société

La vidéo du jour

Comment le viol est devenu un crime en France

Hier soir, France 3 a consacré sa soirée à l’affaire qui permit en 1980 de faire qualifier le viol de crime. À voir absolument. 
DR
DR

DR


Hier soir, France 3 consacrait sa soirée à la question du viol via un téléfilm retraçant un fait divers peu connu de la jeune génération: le viol, en 1974, de deux touristes belges lesbiennes par un groupe de jeunes hommes français dans le sud. Leur parcours du combattant judiciaire pour faire qualifier leur agression en crime et non en simple délit, puis leur rencontre avec l’avocate féministe Gisèle Halimi (interprétée par Clotilde Courau) qui portera leur affaire devant la Cour d’Assises et les médias, et enfin la condamnation des agresseurs, qui assurèrent pendant tout le procès que les victimes étaient consentantes, tout est retracé dans cette fiction saisissante, intitulée sobrement Le Viol.

Encore terriblement actuelle, la question de l’invisibilité du viol, et du manque d’écoute des femmes qui en sont victimes, est abordée frontalement dans ce téléfilm, qui nous rappelle qu’il y a quarante ans encore, les violeurs étaient jugés au tribunal correctionnel, entre les voleurs de bicyclette et les auteurs d’un feu de poubelle.

À voir absolument ici en replay. 

Myriam Levain


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
DR  - Cheek Magazine
DR