culture

Vidéos

Florence and The Machine, Haim et Safia Bahmed-Schwartz: les clips chelou de la semaine

De Florence and the Machine à Haim en passant par Safia Bahmed-Schwartz, voici trois clips auxquels on n’a rien compris, mais qu’on aime bien quand même. 

Il y a des semaines comme ça, où l’on se demande ce que nos artistes préférées ont bien voulu nous dire. Mardi 10 février, Florence and the Machine ouvrait les hostilités en matière de clip chelou, avec son How Big How Blue How Beautiful. Ou 2 minutes 40 de danse erotico-égotique avec elle même, au beau milieu d’un amphithéâtre arboré et toutes trompettes dehors. Et vas-y que je me caresse, que je fais des mouvements bizarres et que je danse au point d’en oublier de chanter, avant de disparaître dans l’osbscurité d’une jungle.

 


 


 

 

Deux jours plus tard, dans l’émission de radio de Zane Lowe sur BBC Radio 1, Florence Welch annonçait que son nouvel album, intitulé comme le clip ci-dessus, arriverait en juin. Foin de clip donc, la vidéo susmentionnée était en fait un teaser. Le clip, lui, le vrai, celui qui illustre son premier single, devait arriver deux jours plus tard, soit le 12 février. Et on ne va pas se mentir, What Kind of Man, dont la réalisation évoque davantage la bande-annonce d’un film de Lars Von Trier qu’une vidéo de single, brouille encore un peu plus les pistes. La menace d’une apocalypse, des époques qui se télescopent, des couples qui se déchirent, des hommes qui matent, de la baston, des hommes encore, qu’il faut combattre ou cajoler: à vous d’y apporter votre propre signification (bonne chance). 

 


 


 

 

Le 10 février, Haim aussi révélait un nouveau clip, celui de sa collaboration avec Monsieur tubes putassiers, alias Calvin Harris. Sur fond de forêts, de montagnes ou de soleils couchants, les trois sœurs, sapées comme Les Sorcières d’Eastwick, chantent avec les loups, les ours, les lapins. A la fin de ce Pray to God, un cheval se cabre, puis elles se trouvent à leur tour hissées sur des équidés. Quel sens apporter à tout cela? À en croire le compteur YouTube, plus d’1 million de spectateurs se posent sans doute la même question que vous. 

 


 


 

 

Pour finir, c’est une habituée de ces pages qu’on retrouve avec une autre vidéo bizarroïde. Safia Bahmed-Schwartz, qui nous avait déjà prévenues avec l’étrange Vaseline et collabore régulièrement à Cheek, est de retour avec le succinct Rose Rouge (1’10 seulement). Ici, il va vous falloir additionner quelques éléments très simples en apparence pour tenter de percer l’énigme: une piste de bowling + un pitbull + une enfant déguisée en marquise qui chante “j’aimerais un zèbre”. Résultat? Un clip chelou. 

 


 

Martine Maqueflaille


1. Elle signe “Nos vacances au bled”, récit drôle et fin d’une histoire française de l’immigration

Après Famille nombreuse, Chadia Chaibi Loueslati poursuit dans Nos vacances au Bled l’exploration de son histoire familiale en nous emmenant avec elle en Tunisie, le pays d’origine de ses parents. Une ode à l’insouciance d’une époque révolue, un hommage aux sacrifices de ses parents et une histoire de France à l’adresse de tou·te·s. 
Elle signe “Nos vacances au bled”, récit drôle et fin d’une histoire française de l’immigration - Cheek Magazine

5. Joumana Haddad: “Le corps des femmes est le lieu de beaucoup de vengeances”

Alors que le Liban vit une révolution sans précédent, la femme de lettres et politicienne libanaise Joumana Haddad sort chez Actes Sud son dernier opus: Le Livre des reines. La saga familiale de quatre générations de femmes, au cœur des conflits qui ont jalonné l’histoire du Moyen-Orient.
Joumana Haddad: “Le corps des femmes est le lieu de beaucoup de vengeances” - Cheek Magazine

7. Dali Misha Touré: “Je suis française, noire, malienne, voilée, jeune et écrivaine”

Dali Misha Touré, 25 ans, étudiante en psychothérapie et écrivaine, a déjà signé quatre romans. Parmi eux, Cicatrices, le premier publié récemment à compte d’éditeur. C’est le récit sensible au ton enfantin d’une adolescente incomprise par sa propre famille, au sein d’un foyer polygame quelque part en banlieue parisienne, et qui trouve refuge dans les mots. Rencontre. 
Dali Misha Touré: “Je suis française, noire, malienne, voilée, jeune et écrivaine” - Cheek Magazine