société

La vidéo du jour

Il y a 40 ans, les hommes confiaient à la télé qu’ils battaient leur femme

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de France Info qui compare la vision des hommes de 1975 et de 2018 concernant les violences au sein du couple.
© INA
© INA

© INA


Il y en a qui aiment être battues”, “Si je veux taper ma femme, je suis sûr qu’elle fera mieux l’amour”, “Quand le dialogue n’est pas possible, à certaines femmes, il faut leur faire rentrer à coups de poing”, “Des petites gifles, trois fois rien”. Voici ce qu’ont répondu quelques hommes, interrogés dans les rues de Paris en 1975, à la question “Avez-vous déjà battu votre femme?”.  

Le micro-trottoir, à l’origine réalisé pour l’émission Aujourd’hui Madame, a été reproduit par France Info dans une vidéo mise en ligne mardi 13 mars. À notre grande réjouissance, les passants interrogés en 2018 assurent n’avoir jamais levé la main sur une femme et vont même -à l’exception de l’un d’eux- jusqu’à affirmer que ces pratiques appartiennent à une autre époque. Un point de vue qui est loin d’être partagé par les femmes à qui le journaliste de la chaîne d’info fait écouter les témoignages des années 1970. “Je ne suis pas certaine que ça ait changé”, réagissent certaines d’entre elles. Et il semblerait qu’elles n’aient pas tord au regard du chiffre rappelé en conclusion du reportage: 225 000 femmes par an subissent des violences au sein de leurs couples.

 

Margot Cherrid


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
© INA - Cheek Magazine
© INA

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
© INA - Cheek Magazine
© INA

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
© INA - Cheek Magazine
© INA