culture

Cinéma

Les 5 films Cheek de la rentrée

Comédie, drames ou documentaires, notre rentrée cinéma en cinq films vus et approuvés. 
”Rocks” © Haut et court
”Rocks” © Haut et court

”Rocks” © Haut et court


Lyon, Paris, Londres, Brive ou le Québec sont à la rentrée le théâtre d’une poignée de films indispensables et engagés, que nous avons visionné pour vous. De la très attendue nouvelle comédie de Sophie Letourneur, Énorme, au beau documentaire de Sébastien Lifshitz, Adolescentes, en passant par notre film coup de cœur, le formidable Rocks, de Sarah Gavron, notre rentrée sur grand écran se fera avec les films suivants. 

 

Rocks, de Sarah Gavron

Le pitch: Rocks est une adolescente des quartiers populaires de Londres. Elle vit avec son petit frère Emmanuel et leur mère, jusqu’au jour où cette dernière déserte le domicile pour une durée indéterminée, en laissant derrière elle une lettre et un peu d’argent. 

Pourquoi on le recommande: L’histoire de cette ado qui met tout en œuvre pour échapper aux services sociaux est une ode à l’entraide et à la solidarité entre jeunes femmes. Aidée par son groupe d’amies, Rocks assure sa survie à un âge où l’innocence ne devrait jamais disparaître aussi brutalement. Ultra réaliste et juste, le film de Sarah Gavron, qui multiplie les séquences caméra à l’épaule, sonne juste. Il donne à voir la diversité du quartier londonien de Hackney, et porte ainsi à l’écran des héroïnes peu représentées au cinéma. Une réussite de bout en bout. 

En salles le 2 septembre  

 

Antigone, de Sophie Deraspe

Le pitch: Cette relecture contemporaine d’Antigone met en scène une jeune femme d’origine kabyle en quête de justice après le décès de son frère lors d’une intervention policière.

Pourquoi on le recommande: Air du temps compliqué oblige, Antigone fait remarquablement écho à l’actualité. Véritable Assa Traoré québécoise, Antigone (brillamment incarnée par la jeune Nahema Ricci) se bat pour que soit reconnue la bavure policière qui a mené l’un de ses frères à la mort et l’autre en prison. Cette jeune femme prête à sacrifier sa propre vie pour sauver sa famille et rétablir la justice est une héroïne de cinéma très inspirante, qui symbolise parfaitement l’engagement des jeunes générations

En salles le 2 septembre 

 

Adolescentes, de Sébastien Lifshitz 

Le pitch: Pour ce documentaire, le réalisateur Sébastien Lifshitz (Les Invisibles, Bambi) a suivi deux adolescentes françaises, Emma et Anaïs, de leur entrée au collège jusqu’à leur majorité. 

Pourquoi on le recommande: Rêves, questionnements sur la sexualité, quête de conformisme pour s’intégrer au groupe, tous les enjeux du passage à l’âge adulte sont ici vécus différemment par ces deux amies aux vies très distinctes. Plutôt lent, irritant à regarder parfois -il faut voir comment ces ados parlent à leur mère!-, le film de Sébastien Lifshitz est un témoignage précieux des changements qui s’opèrent dans la vie d’une jeune femme à l’âge de la puberté -même si le sujet de la puberté et du corps est lui, justement, traité à distance. Un film sensible et pudique à la cinématographie puissante qui, sans prétendre dresser un portrait générationnel, montre ce que signifie devenir femme aujourd’hui. 

En salles le 9 septembre 

 

Les Joueuses #PASLÀPOURDANSER, de Stéphanie Gillard  

Le pitch: Immersion le temps d’une saison dans le quotidien des joueuses de l’Olympique Lyonnais, meilleure équipe de France féminine de football, d’où sont issues les Wendie Renard, Eugénie Le Sommer, Amandine Henry et autres Amel Majri qui nous ont fait vibrer en 2019. 

Pourquoi on le recommande: La place des femmes dans le football se conquiert de haute lutte et Les Joueuses le montre remarquablement. Entraînement après entraînement, match après match, titre après titre, ces femmes passionnées de football depuis leur plus tendre enfance incarnent la persévérance et les plus belles valeurs du sport, dans un milieu où, même si les choses bougent, la gloire et l’argent ne sont encore qu’une infime partie de l’équation. 

En salles le 9 septembre 

 

Énorme, de Sophie Letourneur

Le pitch: Claire (Marina Foïs) est une pianiste de renommée internationale. Son mari, Fred (Jonathan Cohen), qui est aussi son agent, gère sa vie de A à Z, contraception incluse. Alors qu’il développe un désir d’enfant incontrôlable, il devient prêt à tout pour parvenir à ses fins, aux dépens de Claire, qui se verrait bien nullipare toute sa vie

Pourquoi on le recommande: À réalisatrice singulière, film singulier. Filmé en 4/3, Énorme revisite les codes de la comédie française avec le goût pour l’expérimentation de sa réalisatrice, qui n’hésite pas à jouer avec le son, le montage, le tempo… Si la forme est atypique, le fond n’est pas en reste, et Sophie Letourneur retourne les clichés sur le prétendu instinct maternel, tout en mettant en lumière la difficulté des femmes à concilier travail et maternité. Drôle et intelligent, ce nouveau long-métrage de la cinéaste est aussi un magnifique hommage au personnel soignant -parmi les meilleures scènes, on retient celles avec des comédiennes non professionnelles dans l’enceinte d’une vraie maternité-, et se clôt par un moment de grâce absolu. 

En salles le 2 septembre 

Faustine Kopiejwski


2. “Ratched”: la méchante est lesbienne, et cela fait du bien

Dans sa dernière série, Ryan Murphy fait de Miss Ratched, l’infirmière malveillante de Vol au-dessus d’un nid de coucou, une lesbienne et détruit au passage certains clichés.
”Rocks” © Haut et court - Cheek Magazine
”Rocks” © Haut et court

3. Avec l'ASMR, la pop se niche au creux de l'oreille

De Billie Eilish à Ariana Grande, la technique de l’ASMR conquiert petit à petit le monde de la pop music et lui offre une acoustique singulière et puissante. Explications du phénomène.
”Rocks” © Haut et court - Cheek Magazine
”Rocks” © Haut et court

4. Comment Anaïde Rozam est passée d’Instagram aux plateaux de cinéma

Après avoir percé sur Instagram avec ses courtes vidéos, Anaïde Rozam passe à la vitesse supérieure avec un programme court, Clothilde fait un film, diffusé chaque dimanche sur Canal+.
”Rocks” © Haut et court - Cheek Magazine
”Rocks” © Haut et court

5. Mel C n'est plus Sporty Spice mais n'a rien perdu de son girl power

Plus de 20 ans après ses débuts, Mel C alias Sporty Spice des Spice Girls sort un album synth-pop qui célèbre le fait d’être pleinement soi-même. Rencontre par écrans interposés, covid oblige.
”Rocks” © Haut et court - Cheek Magazine
”Rocks” © Haut et court