culture

L'interview de Safia Bahmed-Schwartz / Boris Postma

“Dans mon travail, je crée un nouveau monde”

Tout au long de l’année, l’artiste Safia Bahmed-Schwartz part à la rencontre de ses pairs pour tenter de définir ce qu’est l’art.
© Boris Postma
© Boris Postma

© Boris Postma


À l’occasion de l’exposition sur la culture gabber, qui avait lieu en mai à Paris, j’ai rencontré le photographe Boris Postma pour qu’il me parle de son travail et de ce mouvement né en Hollande au début des années 90.  

Salut Boris, peux-tu te présenter?

Je m’appelle Boris Postma, je suis un artiste de 30 ans, je vis et je travaille à Amsterdam. 

Qu’entends-tu par “artiste”?

Je fais des images, ça peut être de la photo, mais aussi du graphisme ou de la vidéo.

Comment en es-tu venu à produire ces images?

Ces images représentent un ensemble de super-héros gabbers. Quand j’étais adolescent, je baignais dans cette culture. J’avais la tête rasée, je portais un bomber et des survêtements, tout le package, et j’étais aussi super fan de comics. En fait, ces deux mondes sont hypers proches: les gabbers, avec leurs tenues brillantes, leurs uniformes, ont quelque chose du super-héros. J’ai donc décidé de créer ma propre team.

“J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés.”

Comment as-tu découvert la culture gabber?

Quand j’avais huit ans, en 1996, le mouvement gabber était hyper répandu en Hollande. Un mec dans ma classe écoutait cette musique avec son grand frère et a amené ça à l’école. C’était hard, nouveau et extrême, avec des mélodies un peu catchy. Le coté science-fiction de la musique se rapprochait de l’univers de mes BD. Et puis, il y a beaucoup de samples de musiques de films, c’est aussi pour ça que ça m’a plu.

Quand ton travail artistique a-t-il commencé?

J’ai commencé la photo quand j’avais 18 ans, j’avais toujours mon appareil photo avec moi pour faire des instantanés, et quand j’ai eu 23 ans je suis rentré à l’école d’art d’Utrecht. Là, j’ai commencé à bosser comme assistant photographe pour des gens comme Elza Jo, Isabella Rozendaal, Barrie Hullegie ou Jolijn Snijders

Super-héros Boris Postma

© Boris Postma

C’est quoi la photographie pour toi?

Une façon d’exprimer ce que j’ai dans la tête. C’est comme de la peinture, des images me viennent à l’esprit et je les reproduis au plus proche. Vu que je ne suis pas hyper bon en dessin, prendre des photos était la méthode la plus pratique que j’ai trouvée. 

C’est quoi l’art pour toi?

Ce qui est intéressant dans l’art, c’est de pouvoir s’échapper de la réalité. Dans mon travail, je crée un nouveau monde, complètement imaginaire, dans lequel je peux inventer les gens avec qui je vis, l’architecture, les immeubles, l’environnement, etc. 

Comment choisis-tu les gens que tu photographies?

Soit je les connais déjà, soit je les rencontre dans la rue. Quand j’ai décidé de créer cette team, il a fallu que je crée chaque personnage, avec son caractère de gabber. J’ai dû trouver des gens qui pouvaient ressembler à des super-héros, avec une sorte de perfection. J’ai aussi cherché sur Internet, dans le cercle de mes amis. Une fois, une fille m’a plue dans le métro à Amsterdam et un an après, je l’ai retrouvée sur Tinder et lui ai demandé de poser pour moi.

“Chacun est un super-héros à sa façon.”

Que penses-tu de Tinder?

J’adore Tinder, j’y ai rencontré ma copine -ce n’est pas la fille dont je parle plus haut. C’etait le premier rendez-vous que que je décrochais sur Tinder, et bim, ça a été la fille parfaite.

Penses-tu que le mouvement gabber va perdurer?

C’est une culture qui existe depuis 20 ans maintenant et qui se décline déjà en Italie et aux Etats-Unis. Ça existera toujours probablement, mais sous différentes formes.

Penses-tu que nous sommes tous des super-héros?

Oui, chacun en est un à sa façon, mais tout le monde ne ressemble pas à un super héros. Alors que les gabbers, oui!


1. Avec “Sexe d'un garçon”, Cléa Vincent signe un tube pop et féministe

“Je n'ai pas vraiment le sexe d'un garçon, mais ce qu'il faut pour me faire entendre / Dans ce monde sans façons / où les femmes sont mises de côté, pas toujours écoutées”, chante Cléa Vincent dans Sexe d'un garçon, le nouvel extrait de son album…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

2. Elle a lancé Missives, un site de littérature féministe et collaboratif

Des études de lettre, un mémoire sur Simone de Beauvoir: pour Camille Abbey, lancer un site consacré à la littérature féministe relevait de l'évidence. La trentenaire, basée à Paris et éditrice pour Konbini, a lancé Missives, une plateforme collaborative qui a vu le jour au début…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

3. “Filles de Blédards”, le collectif qui met l'immigration au centre de l'art

À Marseille, non loin des grands escaliers de la gare Saint-Charles, la galerie indépendante Voiture 14 abrite la toute dernière exposition du collectif Filles de Blédards, en partenariat avec l'association bruxelloise Living Leaving Dakota. Dans cet espace, à la lisière entre le white cube et…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

4. Qu’attendre du retour de Taylor Swift en France?

C’est un retour prudent. Taylor Swift a beau être une star mondiale qui multiplie les records, remplit des stades et a un impact politique conséquent -elle a encouragé des milliers de jeunes à s’inscrire pour voter aux élections de novembre dernier aux États-Unis-, l’autrice-compositrice de…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

5. Angèle dévoile ses vidéos d'enfance dans le clip de “Flou”

On adorait déjà la pochette de son premier album, Brol, qui la montrait gamine, édentée en plan serré. Mais dans le clip de Flou, Angèle va encore plus loin, en dévoilant ses vidéos d'enfance dans un montage drôle et émouvant, où l'on voit la petite…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

6. Paloma Colombe, la DJ qui mixe pour les réfugiés

Il fallait bien choisir un titre donc on s'est inspirées de l'actu de Paloma Colombe, qui mixera samedi 7 septembre au premier festival du Bureau d'Accueil et d'Accompagnement des Migrants (BAAM). Mais la jeune femme de 29 ans se définit comme une artiste multicasquettes, aussi…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma

7. Avec “Noir”, Yseult revient dans un clip sombre et puissant

Creusant son propre sillon, celui d'une musique qu'elle a baptisée Y-trap et où trap et pop se frictionnent, Yseult revient avec un titre et une vidéo sombre et puissante. Dans Noir, elle donne à voir l'envers d'un parcours sans concessions, où faire exister son art…
© Boris Postma  - Cheek Magazine
© Boris Postma