y comme romy

La grippe est (malheureusement) passée par moi

Tous les vendredis, retrouvez les aventures de Romy Idol. Mecs, boulot, famille, quotidien: Romy, c’est nous en pire.
© Louison pour Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

© Louison pour Cheek Magazine


Je ne sais pas vous, mais moi, en cet hiver très froid, je me sens un peu déprimée. En même temps, ce n’est pas très surprenant vu que je sors d’une semaine cloîtrée à la maison pour cause de grippe. J’aurais dû m’y attendre en voyant mes collègues y passer les uns après les autres: au lieu de ça, j’ai fait la maligne tout le mois de janvier en assurant que les microbes ne passeraient pas par moi. Je sais désormais que j’aurais mieux fait de me taire, après avoir vécu une semaine où j’ai pu prendre conscience, une fois de plus, que devenir adulte était une corvée.

Combien de fois ai-je essayé de faire comme Elliott dans E.T. en mettant mon thermomètre sous la lampe pour ne pas aller en classe.

C’est vrai, quand j’étais gamine, j’étais limite contente de tomber malade. Ça voulait dire pas d’école et pas d’interdiction de télé. Combien de fois ai-je essayé de faire comme Elliott dans E.T. en mettant mon thermomètre sous la lampe pour ne pas aller en classe. Ça ne marchait jamais, il fallait toujours attendre que j’aie un peu de vraie fièvre pour en être dispensée: un petit 38-38,5° me permettait de sécher tout en profitant de ma journée open Playmobil et open Club Dorothée.

Maintenant, la maladie est bien plus fourbe. Quand dimanche soir dernier, je sens la fièvre monter au moment de me coucher, je prévois de m’auto-diagnostiquer un 38-38,5 le lendemain pour pouvoir me faire un Playmobil/Dorothée pour grands, autrement dit une petite journée canapé-DVD. Seulement, cette fois, je n’ai nullement besoin de coller le thermomètre sous la lampe pour le faire grimper à 39,5° dès 4 heures du mat’, un horaire où tu n’appelles SOS Médecins qu’en cas d’agonie.

Je suis là, à grelotter dans mon jogging Babar, mon rouleau de sopalin à la main et je DOIS quitter ma tanière pour aller acheter les médicaments prescrits par le médecin.

En bonne hypocondriaque, je compose plusieurs fois le numéro car je me vois déjà mourir seule, suffoquant sous ma couette, mais j’ai la sagesse d’attendre 8 heures du matin pour passer à l’acte. La conclusion du Docteur Desforges est sans appel. Grippe. Trois jours d’arrêt de travail. À peine a-t-il quitté la pièce que je préviens mon n+1 en suffoquant/gémissant au téléphone que je ne vais pas pouvoir venir (possible qu’il me prenne pour une mytho ne sachant pas jouer la comédie, tellement cette scène est grotesque).

Ce n’est qu’à cet instant que je réalise que, contrairement à quand j’avais huit ans, je n’ai plus de parents à domicile pour me préparer des petites soupes maison, et me caresser les cheveux pendant que je fais la sieste. Tout de suite, être malade devient moins cool. Je suis là, à grelotter dans mon jogging Babar, mon rouleau de sopalin à la main -je n’ai jamais renouvelé mon stock de Kleenex- et je DOIS quitter ma tanière pour aller acheter les médicaments prescrits par le médecin. Il me faut également songer à un moyen de me ravitailler puisque, comme tous les lundis, mon frigo fait autant de peine qu’un lolcat essayant de sauter dans un carton.

Je devrais pourtant me souvenir que maladie = pas de devoirs, mais horreur, je tombe sur une chaîne de mails me rappelant que je suis en charge de la prez du lendemain.

C’est donc dans un état particulièrement lamentable que je me traîne jusqu’à la pharmacie et l’épicerie, en priant de ne pas tomber sur mon voisin canon. Une fois cette épreuve surmontée, j’entreprends de faire réchauffer ma soupe industrielle tout en commençant mon traitement. Il est loin le temps où l’on m’administrait un bonbon entre chaque cuillerée de sirop infâme. Dorénavant, j’alterne une cuillerée de soupe infâme avec une cuillerée de sirop infâme.

Pas tout à fait résignée, je décide de “profiter” de ce repos forcé pour me coller devant un téléfilm de M6, en espérant tomber sur une histoire de crash d’avion ou d’enlèvement d’enfant. Manque de pot, il s’agit aujourd’hui d’une greffe du cœur qui tourne mal, et je ne suis pas du tout absorbée par l’histoire. Résultat, je commets la pire des erreurs de la personne en arrêt de travail: je “jette un œil” sur mes mails pros. Je devrais pourtant me souvenir que maladie = pas de devoirs, mais horreur, je tombe sur une chaîne de mails me rappelant que je suis en charge de la prez du lendemain. 

La combinaison tremblements/reniflements produit sur mon cerveau le même effet que de rester près d’un marteau-piqueur 45 minutes d’affilée.

À l’évidence, je ne vais pas pouvoir l’exposer moi-même, mais j’ai quand même 75% des slides sur mon ordi portable et pas vraiment d’autre choix que de transférer tout ça à mon collègue Patrick qui est aussi doué en PowerPoint que je le suis en pâtisserie. Une heure plus tard, j’ai terminé et je suis lessivée. Il faut dire que la combinaison tremblements/reniflements produit sur mon cerveau le même effet que de rester près d’un marteau-piqueur 45 minutes d’affilée.

J’ai la désagréable impression qu’il est deux heures du matin, pourtant Questions pour un champion me rappelle que la soirée ne fait que commencer. C’est alors que se produit le pire moment de ma journée, celui qui me fait maudire à tout jamais les microbes. Mon téléphone vibre, c’est un texto du mec timide que j’attends depuis trois jours.Coucou, je suis sorti tôt du taf, ça te dirait un apéro last minute?” Du fond de mon lit, je décline, la mort dans l’âme, en espérant qu’il saura que je ne mens pas. Puis je réalise que j’ai mûri: après seulement une journée de maladie, j’ai déjà envie de retourner à l’école.

Romy Idol


1. J’ai couché en anglais

Un mois que je suis rentrée de vacances et que je ne pense qu’à une chose: y retourner. Le réveil le matin, les embouteillages et les gens énervés, mes marques de bronzage qui s’effacent progressivement… je vois bien que l’été commence à être un lointain…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

2. L'Euro 2016 et moi

Vous faites quoi ce soir, vous? Moi, j’ai foot. Vous imaginez bien que ça ne m’arrive que rarement, mais comme à chaque événement footballistique majeur, j’ai été rattrapée par l’effervescence collective (= je n’ai aucune personnalité et je suis le mouvement), et me voilà à…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

3. J’ai couché avec mon voisin

Vous en avez rêvé, eh bien je l’ai fait. Je viens de me taper mon voisin de palier -enfin le palier du dessous. Je ne vais pas vous mentir, c’était une expérience fort sympathique, surtout que, comme tout le monde, j’ai souvent fantasmé sur ce…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

4. La sortie d'hibernation

Je sais, vous vous êtes demandé où j’étais passée ces derniers temps, et certains d’entre vous se sont peut-être même risqué à des hypothèses sur ma disparition virtuelle. Alors pour ceux qui me voyaient déjà tombée dans la faille spatio-temporelle de la love story (vous…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

5. Le bad hair day

Je ne sais pas comment vous vous entendez avec vos cheveux, mais moi, avec les années, j’ai développé un rapport amour/haine complètement névrotique à mes tifs, qui me pourrit la vie à chaque moment important où je dois envisager d’en faire quelque chose de soigné,…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

6. Le mec collant

La dernière fois que je vous ai parlé de mes histoires de cœur, j’étais fraîchement célibataire. Et comme je ne fais pas partie de ces personnes qui changent de mec comme de chemise, eh bien, je suis toujours célibataire. Soupir. Pourtant, tout avait bien commencé:…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

7. Ma peur incontrôlable de l'avion

Cet été, je suis partie à Barcelone. Si j’avais été seule, j’y serais allée en bus. Si j’avais été encore avec Jules, je l’aurais supplié de louer une voiture –qu’il aurait conduit puisque je n’ai toujours pas le permis. Sauf que j’y suis allée avec…
© Louison pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine