre de rappel toujours nécessaire pour que tout le monde accepte enfin l’idée qu’un violeur n’est que rarement un inconnu planqué dans un parking, et qu’une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit.

À lire le plus vite possible sur le site de Harper’s Bazaar


1. Armée d’un nouveau livre politique, Assa Traoré continue “Le Combat Adama”

Sa dignité a crevé les écrans aux lendemains du décès de son jeune frère Adama dans la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise). Devenue une icône de la lutte contre les violences policières dans les quartiers populaires, Assa Traoré poursuit le combat politique avec un livre coup de poing.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

2. Elles reprennent “Balance ton quoi” d'Angèle pour dénoncer l'islamophobie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette reprise du Balance ton quoi d’Angèle par les Molem Sisters, qui dénoncent les discriminations à l’encontre des femmes voilées. 
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

3. En racontant son viol, Shiori Ito porte le mouvement #WeToo au Japon

La jeune journaliste Shiori Ito sort La Boîte noire, le récit de son agression sexuelle survenue en 2015 à Tokyo. Dans son livre, elle décortique le rapport de la société japonaise aux violences sexuelles et aux victimes.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

5. Dans son essai, Marie Kock explique pourquoi le yoga nous plaît autant

Tout au long de Yoga, une histoire-monde, Marie Kock explore les origines complexes de cette pratique devenue incontournable partout dans le monde. De l’Inde à la Californie, elle montre comment le yoga a toujours su s’adapter pour survivre.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

6. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual

7. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual - Cheek Magazine
“Je suis ordinaire”, court-métrage de Chloé Fontaine sur le viol conjual