#wtf

Selon Natacha Polony, les femmes attendent avant tout d'être rassurées par les hommes

DR
DR

DR


Tiens, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu à quel point les hommes souffraient de la conquête de l’égalité entre les sexes -qui, rappelons-le, est encore loin d’être une réalité. Heureusement, Natacha Polony est là pour prendre la défense de cette virilité à l’ancienne, en voie de disparition, que les femmes affectionneraient toutes secrètement. Et pour ce faire, elle prend la plume sur le site Suavelos, dont la tagline annonce la couleur: “Français de corps et d’esprit”. Pas étonnant que la journaliste y défende une vision très gauloise des rapports hommes-femmes, pour ne pas dire une certaine grivoiserie, que dénonçait il y a encore quinze jours Isabelle Adjani, disant qu’elle précédait bien trop souvent la goujaterie et la violence. 

Donc, cette semaine, en plein scandale planétaire post Harvey Weinstein, un moment déjà jugé historique dans la libération de la parole des femmes face aux violences qu’elles subissent, Natacha Polony a tenu à apporter son soutien à la gent masculine qu’elle sent menacée par les méchantes féministes; comme quoi les poncifs ne sont pas toujours où l’on croit. Dans son Éloge aux hommes et à la virilité, elle a tenu à prendre la parole au nom des femmes, qui, selon elle, ne veulent rien d’autre que d’être rassurées par quelqu’un de fort, voire rustre.

Messieurs, ne soyez pas dupes des injonctions contradictoires des femmes. Elles vous parlent d’égalité, de partage des tâches, elles se veulent libres et indépendantes. Et c’est en effet ce dont elles ont besoin. Comme elles ont besoin de cette figure rassurante de l’homme protecteur, autoritaire, assumant ses devoirs et symbolisant la loi; l’homme qu’on vous a sommés de ne plus être. Ne soyez pas dupes des discours ambiants qui vous intiment l’ordre de vous renier au nom du métissage du féminin et du masculin dont on veut vous faire croire qu’il constitue le stade ultime de l’humanité, comme la seule chance d’abolition des souffrances de tant de femmes. Il n’est sans doute pas de pire ennui pour une femme que de se trouver face à cet homme insipide et morne qui a si bien appris sa leçon de féminisme et demande respectueusement l’autorisation pour tenter quelque trace de séduction, cet homme un peu ridicule qui use de crèmes antirides et d’autobronzant, cet homme pathétique qui n’éprouve pas le besoin de se lever pour une femme enceinte ou d’offrir sa veste à une belle en robe légère. Car quel geste plus beau que cet enveloppement tendre et puissant de celui qui dépose sur des épaules un peu de chaleur et de protection?”

On en est donc encore . Pourtant de nombreuses voix masculines ont, à juste titre, rappelé ces dernières semaines que tous les hommes n’étaient pas des Weinstein en puissance et que, ce qui est actuellement dénoncé à travers la libération de la parole, ce n’est pas l’appartenance à un sexe, mais le système de domination qui a été construit à travers les siècles au nom de la différence entre les sexes. C’était trop pour Natacha Polony, qui n’a, une fois de plus, pas su résister à l’appel de la gauloiserie, et à qui on conseille vivement la lecture du dernier ouvrage d’Olivia Gazalé, Le Mythe de la virilité.

Myriam Levain

[Mise à jour 6 novembre 2017]: Natacha Polony nous a précisé sur Twitter que ce texte était un extrait de son livre paru en 2008.