société

Le Cheek Point

Épisiotomies, césariennes à vif, déclenchements abusifs: des femmes témoignent des violences obstétricales

On a lu pour vous cet article de franceinfo qui donne la parole à des femmes victimes de violences obstétricales, et on vous le recommande fortement. 
© Paramount Pictures France
© Paramount Pictures France

© Paramount Pictures France


L’accouchement, le plus beau jour de la vie d’une femme? ‘C’est en tout cas l’impression qu’on a quand on lit les témoignages de jeunes mamans sur Internet’, reconnaît Ana. Mais pour cette trentenaire qui a eu un garçon en mars, la réalité a été un peu moins heureuse. ‘La venue au monde de mon fils a été l’une des pires expériences de ma vie. J’ai été maltraitée, humiliée, et rien ne nous prépare à ça.’ Sept mois plus tard, la jeune femme souffre encore de stress post-traumatique. Ana a cherché des histoires semblables à la sienne -en vain- , puis a fini par se renfermer sur elle-même. Pourtant, depuis quelques années, ce qu’Ana a vécu porte un nom: la violence obstétricale.

‘Cela va de la parole insultante et du refus d’information aux gestes autoritaires, qu’il s’agisse d’une immobilisation forcée, d’une épisiotomie non consentie ou d’une péridurale refusée, énumère l’ancien médecin et blogueur Martin Winckler à franceinfo. Tout ce qui, de près ou de loin, contraint la femme enceinte à subir quelque chose contre son consentement ou viole son droit élémentaire à la pudeur et sa sensibilité.’ […]

‘Après un accouchement, c’est à la femme de dire si tout va bien, pas à l’obstétricien’, rappelle pourtant Martin Winckler. ‘En France, l’accouchement est un tabou. Les gens sont peu informés, c’est compliqué de critiquer la manière dont ça se passe’, complète Marie-Hélène Lahaye. Cette juriste a créé un blog, Marie accouche là. ’Personne ne se préoccupe de la souffrance des femmes, ni n’ose remettre la responsabilité des médecins en question.’ ”

Alors que la secrétaire d’État Marlène Schiappa a affirmé la semaine dernière que le taux de recours à l’épisiotomie atteignait 75% en France -chiffre contesté immédiatement par les gynécologues-, franceinfo se penche ici sur les violences obstétricales et donne la parole aux femmes qui en ont été victimes. Épisiotomies forcées, césariennes à vif, déclenchements abusifs, les témoignages de violences gynécologiques sont nombreux. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de franceinfo.


2. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
© Paramount Pictures France - Cheek Magazine
© Paramount Pictures France

3. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
© Paramount Pictures France - Cheek Magazine
© Paramount Pictures France

4. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
© Paramount Pictures France - Cheek Magazine
© Paramount Pictures France

5. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
© Paramount Pictures France - Cheek Magazine
© Paramount Pictures France