culture

Livres

Six autobiographies d'artistes Cheek à (re)lire pendant le confinement

Puisqu’on va avoir le temps de lire cet hiver, voici notre sélection d’autobiographies Cheek, qui retracent toutes des parcours de femmes artistes hors du commun. 
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR

Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR


Si on ne se remet toujours pas des nombreuses fermetures de hauts lieux culturels, la lecture reste l’un de ces plaisirs solitaires auquel on aura tout le temps de s’adonner pendant ce confinement. C’est le moment de dévorer des autobiographies inspirantes d’artistes qui ont su rester créatives face à l’adversité. Sélection.

 

MémoiresL’envers d’une vie, de Demi Moore

De quoi ça parle: Des dessous -pas toujours roses- de l’existence pailletée de l’une des actrices les mieux payées des 90’s qui brillait dans À armes égales et Proposition Indécente.

Pourquoi on le recommande: Parce que Demi ne fait pas les choses à moitié. L’héroïne de Ghost que la presse a qualifiée plus tard de “cougar” – pour avoir osé renverser le schéma de la différence d’âge dans le couple– fait tomber le masque en ne lésinant sur aucun détail de sa vie difficile. Son enfance passée avec une mère suicidaire, le viol qu’elle a subi à 15 ans, son addiction à la drogue, ses histoires d’amour toxiques, son rôle de mère pas toujours évident, l’actrice se révèle bien moins lisse que sa célèbre crinière ébène. Un recueil hautement émotionnel qui se lit comme un vibrant modèle de résilience.

Paru aux Editions Florent Massot.

 

Moi Exactement, de Lily Allen

Lily Allen moi exactement cover

De quoi ça parle: Des difficultés ressenties par la pop star face à l’attention soutenue des médias et de l’envers du décor derrière les tubes acidulés.
Pourquoi on recommande: On la connaissait pétillante, libre et grande gueule, Lily Allen confirme son goût pour briser les tabous en évoquant de manière cash des thèmes importants tels que la santé mentale, le féminisme, l’argent ou le harcèlement (par son manager et deux hommes puissants de l’industrie musicale.) Avec humour et sensibilité, elle rejoint le camp des chanteuses qui lèvent le voile sur les dessous du milieu du show-biz en expliquant notamment à quel point ceux qui y travaillent sont accros aux drogues et à l’alcool. Vous n’écouterez plus jamais son tube Smile de la même manière après avoir terminé ces pages.

Paru aux Editions Hugo Doc.

 

Debout, de Rose McGowan

De quoi ça parle: Du parcours chaotique de Rose McGowan, petite fille élevée dans une secte qui a connu le succès avec des films indés acerbes comme Jawbreaker et la série Charmed avant de subir les foudres d’une partie de Hollywood pour avoir eu l’audace de dénoncer Harvey Weinstein.

Pourquoi on recommande: Car Rose McGowan s’exprime dans ces pages avec toute l’irrévérence qu’on lui connaît sur les réseaux sociaux. Son récit mixe autobiographie et plaidoyer contre un système qui broie les femmes pour leur non-conformité aux normes établies. Elle explique qu’à chaque fois qu’elle dit non, son milieu lui fait comprendre qu’elle va regretter de ne pas s’être soumise à ses lois sexistes. Arrangements, harcèlement, agressions physiques, Rose McGowan raconte comment elle a réussi à rester “debout” tout en interrogeant le lecteur sur les rouages cruels du divertissement. Sans doute l’un des ouvrages les plus percutants du mouvement #MeToo.

Paru aux Editions Harper Collins.

 

De fringues, de musique et de mecs, de Viv Albertine

De quoi ça parle: Des hauts et des bas de la trépidante Viv Albertine, guitariste britannique au sein du groupe punk féminin culte The Slits.

Pourquoi on recommande: Sans langue de bois et avec une verve crue qui rappelle les riffs sauvages de son groupe, Viv Albertine raconte comment une gamine anglaise venant d’un milieu modeste a réussi à inscrire les filles dans l’histoire du punk. Après la séparation du groupe, la musicienne n’a pas encore 30 ans mais il lui faut réinventer entièrement sa vie. Galères pour trouver un mec, tentative pour devenir prof de fitness, reprise des études, maladie, ennui… Viv Albertine dresse un portrait d’elle attachant, piquant et drôle dans lequel celles d’entre nous qui se sont cherchées longtemps se reconnaîtront.

Paru aux éditions Buchet Chastel.

 

Ecstasy And Me: La folle autobiographie d’Hedy Lamarr, de Hedy Lamarr

De quoi ça parle: De la vie et surtout des amours (nombreux) de l’actrice Hedy Lamarr, connue pour avoir simulé un orgasme dans Extase, un film des années 30 et provoqué le scandale jusqu’à être condamné par le pape Pie XI.

Pourquoi on recommande: Parce que Hedy Lamarr est une femme qui, dans les années 30, ose appeler un chat un chat. Le récit de ses aventures croustillantes et érotiques s’avère réjouissant et plein d’humour. Celle qui fut proclamée “plus belle femme du monde” était bisexuelle, s’est mariée six fois (presque autant que Liz Taylor) et a fui l’un d’eux en se déguisant en prostituée. Après avoir quitté Hollywood, elle a été condamnée pour vol. Entre les lignes de ces péripéties rocambolesques, elle dresse une image très critique de l’Amérique de l’époque et du monde du cinéma. Par son art du storytelling, le livre donne envie de s’intéresser à tout ce qui touche à Hedy. On découvre alors que pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a inventé une technologie -un système de codage- à l’origine du Wifi, du GPS et de la téléphonie mobile.

Paru aux Editions Séguier.

 

Face It, de Debbie Harry

De quoi ça parle: De la chanteuse de Blondie, fruit d’amours illégitimes et enfant adoptée devenue l’une des plus grandes stars du rock.

Pourquoi on recommande: Comme Patti Smith le fait dans le génial Just Kids, Debbie Harry ne raconte pas seulement son histoire mais témoigne de l’effervescence d’une époque chérie: le New York des années 70, celui de Basquiat et de Warhol. Elle évoque ses petits boulots avant la célébrité, sa grande histoire d’amour, ses frustrations à être placardée en tenue sexy sur une affiche par sa maison de disques et le fait de ne pas avoir été mère. Mais elle glisse aussi tout un tas d’anecdotes sur le gratin du punk et de l’art. Dédicacé aux “aux filles de l’underground”, le livre devrait leur plaire.

Paru aux Editions Harper Collins.

Violaine Schütz


1. Romcom de Noël: les couples homos sont désormais les bienvenus 

Aux Etats-unis, Hallmark Channel et Lifetime, deux chaînes spécialistes des films de Noël, ont enfin accédé aux demandes d’inclusivité des spectateur·rice·s. Et ainsi tombe le dernier bastion des conservateurs.
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR

2. Pourquoi la France déteste les “sensitivity readers”

Encore marginale en France, cette pratique vise à relire des manuscrits pour y détecter des représentations fausses ou offensantes. Mais que font vraiment les sensitivity readers?
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR

3. Notre Cheek list de livres à offrir pour les fêtes

Si vous manquez d’inspiration pour les fêtes de fin d’année, voilà nos recommandations lecture pour faire plaisir à vos proches ou remplir votre wishlist.
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR

6. La traduction anglais-français permet-elle de se libérer des stéréotypes de genre?

De la recherche d’une équivalence au “they” non-binaire à l’utilisation de l’écriture inclusive, la traduction permet de réfléchir à l’évolution des usages et à l’avenir de la langue française.
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR

7. Pourquoi il faut voir et revoir “La Revanche d'une blonde”

La Revanche d’une blonde, film culte des années 2000, est moins chamallow qu’il n’y paraît et conserve aujourd’hui toute sa puissance féministe, emmené par la jeune Reese Witherspoon qui a depuis conquis Hollywood.  
Demi Moore dans
Demi Moore dans "Proposition Indécente", DR