société

La vidéo du jour

Zahia Dehar: “J'ai envie de me faire respecter en mini-jupe et en talons aiguilles”

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle dans laquelle Zahia Dehar défend sa vision de la liberté des femmes, réalisée par Konbini.
DR
DR

DR


On serait complètement libres, si le jour, avant un rendez-vous professionnel, on n’avait plus besoin de se poser 10 fois la question: ‘Est-ce que j’ose porter ce haut décolleté ou pas? Est-ce que je vais être prise au sérieux si j’ai un décolleté?’ Là, on aurait totalement gagné. Moi, j’ai envie de me faire respecter en mini-jupe et en talons aiguilles.”: à l’affiche du film de Rebecca Zlotowski, Une Fille facile, la créatrice de lingerie, mannequin et actrice Zahia Dehar livre “sa vision de la liberté des femmes” à Konbini dans cette vidéo à regarder ci-dessous.

La jeune femme dénonce cette tendance qu’a la société à classer les femmes selon un degré de respectabilité: “On les range dans des cases. Il y a les bonnes femmes, les femmes convenables, les femmes qui méritent, et les femmes qui sont bannies de cette société. […] Ce sont les traînées, les filles faciles. On leur reproche quoi, finalement? C’est d’être libres! De s’épanouir dans leur sexualité à l’égal d’un homme.” 

 

J.T.


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
DR - Cheek Magazine
DR