culture

Le Cheek Point

Et si Zoe Saldana était parfaite en Nina Simone?

On a lu ça pour vous et on vous le conseille.
DR
DR

DR


Ce que l’on reproche à Zoe Saldana, c’est d’avoir usurpé sa place, c’est de n’être pas assez noire, de n’avoir pas le nez assez large, les lèvres assez épaisses. En fait, ce que l’on reproche à Zoe Saldana, c’est de n’être pas Nina Simone. Un peu comme si on avait accusé Marion Cotillard d’être moins pâle qu’Édith Piaf, d’être plus grande, de n’avoir pas vraiment d’arthrose, de n’avoir pas les cheveux fins et rares, de n’être pas toxicomane, et de n’être pas vraiment morte à la fin du film. Si une telle polémique avait éclaté à propos de La Môme, nul doute qu’elle n’aurait eu aucun écho, on aurait ri de ces reproches délirants et on serait passé à autre chose. Mais, là, le problème est tout autre, il ne s’agit pas de rire car les membres du politburo sont noirs et on ne contredit pas des noirs, par crainte de se voir accuser de racisme ou pire de ‘négrophobie’. (…)

Ce qui est triste, c’est que les tenants de ce faux débat interdisent que la vraie question, celle d’une nécessaire diversité des représentations, ne devienne un sujet pour tout un chacun, quelle que soit sa couleur. En scindant la pensée, les combats qui devraient être l’affaire de tous deviennent l’expression d’intérêts particuliers de plus en plus étriqués, alors même que les luttes ne sont jamais plus efficaces que lorsqu’elles atteignent l’universel. Si nous sommes interdits de penser autrui comme un autre nous-même, que reste-t-il de notre humanité?

Dans une tribune intitulée Visage noir, idées pâles, l’écrivaine Tania de Montaigne revient sur la polémique qui entoure la sortie du biopic consacré à la chanteuse Nina Simone, dont la sortie est prévue le 22 avril aux États-Unis dans un circuit limité, et qui pourrait ne pas sortir en salles en France. En cause: le choix de Zoe Saldana, métisse, pour incarner cette artiste militante des droits civiques et qui a dû être grimée sur le tournage, faisant ressurgir le spectre du blackface. À l’heure où Hollywood est pointé du doigt pour son manque de diversité, de nombreuses voix se sont élevées contre ce choix, dont la famille de Nina Simone, et la comédienne se retrouve sous le feu des critiques depuis que la bande-annonce a été rendue publique. Une controverse que regrette Tania de Montaigne: cette dernière estime que le cinéma doit laisser place à l’imaginaire et que Zoe Saldana a parfaitement rempli sa mission d’actrice en acceptant ce rôle.

À lire le plus vite possible sur le site de Libération.


1. Quand “Downton Abbey” racontait l'émancipation des femmes

Si l’adaptation cinéma de Downton Abbey, qui sort au cinéma ce 25 septembre, est plutôt décevante et passe à côté de tout commentaire sur l’époque, elle donne envie de se replonger dans la série. Laquelle n’est pas un gentil soap sur l’aristocratie anglaise en costumes d’époque, mais le récit de l’émancipation des femmes au début du XXème siècle. Paroles d’historiennes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Filles de Blédards”, le collectif qui met l'immigration au centre de l'art

À l’occasion de sa première exposition à Marseille, Nouveaux Sacrés, le collectif Filles de Blédards est revenu sur la genèse de son projet, tout en réaffirmant sa volonté de questionner “les identités de l’immigration”. Portrait d’un collectif féminin qui se réapproprie le discours colonial.  
DR - Cheek Magazine
DR