culture

Littérature

“Dangereuses lectrices”, un festival de littérature féministe à ne pas rater

Dans un contexte où la parole des femmes se libère, l’écriture apparaît comme vecteur simple d’expression et de partage d’expériences. Le festival de littérature féministe Dangereuses lectrices fait le pari de mettre en avant des autrices aux convictions affirmées. La première édition convoque la figure sulfureuse de la sorcière. Rendez-vous à Rennes les 28 et 29 septembre prochains.
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin

Camille Ceysson © Gaëlle Evellin


Il était une fois une dizaine de filles qui ne se racontaient pas d’histoires de princesses mais plutôt de sorcières. Elles décidèrent d’unir leur amour des livres, leurs convictions et leur expérience de l’évènementiel dans l’organisation d’un festival de littérature féministe. La première édition de Dangereuses lectrices aura lieu à Rennes, les 28 et 29 septembre. Rencontre avec la présidente de l’association qui porte le festival, Camille Ceysson.

 

C’est quoi le festival Dangereuses lectrices? 

La première édition de ce projet, que je partage avec un noyau dur d’une dizaine de filles, aura lieu à Rennes, les 28 et 29 septembre prochains. La genèse du projet est assez simple: nous aimions les livres et nos convictions féministes étaient bien ancrées. Pourquoi donc ne pas créer un festival de littérature féministe? 

Que représente la sorcière, la figure que vous avez choisie pour incarner cette première édition?

Il ne s’agit pas juste de la sorcière et de son balai. Il règne autour d’elle des notions de pouvoir, de femme libre  -trop libre- et donc dangereuse. Nous voulons montrer les différents aspects de cette figure féministe très à la mode en proposant plusieurs points d’entrée (textes, théâtre, musique, conférence). Cette figure multiforme traverse toutes les cultures. D’ailleurs, une conférence de Laura Nsafou -autrice de Comme un million de papillons noirs– abordera la représentation de la sorcière dans les littératures africaines. 

“Dangereuses lectrices”, un festival de littérature féministe à ne pas rater

En quoi la littérature peut-elle faire avancer les combats féministes?

Que l’on parle de littérature de l’imaginaire ou d’essais, il s’agit en fait de dérouler une pensée. Le texte, de manière générale, permet de mettre des mots sur ce que l’on ressent. C’est hyper important: il s’agit de prendre la parole. Celle des femmes demeure trop souvent minorée voire ignorée. Or, partager des expériences par l’écrit apparaît comme un moyen simple et accessible de faire passer des messages et d’éveiller les consciences.

Pourquoi ce support plus qu’un autre? 

Nous sommes un festival de littérature mais globalement notre propos et la programmation s’articulent autour du texte. La littérature permet d’avoir des modèles: ceux dont on rêve, ceux dont on a envie et qui n’existent pas dans la réalité, ou dans d’autres secteurs culturels. Avoir une possibilité de s’incarner en autre chose.

Une formatrice égalité femmes-hommes proposera des clés aux parents pour débusquer le sexisme dans la littérature jeunesse.

Comment avez-vous bâti votre programmation? 

Nous revendiquons fortement la dimension féministe du festival. Le public sait à quoi s’en tenir! (Rires.) Tous les textes ont une connotation féministe. Les auteur·e·s choisi·e·s se revendiquent tou·te·s comme tell·e·s, à l’image de Taous Merakchi, aka Jack Parker, qui publie un nouveau grimoire. Éliane Viennot, spécialiste de l’écriture inclusive, viendra faire une conférence sur le sujet. Lizzie Crowdagger, une autrice qui fait se rencontrer des sorcières, des zombies toujours avec un tropisme féministe important, sera présente. Nous recevrons également Tarmasz, dessinatrice et tatoueuse. Elle présentera en avant-première son nouvel album de BD qui s’intitule Alma. Citons aussi Camille Ducellier qui a écrit un Guide du féminisme divinatoire. D’autres noms seront dévoilés plus tard.

Les livres véhiculent beaucoup de représentations et ce, dès le plus jeune âge… Cette dimension ne vous a pas échappée en proposant un atelier sur la littérature jeunesse…

Absolument, une formatrice égalité femmes-hommes, Rozenn Moro, proposera des clés aux parents pour débusquer le sexisme dans la littérature jeunesse. Ces clichés qu’on ne voit plus tellement ils sont ancrés dans l’inconscient collectif alors qu’ils sont bien présents. Concrètement si votre enfant adore Martine, il n’est pas question de lui brûler ses exemplaires. L’idée est d’essayer de mettre en place des stratégies pour que le message rétrograde de Martine ne s’imprime pas en lettres de feu dans l’esprit des enfants. 

Est-ce que la littérature peut sauver le monde? 

Oui! (Rires.) En tout cas, elle contribue énormément aux combats portés par les femmes. 

Propos recueillis par Servane Philippe 

Festival Dangereuses lectrices, Rennes, 28 et 29 septembre 2019. http://dangereuseslectrices.org/


1. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin - Cheek Magazine
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin

4. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin - Cheek Magazine
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin

5. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin - Cheek Magazine
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin

6. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin - Cheek Magazine
Camille Ceysson © Gaëlle Evellin