société

Dossier Nouveaux Féminismes / En partenariat avec le CFPJ

Wikipédia: où sont les femmes?

Où sont les femmes sur Wikipédia? L’un des dix sites les plus consultés au monde est majoritairement rédigé par des hommes. Des associations s’organisent pour combler le fossé des sexes.
Pretty Little Liars, DR
Pretty Little Liars, DR

Pretty Little Liars, DR


Au feutre bleu, on a inscrit le titre de l’événement sur le tableau: Wikithon. Ou comment remettre les femmes à l’honneur sur Wikipédia. Autour d’une table, une petite dizaine de femmes discutent, s’activent sur les ordinateurs et ouvrent des ouvrages universitaires, entre les inévitables viennoiseries associatives et le café froid. La vibration sourde des métros souterrains semble donner un pouls aux locaux des Grands Voisins, cet ancien hôpital désaffecté que la mairie de Paris, en attendant sa destruction, a laissé à la disposition du public et des associations. L’œuvre d’art y trône à côté du tri sélectif, l’artisan y côtoie le badaud, le réfugié y croise la militante féministe. “C’est un peu comme Berlin à Paris”, s’amuse Raphaëlle Rémy-Leleu, vice-présidente d’Osez le féminisme (OLF), en déambulant dans les allées pavées envahies par les herbes folles et les stands en bois. Pour sa “journée du matrimoine, l’association y a prévu un programme particulier: créer des fiches biographiques de femmes, désespérément minoritaires sur le site encyclopédique Wikipédia. Alice Rahmoun, membre d’OLF, préside la petite assemblée. “Sur Wikipédia, de trop nombreuses femmes sont encore valorisées pour leurs rôles de femmes ou de sœurs, sans qu’on s’attarde sur l’importance de leur travail, explique-t-elle. Le but de notre journée est de cibler tous types d’activité, des militantes aux historiennes, jusqu’aux actrices: la fiche de Lena Dunham, par exemple, est microscopique en France.

 

Gender gap

Pour expliquer l’absence du sexe féminin sur l’encyclopédie en ligne, il y a un premier facteur simple: la majorité des éditeurs de Wikipédia -l’un des dix sites les plus consultés quotidiennement en France- sont des hommes. Selon Rémi Mathis, ancien président de Wikimédia France (Ndlr: une association militant pour le libre accès à la connaissance sur Internet), “entre 10 et 30% de femmes éditent sur le site, c’est une minorité.

Il y a seulement 15, 6 % de biographies féminines.

Et si les éditrices sont peu nombreuses, les fiches concernant des femmes célèbres souffrent du même problème: “15, 6 % de biographies féminines seulement”, précise Rémi Mathis. À la source de ce déséquilibre, le gender gap, cet effet de surreprésentation masculine dans une société où l’on compte autant de femmes que d’hommes. La BBC a illustré le problème de manière frappante en établissant que sur la version américaine de Wikipédia, la liste des actrices pornographiques depuis les années 50 est plus longue que celle des sportives et des poétesses réunies. Un indice supplémentaire que les auteurs sont majoritairement des hommes.

 

Féminiser Wikipédia

Pour de nombreuses femmes, il devient donc urgent de rappeler le rôle oublié de certaines artistes ou scientifiques. “Wikipédia est l’endroit idéal pour cette démarche”, explique Natacha Rault, une économiste française qui a créé à cet effet l’association Les sans pagEs, en Suisse. Le collectif helvète a organisé des journées événementielles pour redonner le pouvoir aux femmes sur Wikipédia, en formant les participantes et participants aux règles du site, de manière à ce qu’ils puissent éditer et créer de nouvelles fiches biographiques féminines.

Les femmes sont oubliées depuis des siècles.

En collaboration avec les Wikimédia suisse et américain, Les sans pagEs ont ainsi créé les fiches de 160 femmes helvètes célèbres sur l’encyclopédie en ligne. Selon la militante, l’accueil du projet par la communauté Wikipédia a été contrasté: “En Suisse, nous nous sommes rapidement heurtées à des contributeurs particulièrement virulents. J’ai été accusée de vandaliser l’encyclopédie et il m’a expliqué qu’il était hors de question de ‘féminiser’ Wikipédia, et que le militantisme était malvenu sur le site.” L’encyclopédie en ligne a pourtant permis à l’économiste d’obtenir des résultats concrets. “Une fois convaincue de l’importance de l’action, la communauté aide, et mon projet a généré des sympathies: j’ai pu bénéficier du soutien de jeunes wikipédiens et wikipédiennes très engagés.”

 

Cercle vicieux

Aux Grands Voisins, la petite sœur parisienne du Wikithon suisse n’a pas la même envergure, mais les mêmes envies. “La France a un vrai retard sur le combat du fossé des genres, soupire la vice-présidente d’Osez le féminisme. Wikipédia base l’admissibilité de ses fiches sur un critère de notoriété complexe pour les femmes: il faut pouvoir citer deux sources universitaires les évoquant. Mais les femmes sont oubliées depuis des siècles, et les sources elles-mêmes sont lacunaires ou manquantes. C’est un cercle vicieux.” Après ce tour de chauffe où chacune a appris les règles d’édition de Wikipédia, les participantes finissent par se disperser dans les allées colorées des Grands Voisins. Chez ces militantes comme chez Wikimédia, tout le monde se dit “intimement persuadé de l’importance d’un travail en faveur de l’égalité des sexes”, souligne Rémi Mathis. Alice Rahmoun, l’instigatrice du Wikithon parisien, pense d’ailleurs à faire appel à Wikimédia pour un prochain événement du même genre, à l’instar de Natacha Rault en Suisse. D’ailleurs, cette dernière vient de présenter sa candidature au conseil administratif de la fondation, dans le cadre du nouveau projet TOM: transparence, ouverture et mixité qui vise à “soutenir la marche vers plus de mixité et de diversité sur Wikipédia”. Parce que, comme elle le dit elle-même, “il est temps d’agir concrètement”.

François Pieretti


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Pretty Little Liars, DR - Cheek Magazine
Pretty Little Liars, DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Pretty Little Liars, DR - Cheek Magazine
Pretty Little Liars, DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Pretty Little Liars, DR - Cheek Magazine
Pretty Little Liars, DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Pretty Little Liars, DR - Cheek Magazine
Pretty Little Liars, DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Pretty Little Liars, DR - Cheek Magazine
Pretty Little Liars, DR