société

Après les violences sexuelles, la bataille pour reconquérir son corps et son intimité

Gommé”, “mis de côté”, “occulté”, “sensation de vol”, “intrusion”… Comment faire la paix avec son corps et son intimité quand autrui y a porté atteinte?  
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix

Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix


Selon une enquête de l’INED datant de 2015, 580 000 femmes ont vécu au moins une agression sexuelle. Par quels moyens peut-on se réapproprier son corps, son intimité, après ces expériences traumatisantes aux conséquences physiques et psychologiques? Morgane, 29 ans, Melinda 42 ans, Florence, 45 ans, Stéphanie, 46 ans, ou encore la sexothérapeute Alexia Bacouël, 34 ans, et l’artiste et photographe Estelle Prudent, la trentaine, se confient sur leur parcours.

 

Ne plus être qu’une victime

Alexia Bacouël, sexothérapeute et étudiante en psychologie, a fondé en 2013 le Cabinet de curiosité féminine qui propose notamment des ateliers autour des sexualités. A la suite de la déferlante #Metoo, elle a lancé des sessions gratuites “violences sexuelles, sortir du tabou et après?”, afin de de donner des pistes d’exploration aux femmes victimes dans leur chemin vers la reconstruction. Elle se qualifie d’“ancienne victime”, refusant -comme tous les femmes qui ont accepté de témoigner-, d’être réduite à ce statut. 

Pendant un mois, je me suis mise en danger, le but étant de voir ce que j’étais capable de faire.

Parmi elles, certaines ont eu besoin de se prouver qu’elles pouvaient dépasser leurs traumatismes. En 2012, Morgane a 23 ans quand, lors d’une fête organisée chez une amie alors qu’elle étudie aux Etats-Unis, son ex-partenaire et son colocataire la droguent, la torturent et la violent. Après avoir immédiatement cherché une aide psychologique et entamé des démarches juridiques éprouvantes, elle est déterminée, un peu plus d’un an plus tard à reprendre le contrôle de sa vie sexuelle. “Je voulais dépasser ce traumatisme au plus vite pour retrouver ma vie d’avant, à savoir une sexualité active, pénétrative pour me dire que ce qui m’était arrivé ne m’avait pas changée. Je me suis donc inscrite sur un site de rencontre.” 

Florence suit également cette voie depuis environ un an, après avoir vécu des violences sexuelles de la part de son ex-mari pendant plusieurs années, dont une dernière en 2007 de nature “punitive”, comme il l’a lui-même qualifiée avant qu’elle ne le quitte quelques mois plus tard. “Pendant un mois, je me suis mise en danger, le but étant de voir ce que j’étais capable de faire. Je sais maintenant ce qui me fait plaisir, ce que je ne veux pas et si je sens un signal de danger, je m’écoute. Ce n’était pas le cas il y a encore six mois.” Pour arriver à partager à nouveau son intimité avec les hommes, elle a testé ses limites avec un ami retrouvé il y a trois ans. “J’ai eu un rapport sexuel avec lui et toute la nuit, j’ai eu des flashs des violences que j’avais occultées. On a ensuite passé régulièrement du temps ensemble et il y a eu une approche physique progressive sous la forme de jeux, avec des massages, des câlins, jusqu’à ce que ça devienne plus simple pour moi d’avoir une intimité avec lui. Cela a duré six ou sept mois.

Estelle Prudent, artiste et photographe queer donnant la parole à la communauté LGBT afrodescendante, a recherché une autre forme de contact après avoir vécu des agressions sexuelles dès l’enfance, de la part d’hommes et d’une femme. Elle raconte le pari qu’elle s’est lancé: “Un jour, j’ai décidé de faire une séance de réflexologie plantaire. Je savais qu’elle serait effectuée par un homme. Je me suis dit que ce serait bien de dépasser ce cap-là. A la fin de la séance, il m’a dit qu’il m’avait senti crispée tout du long mais ça m’avait fait du bien d’avoir franchi le pas; c’était important pour moi.” 

 

Faire la paix avec son corps

Se regarder n’est pas chose facile quand on a mis son corps de côté. Pour Florence, l’entrée s’est faite par le théâtre de rue qu’elle pratique depuis deux ans.“Tu réapprends à connaître ta bulle et la distance que tu acceptes par rapport aux autres. C’est tout un travail sur la confiance en soi, la réappropriation de son corps…” Avant de se mettre devant l’objectif d’un appareil photo, en accordant sa confiance à un photographe amateur. “Avant, je n’existais pas, je ne reconnaissais pas la personne que je voyais dans le miroir et maintenant je me regarde et je m’apprécie. C’est une étape qui fait que je peux dire aujourd’hui que mon corps est à moi.

Poser, une étape cruciale également pour Melinda, victime d’abus sexuels à l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte en contexte conjugal. “Mon objectif, c’était de m’aimer moi-même. Je me suis autorisée à me regarder différemment. Je suis une ancienne anorexique, donc ce que reflétait le miroir n’est pas ce que je voyais. J’ai décidé de me prendre en photo et là, je me suis rendu compte que j’étais plutôt pas mal. ça redonne confiance de se voir tel qu’on est.” 

“Le contact de la peau avec d’autres me brûlait.”

Pour d’autres, il s’agit de prendre en compte ce qu’exprime le corps. C’est le cas de Stéphanie qui, en plus de séances de kiné, de relaxation et de shiatsu en thérapie, s’est fait aider d’une psychomotricienne travaillant au sein de l’association Paris Aides aux victimes. En 2002, elle a 30 ans et subit un viol sous la contrainte d’une arme blanche par un inconnu qui l’a suivie dans la rue. “A ce moment-là, j’ai eu envie de me défigurer pour qu’on ne me regarde plus. Le contact de la peau avec d’autres me brûlait comme pour un nouveau-né prématuré; il n’y avait plus de séparation entre les gens et moi. La dissociation entre mon corps, que je voulais transformer en armure, et mon esprit était énorme, je ne ressentais que des douleurs et je ne les écoutais pas. Il y a encore un an, mon corps était un fardeau, il est désormais mon allié.

 

Une nouvelle sexualité où l’on s’écoute

Au-delà des conséquences psychologiques, des séquelles physiques peuvent subsister, allant jusqu’à pousser certaines à repenser les bases de la sexualité telles que prônées par la société. C’est ce qu’a été amenée à faire Morgane. “A chaque tentative de pénétration, c’était douloureux. J’ai finalement découvert que j’étais atteinte de vestibulodynie, ou vestibulite, déclenchée par le viol. A l’époque, je pensais avoir une sexualité déconstruite. Elle était en fait très normée, hétéro, centrée sur la pénétration. J’ai dÜ changer de point de vue: le sexe oral et avec les doigts ne sont pas des préliminaires, mais bien du sexe.” 

D’après Alexia Bacouël, la clé pour vivre pleinement après des violences sexuelles est la résilience. “La résilience, c’est l’idée de pouvoir bien se développer psychologiquement après un traumatisme. Je pense que l’on peut s’en sortir et intégrer l’événement traumatique dans son psychisme sans que cela ne devienne pathologique”, explique la sexothérapeute. “On n’est pas tous égaux face à cette résilience. Il faut avoir les moyens psychiques pour pouvoir élaborer l’événement -le transformer en mémoire autobiographique-, et cette élaboration va permettre une certaine résilience.”   

Concernant la notion de résilience, Laure Salmona, membre bénévole de l’association Mémoire Traumatique et victimologie et co-fondatrice du Collectif Féminisme contre le cyberharcèlement, précise: “je trouve qu’il y a une sorte de violence à exhorter à la résilience qui n’est pas une capacité intrinsèque à chaque personne mais dépend des ressources de chacune, selon ce qu’elle a vécu, le pays où elle vit, le soutien qu’elle reçoit ou pas mais aussi le nombre de violences subies. L’enquête que j’ai coordonnée en 2015 sur le parcours de victimes de violences sexuelles révèle que 70% des personnes qui ont subi une violence sexuelle en ont subi d’autres”, explique en effet la militante féministe. 

Pour retrouver la liberté de son corps, il faut redonner du sens, une chronologie.

Pour cette dernière, la reconstruction se joue beaucoup sur le plan neurologique. “Par le biais de la mémoire traumatique, avec des gestes ou des odeurs qui rappellent l’événement traumatique vécu, l’agresseur colonise la victime. Pour retrouver la liberté de son corps, il faut redonner du sens, une chronologie. En d’autres termes, il s’agit de transformer la mémoire traumatique située dans le cerveau au niveau de l’amygdale, en mémoire autobiographique située au niveau de l’hippocampe. On peut l’observer à l’IRM. La mémoire traumatique est comme un ensemble de post-its éparpillés dans une pièce, elle est morcelée. Les victimes disent souvent qu’elles ont des pensées horribles qui les terrifient. C’est en fait l’agresseur qui s’exprime à travers la mémoire traumatique. Il est essentiel de faire la différence entre ce qui vient d’elles et ce qui vient de l’agresseur. C’est un grand pas dans la reconstruction.” 

Plusieurs  victimes ont acquis des techniques concrètes pour s’ancrer dans le présent quand elles font face aux moments de reviviscence qui les replongent dans l’événement traumatique, comme si elles le revivaient à l’identique: prendre une pierre dans ses mains, décrire la pièce dans laquelle elles se trouvent, faire des exercices de respiration… Retrouver une vie, notamment intime, réjouissante, est possible. Mais expertes comme (ex-)victimes le disent, “c’est un long travail”.

Adiaratou D. 


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix  - Cheek Magazine
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix  - Cheek Magazine
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix  - Cheek Magazine
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix  - Cheek Magazine
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix  - Cheek Magazine
Lily Collins dans “To The Bone” © Netflix