contributions

Par la rédaction de Cheek

C’est notre jeunesse qu’ils ont voulu tuer

_kratozovsky / Instagram
_kratozovsky / Instagram

_kratozovsky / Instagram


Putain, le Carillon, j’y étais avant-hier!”. “Et moi, on m’avait proposé d’aller à ce concert du Bataclan!” Lequel d’entre nous n’a pas entendu l’une de ces phrases depuis hier soir? Quand il n’a pas appris le décès d’une personne de son entourage… Car les identifications des victimes commencent à tomber et malheureusement, certains noms sont familiers. Pas étonnant puisque la rue Bichat, la rue de Charonne, le boulevard Richard Lenoir appartiennent à l’un des quartiers préférés de la jeunesse parisienne.

Certes, il s’agit d’une certaine frange de la jeunesse, plutôt arty, plutôt de gauche, assez privilégiée, sacrément hipster. Mais une jeunesse ouverte, multiculturelle, et surtout libre. Libre de sortir et de s’amuser, de boire et de coucher avec n’importe qui, libre de se cultiver. Une jeunesse où femmes et hommes sont assis aux terrasses des cafés, où des groupes de filles prennent le métro la nuit, où tous déambulent le week-end jusqu’au petit matin.

Que se passe-t-il dans notre pays pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé?

Cette jeunesse, c’est la nôtre, et tous ceux qui restent, hébétés aujourd’hui, se disent qu’ils auraient pu être au mauvais endroit au mauvais moment en ce vendredi 13 novembre 2015, après avoir passé une soirée cauchemardesque à traquer tous leurs potes via Facebook, WhatsApp ou Twitter. Certains n’ont jamais répondu à l’appel. Frapper des endroits tels que le Bataclan, le Petit Cambodge ou la Belle Équipe, c’est toucher au cœur une partie de la population qui incarne merveilleusement bien le jeune Paris de 2015, aussi agaçant qu’intéressant.

Le pire, c’est que cette jeunesse qui a été volontairement ciblée hier soir -il faut sacrément bien la connaître pour prévoir des attaques dans ce style de lieux- l’a probablement été par des personnes du même âge. Que se passe-t-il dans notre pays pour qu’une jeunesse s’en prenne à une autre, pour que le destin collectif d’une génération soit ainsi mortellement brisé? Il est encore bien trop tôt pour avoir des réponses. Mais quand le noir décompte des victimes sera terminé, gageons que la moyenne d’âge n’excèdera pas 40 ans.


1. Servilité, inégalité, maternité: comment le mythe de la mère idéale a muté pour encore plus nous accabler

Je suis mère depuis un an et demi. Je n’avais pas anticipé l’anarchie et l’ébranlement identitaire qu’est la maternité. Je n’avais pas anticipé ses conséquences sur ma santé mentale. J’ai frôlé la dépression. Je suis peut-être même en plein dedans. Pour aller mieux, j’ai réfléchi…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

2. Qu’en dira-t-on si j’écarte les jambes sur l’affiche de mon concert?

Qu’en dira-t-on si, vêtue d’une culotte-short que j’ai fait faire, j’écarte les jambes sur l’affiche de mon concert? À cette question que je ne me suis pas posée, on me répond bien des choses. On me dit qu’une fille ne doit pas écarter les jambes.…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

3. Comment je me suis réconciliée avec la masturbation et le porno

Ceci est le récit de mon itinéraire masturbatoire. Je ne m’y risque pas par exhibitionnisme ou manque de pudeur, mais bien parce que, passé le caractère à priori trivial et anecdotique de l’onanisme, on entre au cœur des relations de pouvoir et de domination entre…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

4. Comment encourager l'ambition féminine?

Si on m’avait demandé à 15 ans “Es-tu ambitieuse?”, j’aurais répondu non. Je ne savais absolument pas ce que je voulais faire de ma vie, je préférais sortir avec mes copines, sécher les cours et tomber amoureuse. J’en ai 34 aujourd’hui, je dirige une entreprise, The…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

5. Confession d'une ex-anorexique

On n’apprend pas à dire ce mal-là. On apprend le silence comme une marque de politesse envers les autres. On esquisse un sourire, on baisse un peu la tête, on parle d’autre chose. On tait ce cri désespéré que n’importe qui entend mais que peu…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

6. Je suis célibataire et je vais avoir un enfant seule

Je suis née en 1978, dix ans après la légalisation de la pilule et trois ans après la légalisation de l’avortement. J’ai toujours été une enfant espiègle et sage. J’ai toujours été une bonne élève. Je n’ai fait aucune crise d’adolescence particulière et j’ai été…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram

7. La loi sur la PMA est aussi l’affaire des femmes célibataires 

Ça y est, on y est: le premier ministre Édouard Philippe vient de l'annoncer, le Parlement va enfin plancher à l’automne sur un texte de loi relatif à la PMA, texte qui devrait engendrer pas mal de discussions, ne serait-ce qu’au café du commerce. Très attendue,…
_kratozovsky / Instagram - Cheek Magazine
_kratozovsky / Instagram