culture

Festival

7 temps forts à ne pas manquer aux Trans Musicales de Rennes

Les 41èmes rencontres Trans Musicales de Rennes, alias les Trans, se tiendront en Bretagne du 4 au 8 décembre. On a sélectionné pour vous les artistes et les rendez-vous à ne pas manquer. 
© Marion Bornaz
© Marion Bornaz

© Marion Bornaz


Comme chaque fin d’année depuis 1979, Rennes vivra au rythme des musiques, dans toute leur diversité, pour les 41èmes rencontres Trans Musicales. Fidèle à son rôle de défricheur, le festival, qui aura lieu du 4 au 8 décembre, nous permettra de découvrir les artistes les plus inventif·ve·s en provenance du monde entier. De l’espoir belge Lous and The Yakuzas à l’Ukrainienne Alyona Alyona, en passant par les Uruguayennes et Australienne de Los Bitchos, c’est un tour du monde des musiques pop, urbaine ou électronique qui se tiendra dans la capitale bretonne. On a sélectionné pour vous les artistes féminines à ne pas manquer, ainsi que les débats ou expos qui placent les femmes au centre de leur réflexion. 

 

1- La création de Lous and The Yakuzas 

Quoi: Après de prestigieux·ses prédécesseur·se·s, comme Stromae, Fishbach ou Aloïse Sauvage, c’est au tour de la Belge Lous and the Yakuzas d’avoir carte blanche pour la Création des Trans Musicales. Toujours bien plus que de simples concerts, ces rendez-vous avec des musicien·ne·s autour d’une mise en scène élaborée pour l’occasion, permettent d’entrer à pieds-joints dans l’univers d’artistes prometteur·se·s. Ou la meilleure carte de visite qui soit. 

Où et quand: du 4 au 8 décembre à 20h30 à l’Aire Libre 

 

2- L’Expo photo dédiée aux musiciennes passées par les Trans Musicales 

Ebony-Bones-Nicolas-Joubard

Ebony Bones © Nicolas Joubard 

Quoi: Une sélection de photos grand format de musiciennes passées par les Trans Musicales depuis la naissance du festival. Rares ou mythiques, ces clichés montreront des femmes en pleine possession de leurs moyens sur les scènes du festival: Muriel Moreno avant Niagara, Jeanne Added ou encore Beth Gibbons de Portishead, immortalisées par l’objectif, raconteront l’histoire des Trans par le prisme de féminins forcément pluriels. 

Où et quand: du 7 novembre au 20 décembre, à l’étage de la médiathèque

 

3- Le concert d’Alyona Alyona

Quoi: Cette Ukrainienne était enseignante en école maternelle avant de poster en 2018 le morceau de hip hop ci-dessus sur YouTube. Ayant décidé d’embrasser le métier d’artiste devant le succès remporté par la vidéo, la jeune femme s’exprime en ukrainien, un geste hautement politique dans un pays où la langue russe est imposée. Détonnant.  

Où et quand: samedi 7 décembre0 à 3h40 (nuit de sam. à dim.) au Parc Expo – Hall 9 

 

4- Le débat sur les représentations des artistes féminines 

RENCONTRES Trans Musicales Marion Bornaz

Quoi: Organisée par l’incontournable et très active association HF Bretagne, cette table ronde intitulée Les représentations des musiciennes: subies ou choisies? se demandera entre autres “en quoi les clichés  -conscients ou inconscients- attachés à l’image des musiciennes chanteuses ou instrumentistes sont-ils un frein à leur développement artistique?”. Un sujet passionnant qui montrera comment, en 2019, les femmes sont toujours enfermées dans des rôles, à l’endroit même où on les croyait les plus libres. 

Où et quand: Vendredi 6 décembre à 16h30 à la Maison des Associations – Salle 100

 

5- Le Dj set de Coco Em 

Quoi: Cette Dj kenyane a fait ses armes dans les plus grandes soirées électro du continent africain et était l’invitée d’une Boiler Room à Nairobi en 2018. Elle mixera son amour du hip hop et des sonorités d’Afrique centrale et australe dans un set qui s’annonce festif, hot et débridé. 

Où et quand: samedi 7 décembre à 01h00 (Nuit de sam. à dim.) au Parc Expo – Hall 4 GreenRoom 

 

6- Le concert de Liraz

Quoi: Vous avez aimé les trois sœurs israéliennes de A-Wa? Vous adorerez Liraz, elle aussi israélienne mais née de parents iraniens ayant fui la révolution. Entre des reprises d’artistes iranien·ne·s et ses propres compositions, la musicienne, qui a choisi de s’exprimer en farsi, explore son identité perse. Beau et intense. 

Où et quand: vendredi 6 décembre à 19h00 à l’UBU 

 

7- Le concert de Los Bitchos 

Quoi: Notre gang de meufs favori de cette fin d’année. Sous le nom de scène de Los Bitchos, un quintet groovy et instrumental basé à Londres et composé (entre autres) de deux Uruguayennes et d’une Australienne. Loin des modes et des clichés rock, elles ont décidé de s’adonner à leur passion pour la chicha péruvienne. On est complètement fan de ce Pista, produit par Alex Kapranos de Franz Ferdinand. Une bouffée d’air frais et un gros fuck au conformisme musical.

Où et quand: vendredi 6 décembre à 00h25 (nuit de ven. à sam.) au Parc Expo – Hall 3 

Faustine Kopiejwski 


1. Avec “Le Dérangeur”, ce collectif veut décoloniser la langue française

Le collectif Piment lâche le micro de son émission sur Radio Nova le temps d’écrire son premier livre Le Dérangeur, petit lexique en voie de décolonisation. Passionné de cultures noires, le quatuor signe un lexique d’un nouveau genre à la fois drôle et impertinent.
© Marion Bornaz - Cheek Magazine
© Marion Bornaz

7. Les femmes noires vont-elles enfin trouver leur place dans l'industrie musicale en France?

Alors que le racisme est redevenu une discussion mondiale, l’industrie musicale, à l’initiative de deux de ses cadres, Brianna Agyemang and Jamila Thomas, a décidé de faire son introspection, notamment sur la place des artistes noir·e·s. Les femmes noires y sont les moins visibles et les plus fragilisées, malgré leurs succès. 
© Marion Bornaz - Cheek Magazine
© Marion Bornaz