culture

Comment les célébrités tentent de rester connectées en confinement

Les célébrités sont assignées à résidence et la quarantaine due au Covid-19 les oblige à se réinventer, pour continuer à exister sur les réseaux sociaux.
Instagram / @lizzobeeating
Instagram / @lizzobeeating

Instagram / @lizzobeeating


Le point commun entre Kylie Jenner, Britney Spears, Florence Pugh ou Lizzo: ces célébrités sont à portée de téléphone et nous paraissent d’autant plus proches depuis le début du confinement. Mais ont-elles adapté leur contenu depuis le début de la pandémie? Comment continuer d’exister (et de vendre) sans exaspérer?

 

Les do et don’t de la star confinée

Monologuer dans un bain lacté garni de pétales en vantant les bienfaits du Coronavirus “bon égalisateur”: non. Ne faites pas comme Madonna, qui a depuis effacé la vidéo de son fil Instagram suite aux critiques virulentes. Lever des fonds et remercier le personnel soignant et les travailleur·se·s essentiel·le·s: oui. C’est ce qu’ont fait Beyoncé et Rihanna qui leur ont respectivement donné 6 et 5 millions de dollars, Brie Larson qui organise des lives Instagram pour parler de la nécessité de porter un masque ou encore Kim Kardashian qui participe à des défis caritatifs.

Les célébrités cherchent le rôle qu’elles peuvent jouer en temps de pandémie, notamment auprès des jeunes générations qui ont tourné le dos aux chaînes d’information anxiogènes et passent une grande partie de leur temps de confinement sur les réseaux sociaux. Particulièrement Instagram qui, via ses lives et stories, est devenu un vrai vecteur de parole durant cette quarantaine. Enfermées chez elles, les stars profitent de cette tribune pour s’exprimer, voire même informer leur communauté. C’est le cas de Kaia Gerber qui a monté ses book clubs en ligne ou de Miley Cyrus dont l’émission Bright Minded lancée à la mi-mars a connu un beau succès, avec jusqu’à 3,5 millions de vues. Dans un nouveau format, l’ancienne interprète d’Hannah Montana entend divertir ses followers pour mieux accepter le confinement. En interviewant des personnes inspirantes, avec un casting glamour (Hailey Bieber, Millie Bobby Brown, Dua Lipa… ), Miley Cyrus réussit à nous faire oublier que le printemps passe sans nous.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Motivational Monday! Tune in tomorrow! @big_z_2020 @aliciakeys @selmablair @milliebobbybrown

Une publication partagée par Miley Cyrus (@mileycyrus) le

 

TikTok règne sur la quarantaine

Son émission aura permis à Miley Cyrus de rester visible pour ses fans et d’augmenter son nombre de followers, alors qu’elle est dans l’impossibilité de partir en tournée avant un moment. En avril 2020, la jeune femme a gagné plus de 1,5 millions d’abonné·e·s. L’inverse s’est produit pour Kylie Jenner, dont le nombre de nouveaux followers ne s’affole plus depuis le début de son confinement courant mars. Sans destination exotique, shooting en plein air ou soirée VIP, l’intérêt des fans décroît. Mais la jeune milliardaire ne baisse pas les bras, et s’est enfin lancée sur TikTok début avril.

Débuts prometteurs, et drôles, qui lui ont vite permis d’atteindre les 9 millions d’abonné·e·s, bien loin derrière les plus de 53 millions de la jeune Charli D’Amelio. Considérée comme la reine de TikTok et encensée par le New York Times, l’Américaine de 16 ans publie quotidiennement des vidéos de ses chorégraphies sur l’application chinoise qui vient de dépasser les 2 milliards de téléchargements, permettant aux influenceur·se·s les plus célèbres de la plateforme de toucher un petit pactole. Si l’application ne rémunère pas en publicité, elle permet néanmoins de booster la notoriété de ses têtes d’affiche, qui signent ensuite de juteux contrats publicitaires. Une bonne manière de compenser les pertes de contenus sponsorisés sur Instagram depuis le confinement.

 

@charlidamelio

THANK YOU GUYS SO SO SO MUCH FOR 51 MILLION!!! 💕💕

♬ original sound – favsoundds

 

Les real housewives d’Instagram

Mais une autre tendance a vu le jour sur les réseaux sociaux pendant ce confinement: celle de la popote. Pendant que Will Smith, Dwayne Johnson ou Justin Bieber font des vidéos drolatiques sur les réseaux, une grande partie de leurs homologues féminines se sont, elles, reconverties en femmes au foyer. La persistance des modèles genrés de répartition des tâches se ressent particulièrement durant le confinement, et les réseaux sociaux agissent comme un miroir grossissant. Si les femmes sont plus nombreuses sur Instagram, elles sont aussi plus à même de partager des contenus de nature empathique, censés booster le moral et accompagner les gens à traverser ces temps difficiles. Elles vont donc encourager leurs followers à rester à la maison pour le bien de tous, leur montrer comment bricoler un masque ou donner des conseils pour bien faire son ménage. Même dans les quartiers chics de Los Angeles, les femmes ont du mal à résister au patriarcat et leur quotidien de confinées nous le rappelle: elles aussi font leur pain et du sport et nous le font savoir. Toutes ou presque… pendant que Natalie Portman et Gwyneth Paltrow nous livrent leurs secrets de fées du logis, Lizzo a choisi une autre ligne en nous offrant des vidéos TikTok et stories Instagram à base de nuggets et d’amour de soi. Un confinement qui ressemble à beaucoup d’autres.

Caroline Ernesty, à Los Angeles 


1. Blachette, l’illustratrice made in France préférée de Rihanna

L’illustratrice de 29 ans, inconnue il y a encore quelques années, croule sous les projets et demandes de collaborations. Elle a dû quitter son poste de cadre pour enfin vivre de sa passion: le dessin. En plus de son coup de crayon stylé, c’est son regard engagé, son humour et son goût pour dessiner des femmes racisées qui font sa singularité. 
Instagram / @lizzobeeating - Cheek Magazine
Instagram / @lizzobeeating

3. A l'écran, les personnages de femmes queers prennent enfin de l'épaisseur

Avec Douglas, Feel Good, Twenties ou encore Work in progress, des humoristes queers à la féminité hors-norme et aux vies peu conventionnelles racontent leurs expériences et leurs points de vue. Une première. 
Instagram / @lizzobeeating - Cheek Magazine
Instagram / @lizzobeeating

4. Jehnny Beth explore son désir et sa sexualité dans un premier album solo brûlant

Sur scène, avec Savages, Jehnny Beth est explosive, sexuelle. En solo, elle explore le désir sur un premier album brûlant d’intensité, To Love Is To Live, qui devance la sortie d’un recueil de nouvelles érotiques.
Instagram / @lizzobeeating - Cheek Magazine
Instagram / @lizzobeeating

5. Comment l'art menstruel continue de se renouveler

Ces dernières années, une nouvelle génération d’artistes féministes se réapproprie le sang menstruel pour en faire la matière première d’installations, de tableaux et de performances. Un courant qui, même si loin d’être neuf, n’a pas fini de faire couler de l’encre.
Instagram / @lizzobeeating - Cheek Magazine
Instagram / @lizzobeeating