société

Le Cheek Point

Les victimes de viol n'osent toujours pas porter plainte en 2017

On a lu pour vous cet article sur le tabou qui règne toujours autour du viol, et on vous le recommande.
© Amnesty International
© Amnesty International

© Amnesty International


‘Le viol est l’une des infractions les plus graves, et en même temps l’une des moins rapportées à la police ou à la gendarmerie’, relève Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Seule une victime interrogée sur cinq s’est rendue à la police ou à la gendarmerie, 13 % ont porté plainte, 4 % ont déposé une main courante, et 2 % sont reparties sans effectuer aucune des deux démarches, soit 1 personne qui s’est déplacée sur 10.

Hésitation, découragement, refus de prendre la plainte de la part des forces de l’ordre? L’enquête ne donne pas de réponse pour l’instant à cette question sensible (une deuxième phase d’exploitation des réponses détaillées est prévue). Il reste que 4 victimes sur 5 n’ont pas tenté la démarche.

L’Observatoire national de la délinquance publie aujourd’hui une enquête reflétant le tabou qui règne autour du viol, pourtant une agression fréquente en France, et Le Monde analyse ces résultats dérangeants.

À lire le plus vite possible sur le site du Monde.


1. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
© Amnesty International  - Cheek Magazine
© Amnesty International

4. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Amnesty International  - Cheek Magazine
© Amnesty International