société

La vidéo du jour

Au Zimbabwe, une brigade de femmes armées lutte contre le braconnage

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait le reportage publié sur Konbini News à propos des Wildlife Warriors, une brigade de femmes qui lutte contre le braconnage au Zimbabwe.  
DR
DR

DR


Dans le reportage Zimbabwe: chasseuses de braconniers, publié sur Konbini News le 9 juillet, les journalistes Hugo Clément et Clément Brelet suivent durant plusieurs jours les Wildlife Warriors. Âgées de 18 à 35 ans, cette brigade composée exclusivement de femmes lutte contre le braconnage dans un parc protégé du Zimbabwe. Crânes rasés et tenues kaki, les rangers suivent un entrainement militaire ardu mais nécessaire pour affronter des braconniers armés qui n’hésitent pas à tirer.

Le choix d’une brigade uniquement féminine est avant tout d’ordre pratique: elles seraient “moins corruptibles” que les hommes selon Damien Mander, le fondateur de la Fondation internationale contre le braconnage. Ce travail participe pleinement à leur émancipation et leur garantit le respect des hommes de leur communauté. “Je veux prouver qu’aucun travail n’est réservé aux hommes, affirme Nyaradzo Hoto, 25 ans. Aujourd’hui, [les hommes] ont peur de nous parce qu’ils voient que nous sommes courageuses, nous sommes des dures.” Un bel exemple de femmes engagées, qui prouve que les luttes armées ne sont pas l’apanage des hommes.

 

Alexandra Vépierre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
DR - Cheek Magazine
DR