société

Le Cheek Point

La “yellow fever”: quand les femmes asiatiques sont fétichisées et discriminées

On a lu pour vous cet article de Vice sur la “yellow fever”, une forme de discrimination qui réduit les femmes asiatiques à des objets sexuels, et on vous le conseille.
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR

Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR


C’est un fait: bon nombre d’hommes ont une fascination sexuelle pour les femmes asiatiques. Aux États-Unis, le phénomène a pris une telle ampleur qu’on lui a même donné un nom: la Yellow Fever -ou Fièvre Jaune. Et très clairement, le concept désigne un ‘fétiche raciste’, pour reprendre l’expression de la philosophe Robin Zhen, professeure associée à l’université de Yale, et auteure d’une étude au titre éloquent: Pourquoi la Yellow Fever n’est pas flatteuse: un argumentaire contre les fétiches raciaux.[…]

Cette hypersexualisation des femmes asiatiques est avant tout une question de représentation. De nombreux films consacrés au Japon des Geishas ou mettant en scène la guerre du Vietnam, relèguent les femmes au rang d’objets sexuels. Sans parler des mangas mainstream où être une femme se résume souvent à un profond décolleté. […]

Aujourd’hui en couple, Grace Ly garde de mauvais souvenirs de ceux qui la désiraient uniquement pour ses origines: ‘Quand un mec me dit qu’il adore les femmes asiatiques, j’entends qu’on est interchangeables. Mais je ne suis pas un putain de vase Ming!

Publié sur Vice le 5 juillet, l’article La Yellow Fever n’est rien d’autre qu’un fétichisme raciste relaie les témoignages de femmes asiatiques victimes d’une fascination sexuelle liée à leur couleur de peau. Recherchées car elles seraient “douces, soumises, douées au lit” et même “obéissantes”, ces femmes doivent se méfier des fétichistes lorsqu’un homme s’intéresse à elles. “Premier indice: ‘Un mec qui me dit qu’il adore l’Asie, ça sent vraiment pas bon…’”, indique Linh-Lan. Véritable fardeau psychologique, cette forme de discrimination a tendance à homogénéiser les femmes asiatiques, à les transformer en objets sexuels et à les placer en dessous de leurs homologues blanches. Mais la nouvelle génération de femmes asiatiques a bien l’intention de se battre contre ces clichés.

À lire le plus rapidement possible sur Vice.


1. Nous toutes rêve d’une “déferlante féministe” pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles

L’an passé, la marche contre les violences sexistes et sexuelles du 24 novembre a surpris par son ampleur. Près de 50 000 personnes ont défilé à l’appel du collectif Nous toutes et de nombreuses associations, syndicats et partis politiques. Cette année, Nous toutes espère réitérer ce tour de force, samedi 23 novembre, à deux jours de la fin du Grenelle contre les violences conjugales. 
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR - Cheek Magazine
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR

3. Elle raconte son viol dans un court webdoc à voir absolument

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce court témoignage dans lequel une jeune femme raconte, en amont de la marche du 23 novembre, le viol qu’elle a subi lorsqu’elle était préadolescente. 
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR - Cheek Magazine
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR

5. Avec “Les Filles de Romorantin”, Nassira El Moaddem retourne dans la ville de son enfance

Entre autobiographie et reportage journalistique, Nassira El Moaddem, ex-rédactrice en chef du Bondy Blog, livre le récit de l’évolution de la ville de son enfance, Romorantin, “capitale” de la Sologne, dans son livre intitulé Les Filles de Romorantin.
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR - Cheek Magazine
Photo du film “Mémoires d'une Geisha”, DR