#wtf

Ada Hegerberg remporte le premier Ballon d'or féminin, Martin Solveig lui demande de twerker

DR
DR

DR


Est-ce que tu sais twerker?” Voilà la question pour le moins déplacée qu’a posée Martin Solveig à Ada Hegerberg, première joueuse de football à recevoir un Ballon d’or, lors de la cérémonie qui s’est tenue lundi 3 décembre au Grand Palais, à Paris. Incrédule, la jeune femme s’est contentée d’un “Non”, avant de tourner la tête et d’entendre le Dj, co-animateur de l’événement, s’esclaffer.

De cette soirée, qui aurait pourtant dû s’inscrire comme symbolique pour la reconnaissance du football féminin, on retient donc une phrase sexiste, totalement hors de propos, adressée à une sportive exceptionnelle. Car rappelons-le, Ada Hegerberg, c’est du très haut niveau. À 23 ans, cette attaquante norvégienne a déjà remporté trois Ligues des champions avec l’Olympique lyonnais, et disputé une finale de Coupe du Monde. Elle avait donc tout à fait sa place au milieu des grands noms du ballon rond présents ce soir-là, comme Griezmann ou Modrić -à qui personne, évidement, n’a demandé de se trémousser. On décerne d’ailleurs une mention spéciale au réal’ de l’émission diffusée sur La chaîne l’Équipe, qui nous offre un gros plan sur Kylian Mbappé médusé par l’attitude de Martin Solveig.

Le footballeur de 19 ans n’a pas été le seul à réagir, et certain·e·s internautes n’ont pas hésité à s’indigner sur Twitter.

 

 

 

 

 

Le Dj s’est finalement excusé dans une vidéo publiée sur le réseau social: “Je ne voulais bien sûr offenser personne… Ça vient de mon mauvais niveau d’anglais et de ma mauvaise connaissance de la culture anglaise -une justification étrange quand on sait que la question a été posée en français, et que son interlocutrice est norvégienne, et non anglaise, mais soit- je ne voulais offenser personne. […] C’était une blague, probablement une mauvaise, et je m’excuse auprès de ceux que j’ai pu blesser.

De son côté, la principale intéressée a exprimé sa joie sur Instagram, et a déclaré après la cérémonie: “Il est venu me voir après, et il était vraiment triste que ça se soit passé ainsi. Je n’ai pas considéré cela comme un harcèlement sexuel ou quoi que ce soit dans l’instant.” Lorsqu’il lui est demandé si la même chose aurait pu arriver à un homme, elle répond tout de même: “Ça, c’est une bonne question.

Plus que la remarque sexiste, essayons de retenir de cette soirée un message glissé par Ada Hegerberg sur la création d’une catégorie féminine pour le Ballon d’or, célébration du football féminin qui aurait bien besoin qu’on le prenne au sérieux: “C’est très important pour nous, les femmes. Jeunes filles, croyez en vous.

Margot Cherrid