culture

Cinéma

5 films Cheek à voir au mois d’août 

Nos héroïnes de cinéma du mois d’août sont des pré-ados, des femmes, des mères et mêmes des grands-mères, toutes liées par cette même envie: pouvoir exprimer leur désir, sans être entravées par la société, la religion ou l’entourage. 
“A Perfect family” © Haut et court
“A Perfect family” © Haut et court

“A Perfect family” © Haut et court


Qu’il s’agisse de Amy, la fillette qui veut s’échapper des pressions familiales dans Mignonnes ou de Mariam, une médecin qui n’en peut plus de travailler avec les moyens du bord dans The Perfect Candidate, les héroïnes des films en salles au mois d’août vont vous donner envie de vous battre à leurs côtés pour une société plus égalitaire. 

 

Mignonnes, de Maïmouna Doucouré

Le pitch: Amy, 11 ans, est tiraillée entre deux cultures. Celle de sa communauté religieuse et celle qui la fascine, incarnée par un groupe de filles de son âge, “Les Mignonnes”, des pré-ados au verbe haut qui ne vivent que pour la danse. Amy va alors tenter de s’initier à cet art sensuel, tout en continuant d’incarner, à la maison, l’image d’une petite fille modèle et dévouée.

Pourquoi on le regarde: Mignonnes est un récit initiatique qui décrit avec justesse le passage de l’enfance à l’adolescence et porte un regard critique sur la sexualisation à outrance de ces petites filles qui veulent grandir trop vite. Inspiré de la vie de sa réalisatrice, Maïmouna Doucouré, le film montre également comment la religion et les attentes de la communauté peuvent être perçues par une enfant qui souhaite s’en émanciper.

En salles le 19 août. 

 

A Perfect Family, de Malou Reymann

Le pitch: Caroline et Emma sont soeurs et apprennent que leurs parents vont divorcer. La raison? Leur père “veut devenir une femme”. Si l’aînée accueille la nouvelle avec ouverture d’esprit, Emma a quant à elle du mal à accepter cette réalité. Mais leur père est tenace et va continuer, au gré de sa transition, à maintenir les liens avec ses filles. 

Pourquoi on le regarde: A Perfect Family suit la transition, étape par étape, d’une femme trans du point de vue de sa fille, à une époque où cette communauté était beaucoup moins visible qu’aujourd’hui. Inspirée par l’histoire de son propre père, la réalisatrice, Malou Reymann, donne à voir comment la transition d’un membre d’une famille peut toucher de manière différente celles et ceux qui la composent. 

En salles le 19 août. 

 

The Perfect Candidate, de Haifaa Al Mansour

Le pitch: Mariam est médecin et travaille dans une clinique modeste d’une petite ville d’Arabie saoudite. Agacée par le manque de moyens, elle souhaite se rendre à Dubaï pour passer des entretiens et obtenir un poste à Riyad, la capitale. Mais à l’aéroport, elle découvre que son autorisation de voyage n’est plus valable. N’arrivant pas à joindre son père pour la faire renouveler, elle décide de demander de l’aide à son cousin haut placé. Mais pour le rencontrer, elle doit présenter sa candidature aux élections municipales.  

Pourquoi on le regarde: comment mener à bien ses projets quand on est une femme en Arabie saoudite? C’est la question à laquelle répond The Perfect Candidate, sublime portrait d’une femme qui doit sans cesse contourner les obstacles pour tenter d’arriver à ses fins: comme de pouvoir, entre autres, exercer son métier à la hauteur de ses compétences. 

En salles le 12 août. 

 

Madame, de Stéphane Riethauser

Le pitch: Grand-Maman était une matriarche et redoutable femme d’affaires qui s’est faite toute seule à une époque où il n’était pas bon d’être une femme ayant de l’ambition. Sébastien, son petit-fils, s’est plongé dans ses archives audiovisuelles personnelles et familiales pour conter l’histoire de sa grand-mère mais aussi la sienne: celle d’un petit garçon propulsé depuis son plus jeune âge dans le boulevard du patriarcat avant de découvrir son homosexualité.

Pourquoi on le regarde: dans ce documentaire, le réalisateur suisse Stéphane Riethauser déconstruit toute son enfance et l’éducation qu’il a reçue pour mieux en dégager les injonctions à la masculinité et les ressorts sexistes. Ce discours, mis en parallèle avec le témoignage de sa grand-mère, met en lumière les travers d’une société qui a, certes, beaucoup progressé mais a encore tant à apprendre pour mettre fin à toutes les discriminations et inégalités. 

En salles le 26 août.

 

Voir le jour, de Marion Laine

Le pitch: Jeanne est auxiliaire dans un service de néo-natalité à Marseille. Alors qu’une femme accouche de jumeaux dont l’un des bébés est mort-né, le passé de Jeanne, qu’elle avait pris soin d’enterrer, revient la hanter. 

Pourquoi on le regarde: Voir le jour est un film librement inspiré de Chambre 2, le roman de Julie Bonnie. À travers l’histoire de Jeanne et de sa quête de rédemption, c’est tout un univers hospitalier qui est magistralement mis en scène et filmé: le manque de moyens, les gardes qui s’enchaînent, le rythme infernal, les relations tendues avec le médecin en chef mais aussi la pression des opposants à l’avortement et la beauté d’un service où des femmes s’affairent, chaque jour, à donner la vie. 

En salles le 12 août. 

Arièle Bonte


2. Six BD Cheek à emporter en vacances

Nous avons sélectionné six BD féministes à lire absolument cet été.
“A Perfect family” © Haut et court - Cheek Magazine
“A Perfect family” © Haut et court

3. 3 albums Cheek à écouter en vacances cet été

Sortis cet été, ces trois albums occupent une place privilégiée dans nos playlists estivales. 
“A Perfect family” © Haut et court - Cheek Magazine
“A Perfect family” © Haut et court

5. Joanna assume son désir dans le clip de “Viseur”

Quand la musique s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles: Viseur, de Joanna, c’est notre clip du jour. 
“A Perfect family” © Haut et court - Cheek Magazine
“A Perfect family” © Haut et court