contributions

Par Fiona Schmidt

Pourquoi je ne veux pas d’enfant (mais merci d’avoir proposé)


Cette semaine, une amie proche m’a annoncé qu’elle était enceinte, m’abandonnant ainsi la case “trente ans, pas d’enfant” qu’on était toute une bande à occuper il y a encore, bah, cinq minutes, me semble-t-il. Entendons-nous: je ne pense pas qu’elle attende un bébé pour m’emmerder -je ne le pense pas vraiment: le fait qu’elle soit amoureuse d’un mec super, qu’elle adore les enfants et qu’ils feront des parents géniaux a dû jouer aussi, quelque part, dans ses motivations. J’imagine.

Mais ça fait bizarre, de me retrouver dans cette position. “La dernière”. La dernière de quoi, d’ailleurs? La dernière de la classe? La dernière à pouvoir rentrer sans scrupule ni vergogne à cinq heures du mat’ le samedi, un faux-cil collé sur la tempe et les jambes qui font des nœuds marin? La dernière des Mohicannes?

Quand j’ai eu moins de temps, à 30 ans, ça ne venait toujours pas, alors “on” m’a demandé quel était le problème.

Je ne veux pas d’enfant. Je n’en ai jamais voulu, et je n’en veux toujours pas, à trente ans et des poussières -OK, des moutons-, alors que je peux en fabriquer, et que j’aime un homme propriétaire de trois enfants équilibrées et d’un bon rapport qualité des échanges-prix des cadeaux à Noël, enfants que je côtoie par ailleurs sans trop de répulsion, voire, de loin en loin, avec un spasme de plaisir*.

Quand j’avais vingt ans, “on” (mes amis, les adultes plus adultes que moi, mes docteurs de tête et de corps, mes collègues…) me disait que “ça viendrait plus tard”. Plus tard, autour de 25 ans, ça ne venait toujours pas, mais “on” me disait que j’avais le temps. Quand j’ai eu moins de temps, à 30 ans, ça ne venait toujours pas, alors “on” m’a demandé quel était le problème.

Pourquoi mon utérus devrait-il se justifier de vouloir rester vide, d’abord?

Il n’y en a pas. J’aime les enfants, je suis une marraine comblée, une belle-doche épanouie, j’ai le même âge mental et la même passion pour les paillettes et les jouets à la con que les enfants de mes amis, j’adore traîner au rayon enfants du Monop’ et je trouve qu’un bébé, pourvu qu’il soit vidangé, sent bon. Mais je n’en veux pas.

Parce que j’aime trop les sushis, les huîtres et le vin blanc, parce que la seule fois où j’ai arrêté de fumer, j’étais d’une humeur de tank russe, parce que j’adore dormir, surtout sur le ventre, parce que les vêtements de maternité sont moches, parce que je n’aime pas avoir du vomi dans les cheveux… J’EN SAIS RIEN, POURQUOI! Et pourquoi mon utérus devrait-il se justifier de vouloir rester vide, d’abord? C’est pas une place de parking dans une mégalopole, bordel!

En France, les femmes sans enfant, en âge d’en avoir et déclarant ne pas en vouloir, sont une aiguille dans une meule de foin.

Selon une étude toute fraîche du Bureau de recensement américain, publiée dans le Time cette semaine, en 2014, 47,6% des femmes entre 15 et 44 ans n’avaient pas d’enfants. C’est le pourcentage le plus élevé jamais enregistré depuis la création dudit Bureau, en 1976, dans un pays où le taux de natalité reste relativement élevé (1,88 enfant(s?) par femme).

Aux États-Unis, je serais donc subnormale.

En France, les femmes sans enfant, en âge d’en avoir et déclarant ne pas en vouloir, sont une aiguille dans une meule de foin -à plus forte raison quand elles sont en couple. Selon une étude récente de l’Ined, “l’infécondité volontaire” (on appréciera l’expression…) est restée stable en France ces trente dernières années, autour des 6,3% enregistrés en 2013. Le chiffre tombe à 3,7% pour les femmes en couple de moins de 30 ans, et 2,1% pour leurs aînées.

Moralité: je suis une licorne à cinq pattes.

Et j’aimerais qu’on me laisse brouter mon arc-en-ciel tranquille.

Merci.

* Eh, belle-daronne vous aime, bitches!


1. Comment je me suis réconciliée avec la masturbation et le porno

Ceci est le récit de mon itinéraire masturbatoire. Je ne m’y risque pas par exhibitionnisme ou manque de pudeur, mais bien parce que, passé le caractère à priori trivial et anecdotique de l’onanisme, on entre au cœur des relations de pouvoir et de domination entre…
DR - Cheek Magazine
DR

2. Comment encourager l'ambition féminine?

Si on m’avait demandé à 15 ans “Es-tu ambitieuse?”, j’aurais répondu non. Je ne savais absolument pas ce que je voulais faire de ma vie, je préférais sortir avec mes copines, sécher les cours et tomber amoureuse. J’en ai 34 aujourd’hui, je dirige une entreprise, The…
DR - Cheek Magazine
DR

3. Confession d'une ex-anorexique

On n’apprend pas à dire ce mal-là. On apprend le silence comme une marque de politesse envers les autres. On esquisse un sourire, on baisse un peu la tête, on parle d’autre chose. On tait ce cri désespéré que n’importe qui entend mais que peu…
DR - Cheek Magazine
DR

4. Je suis célibataire et je vais avoir un enfant seule

Je suis née en 1978, dix ans après la légalisation de la pilule et trois ans après la légalisation de l’avortement. J’ai toujours été une enfant espiègle et sage. J’ai toujours été une bonne élève. Je n’ai fait aucune crise d’adolescence particulière et j’ai été…
DR - Cheek Magazine
DR

5. La loi sur la PMA est aussi l’affaire des femmes célibataires 

Ça y est, on y est: le premier ministre Édouard Philippe vient de l'annoncer, le Parlement va enfin plancher à l’automne sur un texte de loi relatif à la PMA, texte qui devrait engendrer pas mal de discussions, ne serait-ce qu’au café du commerce. Très attendue,…
DR - Cheek Magazine
DR

6. À quand une pilule de testostérone micro-dosée pour les femmes ?

Tous les êtres humains produisent de la testostérone -et des œstrogènes- à des taux différents. La graisse transforme la testostérone en œstrogènes. La première de ces deux hormones est une alliée de la libido, de la production de muscle, du brûlage des graisses, et est…
DR - Cheek Magazine
DR

7. Du problème de la visibilité dans la littérature jeunesse

Il y a 15 ans, quand j'ai écrit Dis mamanS -un livre qui s'adresse aux tout-petits et qui raconte les réactions des copains de classe de Théo qui a deux mamans à la maison-, AUCUN éditeur de jeunesse généraliste n'en avait voulu. Les réponses (négatives)…
DR - Cheek Magazine
DR