contributions

Par Raphaëlle Peltier

Sommes-nous de “mauvaises” féministes?


J’ai plaisir à me maquiller. J’ai adoré la série des Twilight. J’ai beau avoir écrit un post pour descendre Robin Thicke, je me trémousse à chaque fois que j’entends Blurred Lines. J’ai déjà dit “je n’aime pas les ambiances de filles”. Je l’avoue: je suis une “mauvaise féministe”. Cela doit-il pour autant m’interdire de tenir un blog féministe? Non.

Ma réponse est la même que celle de l’auteure américaine Roxane Gay, qui a publié il y a quelques mois Bad feminist. Il y a un moment que je voulais chroniquer ce livre, sans trouver le bon angle d’attaque. C’est finalement la dessinatrice et blogueuse BD Diglee qui m’en donne l’occasion. Il y a quelques jours, elle postait une  critique féministe du film d’horreur It follows. Critique qui a déclenché une avalanche de reproches sur un supposé “manque de féminisme” qui l’ont poussée à se fendre d’un autre post. Elle n’a pas toujours été irréprochable sur tous les points, la voilà donc obligée de justifier son féminisme.

Il est tout à fait possible de porter un regard critique, féministe, sur des choses que l’on apprécie tout en sachant que d’un point de vue purement rationnel, oui, on a tort de les aimer.

En prônant l’acceptation de soi et la liberté de porter ce que l’on veut, je me suis un peu mélangée, j’ai diffusé des messages contradictoires. Mais être tombée dans le piège ne devrait pas m’interdire d’en sortir”, répond Diglee. Ne pas avoir été un parangon de féminisme ne devrait pas interdire de se poser des questions sur les films, les livres, la société, sur soi-même… Ou de poser ces questions à d’autres.

C’est en somme ce que dit Roxane Gay dans la collection d’essais qu’elle a compilés pour Bad feminist. Sans pitié pour ses propres failles, elle se penche sur chacun de ses travers, sur toutes ces choses “pas féministes” qui la touchent, qu’elle apprécie, ces comportements qu’elle ne peut pas totalement assumer. Plus que décomplexant, le résultat est édifiant: il prouve qu’il est tout à fait possible de porter un regard critique, féministe, sur des choses que l’on apprécie tout en sachant que d’un point de vue purement rationnel, oui, on a tort de les aimer (Taylor Swift et Katy Perry, c’est à vous que je pense!). Bref, qu’une “bonne féministe” se nourrit de la “mauvaise féministe” qu’il y a en elle.

Aucune d’entre nous n’est la “parfaite féministe”. Cela dit, ça ne devrait pas nous empêcher de l’être et de le clamer haut et fort. Pourtant, les critiques qu’essuie Diglee tout comme les critiques qui ont motivé Roxane Gay, émanent essentiellement de féministes. Alors oui, l’esprit critique est ce qui fait avancer le mouvement, ce qui permet de travailler ses arguments pour être plus percutant(e)s. Mais, à l’heure où les attaques extérieures contre les féministes sont en recrudescence, portées par les masculinistes, je me dis que nous gagnerions peut-être à arrêter d’être nos meilleures ennemies.

PrécisionLe commentaire d’un lecteur nous laisse penser que cette contribution n’est peut-être pas aussi claire que nous l’espérions. Par souci de clarté, nous avons mis le terme “mauvaise féministe” entre guillemets. L’auteure ne pense bien entendu pas qu’il existe de “mauvaises féministes”. Au contraire, c’est une critique trop fréquente qu’elle déplore, comme Roxane Gay, dont elle évoque le livre Bad feminist. Si elle n’avait pas mis cette expression entre guillemets dans le texte d’origine, c’est qu’elle tenait à montrer qu’elle est fière de ces goûts qui font d’elle, aux yeux de certains, une “mauvaise féministe”. Sauf peut-être quand elle se met à aimer une chanson aussi sexiste que Blurred Lines, ce qui froisse ses principes, d’où les “comportements qu’elle ne peut pas totalement assumer”. Le ciel, le féminisme et ta mère, blog sur lequel a d’abord été publié ce texte, a un goût prononcé pour l’ironie, ça sera plus clair en le disant!


2. Militer en ligne, c’est déjà militer

Ça n’est pas une grande nouvelle, le militantisme a changé de visage. Dans les années 2000, il s’agissait d’adhérer à un mouvement, de payer une cotisation, d’aller en réunion, en manif, d’inventer des slogans, d’écrire dans des fanzines, de distribuer des tracts, de débattre jusqu’à…
Militer en ligne, c’est déjà militer - Cheek Magazine

3. Être artiste en confinement, le syndrome du banc de touche

Cet été, j’ai repeint ma chambre en jaune. J’avais besoin de changement. Je sortais d’un confinement pénible où j’avais fêté mes 32 ans avec moi-même, j’avais eu une quinzaine de dates de mon spectacle annulées et je n’avais pas pu enterrer ma tante dignement. Autant…
Être artiste en confinement, le syndrome du banc de touche - Cheek Magazine

4. Peut-on vivre encore un mois sans coiffeur, ni esthéticienne ni nouveau gloss repulpant?

Spoiler alert: oui. Aucune femme n’est jamais décédée d’avoir des cuticules ou des poils sous les bras. Mais aucune n’est décédée non plus d’avoir à lire Proust plutôt que le dernier Camille Laurens. Alors pourquoi entend-on réclamer la réouverture des librairies plutôt que celle des…
Peut-on vivre encore un mois sans coiffeur, ni esthéticienne ni nouveau gloss repulpant? - Cheek Magazine

5. “Miss”: En France, les comédies sur les gays véhiculent les LGBTphobies

Sur le papier, le film Miss de Ruben Alves, en salle le 21 octobre, est attrayant. Alex, un jeune homme réservé, rêve de devenir Miss France. Aidé de ses colocataires, il se “transforme” en femme et s’inscrit. S’en suivent des péripéties qui se veulent amusantes.…
“Miss”: En France, les comédies sur les gays véhiculent les LGBTphobies - Cheek Magazine

6. J’ai perdu mon plan de carrière, et alors?

Un jour, je me suis rendu compte que je ne savais plus où était passé mon plan de carrière. Je ne l’ai même pas cherché, je savais que je l’avais égaré. Le souvenir de son existence a instantanément laissé place à la certitude de ne…
J’ai perdu mon plan de carrière, et alors? - Cheek Magazine

7. Roméo Elvis et l’empathie à deux vitesses dont profitent toujours les mêmes

J’ai été très frappée par les réactions qui ont accompagné les excuses publiques de Roméo Elvis il y a trois jours. Dans les commentaires sous le post, on lit beaucoup de comparaisons avec l’affaire Moha La Squale, beaucoup de bienveillance, et même, des félicitations. Les gens…
Roméo Elvis et l’empathie à deux vitesses dont profitent toujours les mêmes - Cheek Magazine