société

“Vrai viol” contre “Faux viol”: le débat hallucinant de TPMP sur la polémique Fun Radio

On revient sur le débat hallucinant qui a eu lieu hier soir dans l’émission Touche pas à mon poste autour de la polémique Fun Radio. 
“Vrai viol” contre “Faux viol”: le débat hallucinant de TPMP sur la polémique Fun Radio

Quelques jours après le tweet de Fun Radio qui banalisait le viol conjugal, l’équipe de Touche pas à mon poste est revenue sur la polémique déclenchée par la radio.

En deuxième partie d’émission, lors du bien nommé “quart d’heure sans filtre”, les chroniqueur·se·s se sont écharpé·e·s autour de la question du consentement et du viol, dans une cacophonie où toutes les atrocités étaient permises. Si Gilles Verdier et Danielle Moreau, intraitables, sont revenu·e·s à plusieurs reprises sur la définition du viol conjugal, d’autres, comme Géraldine Maillet, ont jugé la polémique excessive. “Il va y avoir un code civil du sexe”, s’est offusquée la romancière et réalisatrice, tandis que l’ancienne Miss France Delphine Wespiser a estimé que “des choses qui se font quand l’une ou l’autre des personnes dorment, c’est tout à fait mignon, c’est tout à fait sympa”. Nabilla Benattia a quant à elle posé une question qui a laissé tout le monde sans voix: “Comment on peut savoir si elle est d’accord ou pas, étant donné qu’elle dort?” Euh, comment dire…

Mais la palme de l’ignominie revient sans doute à Matthieu Delormeau qui, dans un discours enflammé, a cru bon de distinguer le “vrai” du “faux” viol: “Employer le mot viol pour ça, c’est une honte pour les gens qui se font violer […] Il y a des gens qui se font violer, on sait vraiment ce que c’est que le viol […] 99% des gens ont compris la question: c’est réveiller sa copine qui a envie de dormir et pas envie de faire l’amour […] C’est pas un viol en l’attachant, en la contraignant”, a conclu le chroniqueur… Qui devrait réviser fissa la définition des mots qu’il emploie avec autant d’assurance. 

 

 

F.K.


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles” - Cheek Magazine

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire - Cheek Magazine

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout - Cheek Magazine

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille - Cheek Magazine

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause - Cheek Magazine