y comme romy

Le coup de jeune

Tous les vendredis, retrouvez les aventures de Romy Idol. Mecs, boulot, famille, quotidien: Romy, c’est nous en pire.
Louison pour Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

Louison pour Cheek Magazine


C’est la rentrée et dans rentrée, il y a sexe. Non, il n’y a pas sexe dans rentrée mais dans ma rentrée à moi, c’est prévu. Le mois de septembre est gris, les gens revenus de vacances mornes et moi, je suis déjà fatiguée alors que ça fait à peine quinze jours que j’ai repris le boulot. Je me sens comme Kylie Minogue: vieille et moche. J’ai donc décidé de prendre un coup de jeune, au sens propre, comme au figuré. D’expérimenter une attitude de cougar. Enfin, plutôt de puma parce je ne suis pas Joan Rivers non plus. 

C’est samedi soir, j’ai réussi à lutter contre la tentation de m’affaler sur mon lit avec le combo sushis/Grey’s Anatomy et je suis dans ce bar plein à craquer. Mon sentiment de vieillesse s’accroît davantage quand je regarde autour de moi. La moyenne d’âge aux alentours flirte avec les 21 ans. Loin de me laisser abattre par ce spectacle, je décide de profiter de cette jeunesse. Il me faut un shoot de cellules fraîches. Je repère un spécimen et m’approche de lui. Il s’appelle Clément, il a tout juste 20 ans et il est brun. Trois caractéristiques amplement suffisantes pour en faire un cobaye parfait pour qui veut prendre un coup de jeune.

Voilà une occasion rêvée d’observer le jeune mâle né au milieu des années 90 dans son habitat naturel.

Après les préliminaires d’usage dans un endroit de ce type -shots de vodka, pelotage et roulages de pelles-, nous décidons d’aller chez Clément. J’aurais adoré étudier la sociologie et voilà une occasion rêvée d’observer le jeune mâle né au milieu des années 90 dans son habitat naturel. Évidemment, le sujet habite en coloc’ mais comme c’est mon jour de chance, l’appart est vide. Je le sens impressionné (flippé?) quand je lui raconte que j’ai terminé mes études il y a cinq ans, c’est-à-dire pile au moment où lui entrait au lycée. Du coup, je change de sujet et me mets à l’embrasser sur le canapé du salon. Je me réjouis déjà à l’idée de goûter à la vigueur du vingtenaire, particulièrement appréciable passés 28 ans.

Le jeune confond mon corps avec un oral de master 1 de la fac de sexe.

Le jeune commence à me déshabiller et sa dextérité me fait dire qu’il n’est pas une mauvaise pioche. Clément, malgré son âge, a l’air de savoir ce qu’il fait. Ma nuit va être torride et sensuelle mais d’abord, c’est ma culotte qui est expédiée à l’autre bout de la pièce. Clément se lance dans un cunnilingus. Je ferme les yeux, les rouvre et je vois sa tête qui remue consciencieusement de haut en bas. J’essaie de me détendre et d’apprécier mais quelque chose cloche. J’ai le sentiment que Clément n’est pas vraiment là, avec moi, en ce moment. En fait, le jeune confond mon corps avec un oral de master 1 de la fac de sexe. Alors oui, il s’y prend bien, il a apparemment révisé avant -je ne veux pas savoir comment- et il s’applique. Tellement bien que je pourrais pratiquement m’endormir d’ennui. Sauf que le cours pratique est loin d’être terminé. Après être remonté jusqu’à ma bouche, il me prend en missionnaire. Cette position n’a alors jamais aussi bien porté son nom: il est maintenant clair que Clément a été envoyé dans mon pays avec une mission qu’il a l’intention de mener à bien, me faire jouir. Et passer en master 2.

Un si bon élève ne rend jamais ni copie blanche ni copie à moitié finie, il va toujours jusqu’au bout.

Après le cunnilingus et le missionnaire, c’est parti pour le partiel de levrette. Clément veut une bonne note et je suis persuadée qu’il pense en ce moment-même à ses genoux. Sont-ils suffisamment parallèles? Son déhanché est-il régulier? Ses mains sont-elles bien placées? Et moi, pendant ce temps, avec cette vue en contre-plongée sur la télé et et la tringle à rideaux, j’ai un peu le blues. Le blues du trentenaire qui ne baise peut-être qu’une seule fois dans la nuit mais dont l’avenir ne se joue pas sur une performance sexuelle. J’ai envie de dire à Clément d’arrêter, que c’est bon, il a passé son épreuve avec brio, que son examinatrice est ravie de sa prouesse mais que maintenant, il va falloir se lâcher un peu. Sauf qu’un si bon élève ne rend jamais ni copie blanche ni copie à moitié finie, il va toujours jusqu’au bout. J’accélère un peu ma respiration, et ça y est, c’est terminé. Clément me regarde maintenant dans les yeux, avec cet air de l’élève qui est sûr d’avoir bien fait mais veut quand même voir l’approbation dans le regard de la prof. Une heure plus tard, en partant de chez lui, je suis à deux doigts de lui laisser un mot: “Bon semestre, élève sans problème de méthode mais veut trop bien faire.

Romy Idol


1. J’ai couché en anglais

Un mois que je suis rentrée de vacances et que je ne pense qu’à une chose: y retourner. Le réveil le matin, les embouteillages et les gens énervés, mes marques de bronzage qui s’effacent progressivement… je vois bien que l’été commence à être un lointain…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

2. L'Euro 2016 et moi

Vous faites quoi ce soir, vous? Moi, j’ai foot. Vous imaginez bien que ça ne m’arrive que rarement, mais comme à chaque événement footballistique majeur, j’ai été rattrapée par l’effervescence collective (= je n’ai aucune personnalité et je suis le mouvement), et me voilà à…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

3. J’ai couché avec mon voisin

Vous en avez rêvé, eh bien je l’ai fait. Je viens de me taper mon voisin de palier -enfin le palier du dessous. Je ne vais pas vous mentir, c’était une expérience fort sympathique, surtout que, comme tout le monde, j’ai souvent fantasmé sur ce…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

4. La sortie d'hibernation

Je sais, vous vous êtes demandé où j’étais passée ces derniers temps, et certains d’entre vous se sont peut-être même risqué à des hypothèses sur ma disparition virtuelle. Alors pour ceux qui me voyaient déjà tombée dans la faille spatio-temporelle de la love story (vous…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

5. Le bad hair day

Je ne sais pas comment vous vous entendez avec vos cheveux, mais moi, avec les années, j’ai développé un rapport amour/haine complètement névrotique à mes tifs, qui me pourrit la vie à chaque moment important où je dois envisager d’en faire quelque chose de soigné,…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

6. Le mec collant

La dernière fois que je vous ai parlé de mes histoires de cœur, j’étais fraîchement célibataire. Et comme je ne fais pas partie de ces personnes qui changent de mec comme de chemise, eh bien, je suis toujours célibataire. Soupir. Pourtant, tout avait bien commencé:…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine

7. Ma peur incontrôlable de l'avion

Cet été, je suis partie à Barcelone. Si j’avais été seule, j’y serais allée en bus. Si j’avais été encore avec Jules, je l’aurais supplié de louer une voiture –qu’il aurait conduit puisque je n’ai toujours pas le permis. Sauf que j’y suis allée avec…
Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Louison pour Cheek Magazine