société

Reportage

Quand le yoga libère des douleurs de l'endométriose

Elle-même atteinte de la maladie, la professeure de yoga Minako Komatsu a développé une pratique pour soulager les femmes touchées par l’endométriose. Grâce à des postures mais aussi de la visualisation, elle leur apprend à gérer la douleur et à se réconcilier avec leur utérus, devenu source de leurs maux.
© Clara Baillot pour Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine

© Clara Baillot pour Cheek Magazine


Par un samedi ensoleillé, une quinzaine de femmes poussent tour à tour la porte de ce studio de yoga niché au cœur du 11ème arrondissement de Paris. Elles ont entre 20 et 40 ans environ et, pour points communs, la douleur, une errance médicale, les diagnostics tardifs, l’incrédulité des proches et parfois des médecins. Ce cours de 2h30 constitue une parenthèse dans un parcours du combattant, un instant pour enfin “prendre soin de soi”, comme plusieurs le confient. “Je cherche une approche plus douce que le traitement hormonal ou l’opération”, explique Alice*, la trentaine. Dans cet endroit calme et lumineux, ces femmes posent leurs armes pour trouver un moment de réconfort. Elles ont toutes reçues le diagnostic de l’endométriose, cette maladie inflammatoire qui touche une femme sur 10 selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Chez les personnes concernées, l’endomètre, c’est-à-dire le tissu de la paroi interne de l’utérus, se développe en dehors de celui-ci. Ce qui provoque des douleurs et cause parfois des nodules, des kystes, des adhérences entre les organes, et réduit la fertilité.

 

La parole se délie autour de la douleur

Estelle*, jeune maman, a été diagnostiquée il y a deux semaines: “J’ai longtemps nié ma douleur”, explique t-elle. Alors qu’elle est atteinte d’endométriose et d’ovaires polykystiques, elle passe d’abord une partie de sa vie à ne pas en souffrir, car la maladie est “endormie par les hormones d’une pilule prescrite pour lutter contre l’acné”. Après la naissance de son fils, elle souhaite se faire poser un stérilet; c’est là que la douleur fait une entrée fracassante dans sa vie. Lorsqu’elle demande à se le faire retirer, on lui rétorque que “la douleur est normale”. Elle finit aux urgences gynécologiques, où une médecin lui fait passer une IRM qui détecte l’endométriose.

J’ai été diagnostiquée en octobre mais ça fait 20 ans que je l’ai. Ça a été un soulagement parce que ça prouvait que je n’étais pas une menteuse.

Toutes racontent des histoires similaires, lors de ce que Minako Komatsu, la professeure, appelle un “cercle de femmes”. Chacune se présente, en faisant un geste qui illustre sa personnalité et raconte son parcours par rapport à la maladie. Parfois les larmes se substituent aux paroles, après des années de douleur et d’incompréhension. Quand Marie* dit son nom au reste de la salle, elle fait un geste de caresse sur ses bras, en signe de réconfort. Avant même de parler, elle fond en larmes puis explique: “J’ai été diagnostiquée en octobre mais ça fait 20 ans que je l’ai. Ça a été un soulagement parce que ça prouvait que je n’étais pas une menteuse.” D’autres révèlent des projets de grossesse compliqués, des rapports sexuels douloureux voire impossibles. Sabine*, la quarantaine, affirme qu’elle apprend “à être émotive”, “car elle est DRH” et même avec une endométriose de stade 4 (sèvère), des nodules et tout le système génital contaminé, elle est habituée à cacher ce qu’elle ressent. Ophélie*, coach sportive, ne semble pas avoir subi plusieurs dépressions et pourtant: “Les jours où je vais bien, je me dis ‘waouh’”, confie t-elle. Elle a dû arrêter pendant un temps d’exercer son métier à cause de sa maladie et trouver un emploi de bureau. “Mais je ne veux pas renoncer, c’est ma passion.” Elle raconte avoir réussi à mettre au monde une petite fille, “un miracle” dit-elle, et qu’aujourd’hui son endométriose stagne selon les médecins. “Je suis dans une recherche de ma féminité, parce que je ne sais pas où elle est”, conclut-elle. Idem pour Sarah qui lâche dans un sanglot “j’avais un projet de grossesse”, et précise qu’elle a vécu cette année trois fécondations in vitro “qui n’ont pas tenu”. “J’attends de la douceur”, dit-elle.

Quand le yoga libère des douleurs de l'endométriose

© Clara Baillot pour Cheek Magazine

 

“Je ne suis pas dans une vision combative par rapport à la maladie”

La professeure rebondit sur ces témoignages et partage son expérience: la douleur depuis ses premières règles à 12 ans, qui l’empêchent de “bouger, de respirer”. S’ajoutent à cette adénomyose, une forme d’endométriose interne à l’utérus, pas encore diagnostiquée à l’époque, des cystites à répétition. Elle estime alors que son “corps lui envoie un message” et qu’il est temps de lui répondre. À 27 ans, elle se tourne notamment vers le yoga, dont les bienfaits sur le corps et l’esprit diminuent selon elle les effets de l’endométriose: il réduit le stress qui nourrit les inflammations et décrispe les muscles pour favoriser la circulation sanguine et calmer les douleurs. Pour autant, elle estime qu’il ne s’agit pas de “lutter contre l’endométriose”: “Je ne suis pas dans une vision combative par rapport à la maladie”, se justifie t-elle. Minako Komatsu préfère ainsi parler de “yoga de l’endométriose”, puisqu’il n’existe pas de remède et que les femmes doivent tant bien que mal vivre avec. En effet, l’endométriose disparaît le plus souvent après une hystérectomie (ablation de l’utérus) ou lors de la ménopause.

Je visualisais très bien la scène, je rentrais à l’intérieur de moi-même, c’était chaud, doux et humide.

Commence ensuite le travail physique avec les postures ou “asanas” pour masser les organes internes, détendre le ventre, soulager le bas du dos, grâce à un enchaînement lent et un souffle “long et profond”. “Vous ne devez poussez l’étirement qu’à 80% de votre capacité, pour vous concentrer sur la respiration”, indique Minako Komatsu. Des postures simples, à refaire chez soi en cas de crise et en prévention. Les yeux fermés, le groupe enchaîne doucement les torsions, les “chien tête en bas” et “bébé cobra”, étendu sur le ventre, soulevant uniquement la tête et les épaules. Ce travail physique se conjugue avec des exercices de visualisation qui visent à réconcilier les personnes atteintes d’endométriose avec leur féminité, vécue comme la cause de leurs souffrances. “Déplier les morceaux de papier froissés en vous pour découvrir le message écrit à l’intérieur”, propose ainsi Minako Komatsu.

Quand le yoga libère des douleurs de l'endométriose

© Clara Baillot pour Cheek Magazine

Visualiser son utérus

La professeure demande aux participantes, allongées sur leurs tapis, de faire un exercice de plusieurs minutes pour terminer la pratique. Main posée sur le pubis, elle les invite à sentir la présence de leur utérus. “Même si vous n’en avez plus, il est toujours là”, souligne Minako Komatsu. Yeux fermés, il s’agit d’imaginer partir à la découverte de son sexe, figuré tel une grotte. “Vous vous approchez et vous voyez vos grandes lèvres, vos petites lèvres, puis vous rentrez à l’intérieur.” Les femmes doivent imaginer un siège installé dans leur vagin, sur lequel elles doivent s’asseoir. Chiara* ressort de cet exercice chamboulée: “Je visualisais très bien la scène, je rentrais à l’intérieur de moi-même, c’était chaud, doux et humide.” D’autres se sont assoupies; certaines, plus terres à terres, avouent avoir eu du mal à se projeter à l’intérieur d’elles-mêmes. À la fin du cours, en cercle, chacune caresse le dos de sa voisine, “pour se féliciter” explique la professeure, puis regarde les autres dans les yeux quelques secondes; des gestes simples mais inhabituels, qui soulignent le sentiment de communion qui a émané de cet atelier. D’ailleurs, une fois la séance achevée, les femmes s’échangent des conseils, sur comment gérer la douleur, comment parer à l’infertilité. “Ça fait du bien d’en parler avec des femmes concernées”, affirme Vanessa*, apparemment soulagée que l’omerta sur cette maladie soit désormais terminée.

Clara Baillot

* Tous les prénoms ont été changés pour garantir la confidentialité des paroles de ces femmes.


1. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
© Clara Baillot pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine

4. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
© Clara Baillot pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine

5. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
© Clara Baillot pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine

6. Dix Pour Cent: Camille Cottin s'exprime sur l'homosexualité se son personnage et la PMA

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Camille Cottin, dans laquelle elle s’exprime sur la PMA et l’homosexualité d’Andréa, son personnage dans la série Dix pour cent.
© Clara Baillot pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine

7. Avec son podcast “2400”, Diahala Doucouré offre une parole intime sur les règles aux femmes

Diahala Doucouré a lancé 2400, un podcast qui interroge les femmes sur leurs rapports aux règles. Elle en profite pour questionner la religion, la sexualité ou encore la transmission familiale, loin d’être hors-sujet lorsqu’on parle de menstruations.
© Clara Baillot pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Clara Baillot pour Cheek Magazine