cheek_ycommeromy_habillage_desktop

y comme romy

Les textos de drague

Tous les vendredis, retrouvez les aventures de Romy Idol. Mecs, boulot, famille, quotidien: Romy, c’est nous en pire.
© Louison pour Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

© Louison pour Cheek Magazine


La drague par texto est un exercice difficile et profondément cruel. Il faut à la fois être drôle et intelligent(e). Il m’arrive d’être drôle et intelligente mais pas forcément les deux en même temps. Et un sundae sans cacahuètes, ce n’est qu’une pauvre glace si vous voyez ce que je veux dire. Voilà pour la difficulté de l’entreprise. Ensuite, une fois le texto lâché, il n’y a aucun moyen de savoir si l’effet escompté sur la target a opéré. C’est comme si, au Moyen Âge, les mecs adeptes de la sérénade avaient tourné le dos aux fenêtres sous lesquelles ils chantaient. Cruel, je vous dis.

Aujourd’hui, mes mains hésitent sur le clavier de mon iPhone comme s’il s’agissait des codes de la mallette nucléaire. J’en oublie presque que la request Facebook a été au moins aussi compliquée la semaine dernière. Maintenant que j’ai son 06 –qui dit encore ça?-, le plus dur reste à faire. D’autant plus que Jules est un timide. Ce qui, dans la drague par SMS, ne facilite pas la vie.

Autre principe de base à ne pas zapper: le texto de drague n’est pas un sexto. Que Jules reçoive une photo de mon téton pourrait anéantir toutes mes chances avec lui. Avec cette base solide en tête, j’essaie de trouver l’inspiration:

 

Essai 1

Salut, j’espère que tu vas bien. Dis-moi quand tu as un peu de temps dans les jours qui viennent qu’on se prenne un café.

Verdict: Trop sage, je me fais déjà chier en me lisant moi-même.

 

Essai 2

Hello you, on se boit un verre ce soir?

Verdict: Trop directe, là j’ai juste envie de me sauter.

 

Essai 3

Hello Jules, c’est drôle, je suis tombée sur (trouver une idée) et ça m’a fait penser à toi. À très vite.

Verdict: Pas mal, mais sans l’idée, compliqué. 

 

Essai 4

Hello, j’étais vraiment ravie de te rencontrer. J’ai repensé au livre dont tu m’avais parlé et j’aimerais bien que tu me le prêtes. Dis-moi quand tu as le temps pour qu’on se croise.” 

Verdict: Pour l’humour, je repasserai mais je viens de cocher virtuellement la case intelligence : il m’arrive de LIRE. La subtilité de mon message me rend très fière -je fais genre je ne suis pas intéressée, tout en trouvant un prétexte pour le voir: EXCELLENT. Je suis en train de me féliciter intérieurement quand je me souviens d’un micro-détail: avec un mec timide, la dernière chose à faire est de jouer à la fille pas intéressée du tout. Maintenant, Jules va penser que j’en veux à son bouquin.

Je commence à paniquer en rentrant dans la phase d’attente. Psychologiquement, c’est la plus difficile et sa longueur varie selon le destinataire du message. Inutile de vous dire qu’avec Jules, le combat va être terrible. Visage inexpressif, attention réduite à zéro et nervosité apparente: non, ce n’est pas une crise cardiaque, je viens simplement d’envoyer un SMS. Les trois petits points que les utilisateurs d’iMessage connaissent bien s’affichent sur l’écran de mon iPhone et sont alors autant de poignards dans mon cœur. Ils s’arrêtent. La vibration devrait intervenir maintenant.  Mais non, rien ne se passe. Pas de réponse, je me mets soudainement à détester Jules. Si j’étais moins calme, je renverrais un autre texto direct:

T’es vraiment un enculé de ne pas me répondre. Oublie-moi.

Ce qui aurait probablement le même effet que la photo de téton. Heureusement, mon surmoi m’en empêche. Trois minutes se sont écoulées et toujours pas le moindre signe de Jules. Il doit être en train de bosser. Merde, on est dimanche. Peut-être qu’il fait la vaisselle. Mais pourquoi il aurait commencé à taper un texto alors que…

drr, drr, drr

 (ça, c’est mon Iphone quand il vibre)

Le prénom de Jules s’affiche sur l’écran. Je fais une capture dans la foulée pour immortaliser le moment. Au cas où, ça me fera un bon souvenir de ce qu’aurait pu devenir notre relation. Je fixe mon téléphone. Je pense à la télépathie et à cette récente expérience menée à Washington. Je finis par déverrouiller mon téléphone et je lis la pire réponse au pire texto de drague:

Oui, pas de problème.

J’ai oublié de vous parler du potentiel de relance indispensable d’un texto de drague: toujours laisser à l’autre un moyen de rebondir. Sinon, c’est plus de la drague, c’est un pauvre texto. Sur ce, je vais aller m’acheter un sundae. 

Romy Idol

Y comme Romy 
Romy Idol, presque 30 ans, presque un mec, presque un boulot
Robert Laffont


1. J’ai couché en anglais

Un mois que je suis rentrée de vacances et que je ne pense qu’à une chose: y retourner. Le réveil le matin, les embouteillages et les gens énervés, mes marques de bronzage qui s’effacent progressivement… je vois bien que l’été commence à être un lointain…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

2. L'Euro 2016 et moi

Vous faites quoi ce soir, vous? Moi, j’ai foot. Vous imaginez bien que ça ne m’arrive que rarement, mais comme à chaque événement footballistique majeur, j’ai été rattrapée par l’effervescence collective (= je n’ai aucune personnalité et je suis le mouvement), et me voilà à…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

3. J’ai couché avec mon voisin

Vous en avez rêvé, eh bien je l’ai fait. Je viens de me taper mon voisin de palier -enfin le palier du dessous. Je ne vais pas vous mentir, c’était une expérience fort sympathique, surtout que, comme tout le monde, j’ai souvent fantasmé sur ce…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

4. La sortie d'hibernation

Je sais, vous vous êtes demandé où j’étais passée ces derniers temps, et certains d’entre vous se sont peut-être même risqué à des hypothèses sur ma disparition virtuelle. Alors pour ceux qui me voyaient déjà tombée dans la faille spatio-temporelle de la love story (vous…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

5. Le bad hair day

Je ne sais pas comment vous vous entendez avec vos cheveux, mais moi, avec les années, j’ai développé un rapport amour/haine complètement névrotique à mes tifs, qui me pourrit la vie à chaque moment important où je dois envisager d’en faire quelque chose de soigné,…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

6. Le mec collant

La dernière fois que je vous ai parlé de mes histoires de cœur, j’étais fraîchement célibataire. Et comme je ne fais pas partie de ces personnes qui changent de mec comme de chemise, eh bien, je suis toujours célibataire. Soupir. Pourtant, tout avait bien commencé:…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine

7. Ma peur incontrôlable de l'avion

Cet été, je suis partie à Barcelone. Si j’avais été seule, j’y serais allée en bus. Si j’avais été encore avec Jules, je l’aurais supplié de louer une voiture –qu’il aurait conduit puisque je n’ai toujours pas le permis. Sauf que j’y suis allée avec…
© Louison pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Louison pour Cheek Magazine