culture

Livres

La cheeklist de Noël: 5 livres à offrir aux femmes de votre famille

Cinq autrices, cinq héroïnes, c’est le fil rouge de notre sélection de livres à mettre sous le sapin et entre les mains de toutes les femmes de la famille.
La Famille Addams, DR
La Famille Addams, DR

La Famille Addams, DR


Est-il vraiment nécessaire de préciser que les romans de cette liste passent tous haut la main le test de Bechdel? Les femmes qui peuplent ces cinq romans sortis en 2018 sont d’inspirantes, de flamboyantes compagnes d’imagination, sorties de celle de cinq autrices à suivre. Elles nous transportent d’un bout à l’autre du globe: en Guadeloupe, au Japon, en Italie, à Lascaux, puis de nouveau aux Caraïbes. Fictionnelles, mais pas moins vivantes, prêtes à nous questionner sur notre rapport à la nature, à la famille, à l’histoire coloniale, à la passion amoureuse… Elles méritent de continuer à briller en 2019, et pour cela, rien de mieux que de se transmettre leur histoire, enveloppée dans un bel écrin festif, d’une main féminine à l’autre.

 

Là où les chiens aboient par la queue, d’Estelle-Sarah Bulle

La ou les chiens aboient par la queue estelle sarah bulle

Ça raconte quoi? Après une enfance passée en banlieue parisienne, Eulalie souhaite retracer l’histoire familiale paternelle enracinée en Guadeloupe. Sa tante Antoine, à la verve légendaire, se remémore son passé insulaire, entremêlé au cours de l’histoire. On découvre, en même temps que la jeune femme, les émeutes de mai 1967, Pointe-à-Pitre en proie à la mondialisation et l’exil massif en métropole.

Pourquoi on le recommande? Ce premier roman mordant d’Estelle-Sarah Bulle tisse des réflexions puissantes sur le racisme, la créolité, le métissage… Comment conserver le “sens du pays” après l’exil? Grâce aux voix alternées des narrateurs, l’autrice livre un récit tout en finesse sur le travail de mémoire, celle des familles séparées par l’immigration, prises entre deux cultures.

A qui l’offrir? A la tante qui ne jure que par mai 1968.

 

Ça raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard

Ça raconte sarah pauline delabory-allard

Ça raconte quoi? Sarah, 35 ans, violoniste, entre avec fracas dans la vie de la narratrice, installée dans son quotidien de mère célibataire professeure dans un lycée. Une passion dévorante se noue rapidement entre ces deux femmes que tout oppose. Aimer la tempétueuse Sarah est synonyme d’insoutenable pour la narratrice.

Pourquoi on le recommande? Pauline Delabroy-Allard signe un grand livre sur la passion, et décape le genre en déclinant de déchirantes amours saphiques. Pensé en deux parties, le texte brosse le portrait fulgurant de Sarah, l’être aimée, puis dépeint la fuite en Italie de celle qui aime trop. Déclamés à la cavalcade, les mots de Pauline Delabroy-Allard miroitent de toute part, entêtent longtemps. L’autrice tient notre pouls de lectrice parfaitement à sa merci et on veut se laisser ravir pour toujours.

A qui l’offrir? A la grand-mère férue de grande littérature mais pas très gay-friendly.

 

L’homme coquillage, d’Asli Erdogan

l homme coquillage asli erdogan

Ça raconte quoi? Une jeune chercheuse turque invitée en séminaire sur l’île de Sainte-Croix, aux Caraïbes, préfère se perdre dans la mer chaude et arpenter les plages sauvages. C’est là qu’elle rencontre l’intriguant Tony, vendeur de coquillages sur l’île. La narratrice n’est autre que l’autrice elle-même et le roman un prétexte pour revenir sur cette fugace et bouleversante histoire d’amour.

Pourquoi on le recommande? C’est en 2018, vingt-cinq ans après sa parution en turc, que le premier roman d’Asli Erdogan a pu se faire connaître des francophones. Et quelle découverte que ce récit sensuel et féroce! À mesure que la fièvre caribéenne de la narratrice croît, notre appréhension grandit quant à l’issue, qu’on ne devine pas joyeuse. On avale non moins goulument le récit des errances d’une Asli rebelle en proie à la souffrance psychologique, éprise de liberté et prise dans un monde scientifique macho. Une belle occasion de (re)découvrir l’éminente romancière, qui s’est fait connaître à travers le monde aussi bien pour sa plume unique que pour son courage politique inébranlable face au régime turc.

A qui l’offrir? A la grande sœur aux idées cartésiennes, pour insuffler un vent de révolution dans son esprit.

 

La péninsule aux 24 saisons, de Mayumi Inaba

La Peninsule aux 24 saisons Mayumi Inaba

Ça raconte quoi? Une femme proche de la soixantaine quitte Tokyo pour se retirer pendant un an dans la péninsule japonaise de Shima. Perdue entre mer et forêt, elle ne fait rien d’autre que s’imprégner des lieux et du temps qui passe, au rythme des 24 saisons japonaises.

Pourquoi on le recommande? Rien de très rocambolesque dans ce roman de Mayumi Inaba, seulement le temps qui traverse les êtres. L’héroïne passe ses journées à se promener en forêt et à observer les étoiles depuis sa terrasse. Un quotidien tranquille, empreint de volupté, comme lorsqu’elle partage un thé fumant avec une voisine, cède au sommeil en plein après-midi ou s’immerge dans l’océan ensoleillé. Empli d’une douceur régénérante, le livre questionne le lien érodé de nos sociétés modernes à la nature.

A qui l’offrir? A toutes les sorcières de la famille, qui aspirent secrètement à vivre recluses, en célibataires à chat, au fond de la forêt.

 

Un monde à portée de main, de Maylis de Kerangal

Un monde a portee de main Maylis de Kerangal

Ça raconte quoi? A vingt ans, Paula Karst vit une vie étriquée d’enfant choyée. A peine se cherche-t-elle un futur. Jusqu’au jour où elle entre en collision avec un monde inconnu, celui des reproductions en trompe-l’œil. L’intuition d’un monde bien plus vaste l’étreint alors. Entourée de ses ami·e·s Jonas et Kate, elle se lance dans l’exploration de la matière.

Pourquoi on le recommande? A partir de la rencontre de Paula avec un métier (peintre en décor), Maylis de Kerangal décrit de sa plume leste l’éclosion d’une jeune âme. Auparavant Parisienne dans le flou, l’héroïne se met à “secouer la vie”, virevoltant entre Bruxelles, Rome, Moscou et la Dordogne. Sa volonté s’affûte, son corps s’affermit au contact du travail. Pigments, poudres, essences, résine enveloppent de leur douceur l’héroïne et son monde en train de prendre forme.

A qui l’offrir? A la petite sœur pleine de bonne volonté face à l’avenir, mais qui peine à trouver sa voie.

Clara Delente


1. Quand “Downton Abbey” racontait l'émancipation des femmes

Si l’adaptation cinéma de Downton Abbey, qui sort au cinéma ce 25 septembre, est plutôt décevante et passe à côté de tout commentaire sur l’époque, elle donne envie de se replonger dans la série. Laquelle n’est pas un gentil soap sur l’aristocratie anglaise en costumes d’époque, mais le récit de l’émancipation des femmes au début du XXème siècle. Paroles d’historiennes.
La Famille Addams, DR - Cheek Magazine
La Famille Addams, DR

7. “Filles de Blédards”, le collectif qui met l'immigration au centre de l'art

À l’occasion de sa première exposition à Marseille, Nouveaux Sacrés, le collectif Filles de Blédards est revenu sur la genèse de son projet, tout en réaffirmant sa volonté de questionner “les identités de l’immigration”. Portrait d’un collectif féminin qui se réapproprie le discours colonial.  
La Famille Addams, DR - Cheek Magazine
La Famille Addams, DR