société

Le Cheek Point

Sexualité et zone grise: est-ce que ne pas dire oui, c'est dire non?

On a lu pour vous cette enquête de Rue 89 sur le consentement et sur ce qu’on appelle la “zone grise”, et on vous le recommande. 
© Dans mon Tiroir
© Dans mon Tiroir

© Dans mon Tiroir


Disons-le tout de suite. Ce terme nous pose un problème, car il sous-entend que le consentement est quelque chose de compliqué, alors que quand ce n’est pas oui, c’est non. On a utilisé ce terme parce que si on avait sollicité des témoignages de viols, tous ces cas considérés comme limites, flous, auraient été passés sous silence. Plus de 200 histoires nous sont parvenues, écrites dans une écrasante majorité par des femmes, dans des relations hétéros. C’est beaucoup (et beaucoup trop pour être lu d’une traite sans se donner mal à la tête et au bide) et cela nous fait dire que c’est une expérience aussi répandue que le harcèlement de rue. (…)

Entrer dans des histoires de “zone grise” -la police judiciaire utilise le néologisme “miol”- nous amène vite en eaux troubles. ‘C’est le moment où on est mentalement engagée et où on ne se sent pas ou plus en capacité ou légitimité de dire non’, résume Fanny. ‘C’est le moment où on dit oui parce qu’on n’ose pas dire non, où un silence ou une absence de réponse est interprété comme un oui’, explique Lorene Carlin, sage-femme, qui a participé à une campagne sur le consentement à l’université de Bordeaux.”

Dans une enquête passionnante publiée sur Rue 89, les journalistes Émilie Brouze et Alice Maruani décortiquent la question du consentement pendant l’acte sexuel, et rappellent qu’un viol, c’est très rarement une agression dans un parking sombre sous la menace d’un couteau, mais bien plus souvent une violence commise par un proche. Est-ce que ne pas dire oui, c’est dire non? Si la réponse à cette question est très claire pour nous (ne pas dire oui, c’est dire non), cet article montre que des siècles de viol conjugal et une domination masculine encore omniprésente empêchent de nombreuses femmes d’exprimer clairement leurs désirs à l’instant T. Les réponses massives qu’ont reçues les journalistes à leur appel à témoins montrent tout de même -et c’est une bonne nouvelle- que la parole est en train de se libérer, et que notre société prend petit à petit conscience de la culture du viol dans laquelle elle baigne. 

À lire le plus vite possible sur le site de L’Obs.

 


1. Elles reprennent “Balance ton quoi” d'Angèle pour dénoncer l'islamophobie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette reprise du Balance ton quoi d’Angèle par les Molem Sisters, qui dénoncent les discriminations à l’encontre des femmes voilées. 
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir

2. En racontant son viol, Shiori Ito porte le mouvement #WeToo au Japon

La jeune journaliste Shiori Ito sort La Boîte noire, le récit de son agression sexuelle survenue en 2015 à Tokyo. Dans son livre, elle décortique le rapport de la société japonaise aux violences sexuelles et aux victimes.
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir

4. Dans son essai, Marie Kock explique pourquoi le yoga nous plaît autant

Tout au long de Yoga, une histoire-monde, Marie Kock explore les origines complexes de cette pratique devenue incontournable partout dans le monde. De l’Inde à la Californie, elle montre comment le yoga a toujours su s’adapter pour survivre.
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir

5. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir

6. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir

7. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
© Dans mon Tiroir - Cheek Magazine
© Dans mon Tiroir