société

Le Cheek Point

“Chat fesse” ou “jeu de la main”: Les filles subissent des violences sexistes dès la maternelle

On a lu pour vous ce papier de L’Express qui détaille les innombrables violences sexistes dont sont victimes les filles, de la maternelle au lycée, et on vous le conseille fortement.    
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR


Si les parents savaient véritablement ce qu’il se passe entre les murs des établissements qui accueillent leurs enfants, ils prendraient peur, assure la gynécologue Violaine Guérin, présidente de l’association Stop aux violences sexuelles, au diapason avec bien d’autres acteurs engagés sur le terrain. Il y a trente ans, quand j’ai commencé à exercer, jamais je n’aurais entendu une jeune fille me confier qu’elle avait eu son premier rapport avec deux garçons rencontrés sur Facebook. Aujourd’hui, je peux vous donner les tarifs exacts des fellations pratiquées dans les toilettes de certains établissements, poursuit-elle. 

Le sexisme à l’école prend souvent racine dès la maternelle et le primaire, à travers des pratiques jugées parfois ‘innocentes’ comme le ‘chat fesse’ ou le ‘jeu de la main’, qui permet aux garçons d’engranger des points lorsqu’ils touchent la poitrine, les fesses ou le sexe de leurs petites camarades. Ou encore cette ‘blague’ qui consiste à soulever les jupes des filles avec sa règle. 

Lorsque le respect n’est pas enseigné dans les petites classes, le curseur ne cesse de se déplacer jusqu’à être poussé à l’extrême au collège et au lycée, alerte encore Violaine Guérin. Souvent, les jeunes filles finissent par intérioriser les violences dont elles sont victimes, ne réalisent pas forcément la portée de certains actes, méconnaissent les sanctions juridiques dont sont passibles leurs agresseurs, ou bien se disent tout simplement fatalistes.” 

Dans un long article publié sur le site de L’Express, intitulé Sexisme à l’école, silence dans les rangs, la journaliste Amandine Hirou met en lumière le sexisme systémique qui règne dans les cours de récréation ou les salles de classe. Insultes, intimidations, harcèlement, agressions sexuelles ou slut-shaming, au cours de leur scolarité les jeunes filles sont confrontées à des violences de plus en plus répandues. Face à des enseignant·e·s souvent débordé·e·s et des pouvoirs publics peu pressés d’agir, les comportements misogynes se multiplient et restent généralement impunis. L’école apparaît alors comme un environnement hostile où les filles deviennent des proies et sont traquées dès leur plus jeune âge. 

À lire le plus vite possible sur le site de L’Express


1. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

2. Les Girls on Wheels prennent d'assaut la ville à vélo

Depuis deux ans, elles sillonnent les rues de Paris, entre filles. Pour prendre confiance face au milieu très masculin du cyclisme, montrer qu’elles ont leur place en ville et se dépenser dans une ambiance bienveillante.
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

3. Elle a lancé Les Aliennes, le festival qui parle féminisme et numérique

Tatyana Razafindrakoto, directrice du festival multiculturel Les Aliennes, qui aura lieu les 25 et 26 mai au Hasard Ludique à Paris, nous embarque dans un voyage qui mêle combats féministes, musique et innovation technologique. Entretien Express.
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

4. Quand l'épilation du maillot asservit les femmes

On a lu pour vous cet article de Buzzfeed sur le diktat de l’épilation du maillot et on vous le conseille fortement. 
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

5. Les “No Bra”: de plus en plus de femmes se débarrassent de leurs soutifs

Pour leur confort ou par féminisme, de plus en plus de Françaises décident de se passer de soutien-gorge et adoptent le “no bra” (“pas de soutien-gorge”). L’occasion de découvrir à quel point la poitrine des femmes fait encore l’objet de toutes les attentions… et injonctions.
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR

7. Un mariage hétéro féministe? C'est possible!

La saison des talons qui s’enfoncent dans l’herbe, des pièces montées qui collent aux dents et des discours embarrassants est arrivée. L’an dernier, 228 000 couples se sont dit oui. Mais comment se passer la bague au doigt en étant féministes convaincu·e·s alors que le mariage véhicule toujours certaines symboliques patriarcales et genrées?   
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR - Cheek Magazine
Affiche du film “Dis maîtresse!”, DR